L' Internationale des Femmes Communistes

(Stalinistes-Hoxhaistes)

 

 

 

 

 

 

2019

 

 

 

2018

 

 

 

 

 

2016

Vive le 8 Mars -

Journée internationale de la femme!

 

 

Les messages de solidarité

en anglais

Greeting Message of the CWI (SH)

on occasion of the 105th International Women’s day

On the occasion of the 105th International Women's Day and the 5th Anniversary of the founding of the Communist Women's International, the CWI (SH) sends militant, world revolutionary greetings to all revolutionary women all over the world and to all those who support their struggle.

On the International Women 's Day the proletarian women all over the world raise their collective voice against their exploitation and oppression! 
On this particular 105th World Women 's Day the proletarian women begin to organize their world-revolutionary global fight for the overthrow of world capitalism with the goal of world communism, and thus the final liberation of women. The International Woman’s Day is a means of winning the women’s labor reserves to the side of the world proletariat. The struggle for women’s emancipation directly involves a struggle against world capital itself.

The inevitability of oppression and exploitation of women can only be eliminated by means of the removal of the inevitability of capitalism - that is, by the dictatorship of the world proletariat and the establishment of world socialism. Only in the world communism the woman is free.

 It is the foundation of the Communist International which was the world-historical starting point of the revolutionary Communist Women 's World Movement: 

"The Communist International can only fulfill its tasks, can only secure the final victory of the world proletariat and the abolition of the capitalist system through the closely related common struggle of women and men of the working class. The dictatorship of the proletariat can only be lively and active, can only be achieved and maintained by the participation of women of the working-class" 
(See Minutes from March 2 to March 19, 1919, Hamburg 1921).


Today, the common world-revolutionary organization of proletarian women of all countries is the 
COMMUNIST WOMEN'S INTERNATIONAL (SH). 

Revolutionary women all over the world - join the Communist Women_s International (Stalinist-Hoxhaists) !

 

Exploited and oppressed women - rise up!
It is impossible to eliminate sex-slavery without eliminating class slavery!
Long live the 8th March - the International Women's Day!
Long live the proletarian internationalism of women!
Long live the world communist women's movement!
Long live the revolutionary struggle of women against hunger, war and fascism!
Long live the great achievements of socialist women in the Soviet Union and Albania!
Long live the world violent socialist revolution!
Long live global armed proletarian dictatorship!Long live world socialism and world communism!
Long live the Communist Women's International (Stalinist-Hoxhaist)!

 

March 8, 2016

CWI (SH)

 

Women of the world - unite and

fight for communism ! 

 

 

Women fighting all over the world ...

 

in Kudistan

 

 

 

 

 

in Mexico

 

zocalo 3

Muerte, sangre, corrupción

 

 

in Germany

 

in Great Britain

 

Syria

 

 

in India

 

 

in Pakistan

 

in Nigeria

 

 

in South Korea

 

 

 

in Turkey

 

in Chile

 

 

in Great Britain

 

in Italy

 

in Bangladesh

 

 

in Cambodia

 

 

 

in China

 

 

 

in Iran

 

in Liberia

 

 

 

founded on 8th of March, 2011

Communist Women's International (Stalinist-Hoxhaists)

 

Websites in:

ENGLISH

GERMAN

RUSSIAN

ALBANIAN

SPANISH

FRENCH

INDIAN

ITALIAN

PORTUGUESE

FARSI

CHINESE


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pictures of the Communist Women's World Movement

 

 

 

The 5 Classics of Marxism-Leninism

On the International Communist Women's Movement

 

 

March 5, 1871

145th Birthday of

ROSA LUXEMBURG

ENGLISH

FRENCH

GERMAN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2015

 

Vive le 8 Mars -

Journée internationale de la femme!

 

 

Les messages de solidarité 

Message d'accueil du Komintern (SH)

à l'occasion de la journée de la 104e internationale de la femme


A l'occasion de la 104e Journée internationale de la femme et le 4ème anniversaire de la fondation de l'Internationale des femmes communistes, le Komintern (SH) envoie militants, salutations révolutionnaires du monde à toutes les femmes révolutionnaires partout dans le monde et à tous ceux qui soutiennent leur lutte.

Tous les traitements violents des femmes, leur exploitation et l'oppression indicible sont causées par capitaliste-impérialiste système d'esclavage salarié. La propriété privée capitaliste est finalement la racine de l'esclavage sexuel et l'esclavage des classes.

Par conséquent, la libération des femmes est étroitement liée à l'abolition de la propriété privée des moyens de production et leur transformation en propriété collective socialisé.

Les classes dirigeantes sont incapables de résoudre la question des femmes, en particulier, car ils sont également incapables de résoudre la question sociale, en général.

Cet est pourquoi il était nécessaire de fonder un mouvement prolétariennes femmes qui - contrairement à la bourgeoisie et mouvement des bourgeois femmes petite - veut éliminer l'inévitabilité de l'exploitation et de l'oppression des femmes, côte à côte avec les hommes exploités et opprimés - par le renversement de la bourgeoisie et l'instauration de l'état du prolétariat.

L'inéluctabilité de l'oppression et de l'exploitation des femmes ne peut être éliminée au moyen de la suppression de l'inévitabilité du capitalisme - qui est, par la dictature du prolétariat mondial et l'instauration du socialisme mondial. Seulement dans le communisme mondial de la femme est libre.

Pour le mouvement des femmes communistes, la révolution socialiste mondiale est le seul moyen de libérer toutes les femmes à travers le monde.

Sans révolutionnaire mondial lutte de classe du prolétariat, il n'y a pas la libération des femmes. Et sans la participation des femmes dans la destruction du capitalisme mondial, il ne est pas le socialisme mondial et du communisme mondial.

 

Rappelons les paroles du camarade Enver:

"Le Parti et la classe ouvrière doivent mesurer la progression vers la construction complète de la société socialiste avec l'approfondissement et le progrès de la révolution des femmes au sein de notre révolution prolétarienne. Si les femmes sont à la traîne, alors la révolution marque le temps."

Femmes exploités et opprimés - se lèvent!

Il est impossible d'éliminer esclavage sexuel sans éliminer l'esclavage de classe!

Vive le 8 Mars - Journée internationale de la femme!

Vive l'internationalisme prolétarien des femmes!

Vive le mouvement communiste des femmes du monde!

Vive la lutte révolutionnaire des femmes contre la faim, la guerre et le fascisme!

Vive les grandes réalisations des femmes socialistes en Union soviétique et l'Albanie!

Vive la révolution socialiste violente du monde!

Vive la dictature prolétarienne armée mondial!

Vive le socialisme mondial et le communisme mondial!

Vive l’International des Femmes Communistes (Stalinistes-Hoxhaistes)!


 

site Web spécial en anglais

 

 

2014

8 mars 2014

Vive la Journée internationale de la femme!

 

Message d'accueil du Comintern (SH)

 

 

 

 

 

8th of Mars, 2013

Vive la Journée internationale de la femme!

 

 

Les femmes de

la Commune de Paris

 

 

 

"Nous aussi des citoyennes".

Les femmes dans la Révolution française de 1789

 

 

 

 

 

La femme et le communisme

 

 

 

 

Première Confèrence Internationale des Femmes Socialistes

à Stuttgart le 17 aout 1907

 

 

 

 

 

Rapports pour la

Première Confèrence Internationale des Femmes Socialistes

à Stuttgart le 17 aout 1907

 

 

 

 

 

 

 

 

Appel aux travailleuses de tous les pays

2e Conférence Internationale des Femmes communistes

Juin 1921

 

 

 

 

La Conférence Internationale des Femmes Communistes

Lioudmila Stal

numéro 19 du Bulletin communiste (deuxième année), 12 mai 1921.

 


Le Comité Exécutif de l'Internationale Communiste, d'accord avec le Secrétariat international pour la propagande communiste parmi les femmes, a décidé de convoquer la deuxième conférence internationale des femmes communistes.

Cette conférence a pour but :

d'intensifier la propagande communiste parmi le prolétariat féminin du monde entier ;

de préciser les méthodes les meilleures à employer à cet effet ;

de faire comprendre au prolétariat féminin, si cruellement éprouvé par le chômage et le désordre économique résultant du régime capitaliste et de la guerre impérialiste, que seule la dictature du prolétariat pourra conduire l'humanité au communisme où elle trouvera la fin de toutes ses souffrances ;

de créer pour le mouvement mondial des femmes communistes un centre qui s'inspirera des méthodes d'action du parti communiste russe dont le succès dans les milieux féminins a été assez grand pour grouper autour de nos sections communistes, outre leurs adhérentes, 400 000 ouvrières et paysannes sans-parti. Ce résultat a pu être atteint grâce à l'action des sections spéciales de propagande auprès des femmes constituées auprès de chaque comité du parti.

La première conférence internationale des femmes communistes, tenue à Moscou l'année dernière au mois de juillet, en même temps que le deuxième Congrès de la Troisième Internationale, n'a pu que jeter les premières bases de l'œuvre qui lui incombe. En effet, l'organisation féminine communiste était loin d'avoir atteint l'ampleur qu'elle a prise depuis cette époque. Elle n'était représentée, dans la plupart des pays, que par des petits groupements d'une influence limitée. Or, il est bien évident que de tous les partis politiques, le parti communiste est le seul dont les femmes puissent attendre un concours sincère et complet dans la lutte pour leur émancipation. Le mouvement féminin ne se développera donc que dans la mesure où le parti communiste étendra son action propre.

Si élémentaire que soit cette vérité, elle n'est pas encore comprise par toutes les femmes. Certaines de nos sœurs s'attardent dans les rangs du féminisme bourgeois ou des socialistes de droite demeurés dans la 2e Internationale. Cela tient surtout à ce que le Secrétariat international pour la propagande communiste parmi les femmes, dont la création en principe avait été décidée à la conférence de juillet 1920, n'a commencé à fonctionner réellement qu'en novembre dernier et que jusqu'à ce jour son action, entravée par diverses causes, n'a pu avoir toute l'énergie nécessaire. L'une des principales entraves apportées à notre action internationale est la prolongation du blocus de la Russie et même de l'Allemagne par les puissances occidentales, ce qui rendait les relations difficiles et souvent presque impossibles.

A la veille de notre deuxième conférence, les circonstances sont heureusement beaucoup plus favorables.

Nous avons dans les principaux pays d'Occident des partis communistes fortement organisés et dont l'importance ne cesse de s'accroître. Ils ont déjà commencé leur action parmi les femmes. Nous assistons à l'éclosion de nouvelles feuilles féminines. La force grandissante de l'Internationale a rompu le réseau tendu par le blocus autour de la Russie, et les traités de paix conclus récemment avec diverses puissances nous donnent des moyens de communication qui s'étendent peu à peu au monde entier. D'autre part, l'héroïsme de l'armée rouge a eu raison des agressions dirigées contre la Russie Soviétiste, et les questions économiques et sociales, laissées en suspens pendant la guerre, se posent aujourd'hui avec toute leur acuité. L'affermissement et le développement des institutions soviétistes en Russie exigent plus que jamais le concours fraternel de tout le prolétariat international, et c'est ce dont les femmes, qui sont les principales victimes de l'exploitation capitaliste, doivent se pénétrer profondément. Les résultats de la propagande communiste en Orient ne sont pas moins encourageants. Partout ces peuples, courbés sous une oppression séculaire aggravée par l'exploitation capitaliste moderne, se tournent vers la Russie des Soviets en qui ils mettent tous leurs espoirs. Et ce mouvement est si fort que les femmes musulmanes elles-mêmes, si longtemps tenues en dehors de toute vie sociale, viennent y prendre part ainsi que l'a manifesté le récent congrès des femmes de l'Orient tenu à Moscou au commencement de ce mois. L'ensemble de ces circonstances permet donc d'espérer que la 2e conférence internationale des femmes, qui se réunira à Moscou quelques jours avant le 3e Congrès de l'Internationale Communiste, sera plus suivie que la première, que ses travaux seront plus importants et ses décisions plus efficaces et qu'enfin elle ouvrira dans la propagande et l'organisation une ère féconde d'activité qui contribuera largement au triomphe définitif du Communisme.

 

 

 

 

Article de la Pravda sur la Journée Internationale de la lutte des femmes

 

(publié le 8 mars 1921)

 

 


 

Dilaver Sadikaj

 

CERTAINS ASPECTS DE LA PARTICIPATION CROISSANTE DE LA FEMME ALBANAISE A LA VIE POLITIQUE ET SOCIALE DU PAYS

 

(1967-1970)

 

 

 

VIIIe CONGRES

DE L'UNION DES FEMMES D'ALBANIE


Durrës 1 - 4 juin 1978

 

 

 


 

14 mars, 2009

Vive la journée Révolutionnaire de la femme du 8 Mars.

 

Archive du Collectif des Militants du Maroc de l'Immigration d'Action lors de la Journée révolutionnaire de la femme 8 Mars !

 

14 mars, 2009 Vive la journée Révolutionnaire de la femme du 8 Mars. Cette journée est une commémoration de lutte de classe au niveau du combat syndicale de lutte de classe, comme une composante des convergences des luttes pour l’émancipation politique. Cette journée en hommage à notre camarade Clara Zetkin, et les travailleuses du textile en 1875 aux Etats-Unis. Aujourd’hui les femmes continuent à mener des luttes exemplaires que la Bourgeoisie tant à occulter, les femmes ouvrières sont descendues il y a un an à Rabat pour dénoncer l’inégalité des salaires, le harcèlement sexuel, l’exploitation. Une camarade a même dit que lors des formations syndicales, « nous apprenons aux formateurs beaucoup sur nos conditions que les formations donnés ». Les femmes ont joués des rôles de premiers plans lors des révolutions et luttes de libérations : en 1917 par les bolcheviks, les combattantes en Albanie dont la fondatrice du front de libération anti-fasciste a été Nexhmij Hoxha, lors de la résistance au Vietnam, au Maroc et en Algérie lors des luttes anti-coloniale, en 1979 en Iran lors de la Révolution populaire qui a provoquée la Chute du Shah, en Palestine, au Kurdistan, au Salvador, au Nicaragua etc.… Les femmes ont été plus déterminés au coté des hommes a aller de l’avant pour combattre. Aujourd’hui nous avons un exemple de la camarade Zhour Boudkour qui avait entamé une grève de la faim de 46 jours avec ses 17 camarades. Sans oublier nos camarades femmes révolutionnaires, comme exemple : Khadija Toukal, qui a défier la dictature sanguinaire, de la militante Saïda Menebhi tombée en martyr en 1977, de la camarade Zoubida Khalifa assassiné par les balles du régime pour avoir manifesté pour la première Intifada en 1987, la jeune adolescente Sanae El Mabrauki tombée à son tour pour avoir dénoncer la guerre en Irak dont le corps n’a jamais été rendue à sa famille. Aujourd’hui face l’exploitation, à la violence que subissent les femmes, la prostitution, la traite des femmes, l’inégalité du salaire, le chantage sexuel patronale, les discriminations, le racisme, le Fascisme, une seule alternative au système capitaliste coupable de ces fléaux, le socialisme. Aujourd’hui les militant (e) s révolutionnaires qui s’orientent vers le Marxisme-léninisme doivent prendre en considération la question de la femme, comme une affaire de tous ! A travers le militantisme révolutionnaire la femme peut trouver le chemin de l’émancipation et la libération que dans la perspective d’un programme politique de transition vers les perspectives du Socialisme ; il ne peut être autrement que l’alliance au coté de l’homme, la question de la femme ne concerne tous, ce n’est pas une affaire de ‘’femmes intégrés’’ dans le conformisme du Capital, qui propose une émancipation complètement fausse, enrobé d’une démagogie sans précédente de l’idéologie réactionnaire. Notre combat pour l’émancipation et la libération de l’homme et de la femme n’a rien de commun avec les ascensions de Fadila Amara ministre au gouvernement de Sarkozy, de Ayan Ali ex ministre du gouvernement de droite au Pays Bas. Vive le combat révolutionnaire des femmes Vive la journée révolutionnaire Internationale de la femme 8 Mars

 

COLLECTIF DES MILITANT (E) S DU MAROC DE L’IMMIGRATION D’ACTION ET DE LUTTE.

 

 

CHINESE