Archives

françaises

 

Friedrich Engels

Karl Marx

1877

 

 

 

FRIEDRICH ENGELS

automne 1895

 

Les trois sources et les trois parties constitutives du marxisme

1913

 

Les destinées historiques de la doctrine de Karl Marx

1° mars 1913

 

 

 

 

(Brève notice biographique comportant un exposé du marxisme)

Karl Marx

de juillet à novembre 1914

 

 

 

FREDERICH ENGELS

ETUDES SUR LE CAPITAL

Suivi de deux études de Franz MEHRING et Rosa LUXEMBURG

 

 

 

 

2015

197iéme anniversaire de Karl Marx


5 Mai 1818 – 5 Mai 2015

 

 

5 Mai 1818 – 5 Mai 2017

 

Les messages de solidarité 

 

Message du Comintern (SH) à l'occasion du 199ème anniversaire de Karl Marx

5 Mai 2017

Nous saluons tous les marxistes partout dans le monde, parce qu'aujourd'hui nous célébrons le 199ème anniversaire de Karl Marx, l'anniversaire du premier classique du marxisme-léninisme.

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de l'un des plus grands révolutionnaires de l'histoire humaine. Commençons à préparer le 200ème anniversaire pour l'année prochaine en 2018. Le comintern (SH) a décidé de fêter l'année 2018 comme "ANNEE DE KARL MARX".

Comme chef du prolétariat de tous les pays, Karl Marx a mis toute sa théorie révolutionnaire et toutes ses activités révolutionnaires désintéressées au service de la libération de la classe ouvrière internationale.

Karl Marx a été le fondateur du communisme scientifique. Il a créé l'idéologie du prolétariat et est devenu le grand chef et précepteur du prolétariat mondial.

Comment Karl Marx a-t-il influencé la Russie avant, pendant et après la Révolution d'Octobre ?

Nous pourrions répondre à cette question en seulement trois points succincts :

Premièrement, Karl Marx a prouvé que l'existence des classes n'est liée qu'à des phases de développement historique déterminé de la production ;

Deuxièmement, Karl Marx a démontré que la lutte des classes menait nécessairement à la dictature du prolétariat ;

Troisièmement, Karl Marx a découvert que cette dictature elle-même n'était que la transition à l'abolition de toutes les classes et à une société sans classes. (Lettre de Marx à Kugelmann du 5 mars 1852, publiée seulement 10 ans avant la Révolution d'Octobre, par Franz Mehring, L'œuvre de Lénine sur "L'état et la révolution", qu'il a écrit un mois avant la Révolution d'Octobre se réfère à cette lettre.)

Déjà avant la première révolution de 1905, Lénine avait analysé à la lumière du marxisme les classes sociales en Russie et l'avait mis en rapport avec le développement des luttes sociales en Russie capitaliste [Lénine : "Le développement du capitalisme en Russie"]. C'est ensuite Staline qui a prouvé que le développement de la société socialiste est déterminé par le développement de l'économie socialiste. C'est aussi Staline qui a découvert que la création d'une société sans classes est fondée sur le passage de la propriété collective agraire (kolkhozes) à la propriété sociale. Et c'est encore Enver Hoxha qui a montré, après la mort de Staline, que la restauration d'une société de classe bourgeoise était fondée sur la restauration du mode de production capitaliste en Union Soviétique.

La Révolution d'Octobre, la plus haute forme de lutte de classe en Russie a mené nécessairement à la dictature du prolétariat russe. La Révolution d'Octobre a été la première révolution socialiste au monde et est considérée comme victorieuse parce qu'elle a mené à l'établissement de la dictature du prolétariat. La Révolution d'Octobre a été le début de la révolution mondiale, qui est la forme la plus haute de lutte de classe mondiale. La victoire de la révolution socialiste mondiale signifie l'établissement de la dictature du prolétariat mondial.

La dictature du prolétariat en Union Soviétique a organisé la transition à l'abolition de toutes les classes, à une société sans classes, mais elle était limitée par les pays capitalistes toujours existants qui encerclaient l'Union Soviétique, ce qui a rendu inévitable le maintien et le renforcement de la dictature du prolétariat. Sur la base de l'expérience fatale, avec la restauration du capitalisme en Union Soviétique, le stalinisme-hoxhaisme enseigne que seule dictature du prolétariat mondial supprimera l'inévitabilité de la restauration d'une société de classe antagonistes, ce qui assurera la transition à une société sans classe au sens où l'étendait Karl Marx.

Selon les enseignements de Karl Marx, l'existence d'une société mondiale sans classes est liée au mode de production communiste mondial. La libre association des producteurs est fondée sur le développement du mode de production communiste - à savoir, l'augmentation de la production en vue de couvrir au mieux les besoins sociaux par l'élimination progressive de toute forme de propriété privée des moyens de production - autrement dit, une société mondiale sans classe est fondée sur l'adéquation entre le développement communiste des forces productives avec le développement communiste des rapports de production. La transformation de la propriété privée des moyens de production en propriété socialisée mondiale est elle-même la transition à l'abolition de toute de propriété privée dans le monde.

* * *

Friedrich Engels, dans sa préface de la seconde édition du "Manifeste Communiste", en 1882 - soit 35 ans avant la Révolution d'Octobre - prédisait avec justesse :

"La Russie est à l'avant-garde du mouvement révolutionnaire de l'Europe. [...] si la révolution russe donne le signal d'une révolution prolétarienne en Occident, et que toutes deux se complètent, la propriété commune actuelle de la Russie pourra servir de point de départ à une évolution communiste. "

En un certain sens, Friedrich Engels avait prévu le chemin de la Révolution d'Octobre jusqu'à la création du socialisme "dans un seul pays".

Avant la Révolution communiste, l'empire Russe était une monarchie dirigée par un tsar. La Russie était un pays en grande partie agricole et était aux tout premiers stades de l'industrialisation de l'époque où Marx a vécu, à savoir en retard sur le développement industriel des pays occidentaux. A cause de cela, le gouvernement russe ne considérait pas les écrits de Marx comme une menace sérieuse. Les écrits de Marx pouvaient être distribués librement en Russie alors même qu'ils étaient interdits dans beaucoup d'autres pays. Il n'était donc pas étonnant que le marxisme risque d'être vidé de son sens par le légalisme russe. Mais Lénine a été le vainqueur d'une lutte implacable contre tous les falsificateurs du marxisme en Russie, contre les soi-disant "marxistes légalistes" (struvistes), qui dissimulaient leur libéralisme bourgeois derrière un discours marxiste.

Les écrits de Marx ont eu un profond impact sur Vladimir Lénine. Dès 1886, l'étudiant Lénine eut entre ses mains "le Capital" de Karl Marx (aujourd'hui, nous célébrons sont 150ème anniversaire). Pour Lénine, ce livre devint le point de départ pour la victoire de la révolution de 1917. Avec les écrits de Marx, Lénine est entré dans le chemin de la révolution, lui qui a été arrêté pour la première fois à 17 ans. En exil, il a pris part à divers cercles étudiants qui étudiaient les travaux de Karl Marx. C'est Lénine qui a levé la bannière révolutionnaire marxiste quand le capitalisme est entré dans l'époque impérialiste, à la fin du 19ème siècle. Lénine est devenu non seulement le plus grand marxiste de Russie mais aussi le plus grand marxiste du monde, le troisième classique du marxisme-léninisme. Lénine a été le premier à vérifier la justesse du marxisme par la pratique, à savoir la victoire de la Révolution d'Octobre. A travers Lénine, chef de la Révolution d'Octobre, les enseignements de Marx ont influencé de manière décisive la victoire de la révolution. La doctrine selon laquelle il n'y a pas de mouvement révolutionnaire sans théorie révolutionnaire c'est aussi appliqué en 1917, car sans marxisme révolutionnaire il n'y aurait pas eu de Révolution d'Octobre.

Comme Lénine l'a écrit dans son livre, "La maladie infantile du communisme (le gauchisme) "  :

"Le bolchevisme a surgi en 1903 au tout début de la fondation de la théorie marxiste" (Lénine, vol. 31)

C'est juste car seule cette théorie révolutionnaire a été prouvée par la victoire de la Révolution d'Octobre et sera à nouveau prouvée par la révolution socialiste mondiale également.

Dans sa lettre au comité central du POSDR(B) [parti ouvrier social-démocrate de Russie (bolchevique)], Lénine écrit le 13 septembre 1917 dans "le marxisme et l'insurrection":

Les marxistes sont accusés de blanquisme quand ils considèrent "l'insurrection comme un art" (citation de Marx) !

Pour réussir, l'insurrection ne saurait reposer sur une conspiration, pas plus sur un parti, mais sur la classe avancée. C'est le premier point. L'insurrection doit reposer sur le sursaut révolutionnaire du peuple. C'est le second point. L'insurrection doit compter sur ce point de bascule historique de l'essor de la révolution quand l'activité des rangs avancés du peuple est à son apogée, et quand les vacillations dans les rangs de l'ennemi et dans les rangs des faibles, des découragés et sympathisants de la révolution hésitants sont les plus fortes. C'est le troisième point. Et c'est trois conditions pour la question brûlante de l'insurrection distinguent le marxisme du blanquisme.

Une fois que ces trois conditions sont réunies, refuser de traiter l'insurrection comme un art est une trahison du marxisme et une trahison de la révolution." (Lénine, œuvres choisies, Volume 26, pp 22-27)

 

Quelle est la règle marxiste au sujet de l'art de l'insurrection que Lénine a mis en œuvre avec tant de succès durant la Révolution d'Octobre ?

 

"L'insurrection est un art au même titre que la guerre et que d'autres formes d'art. Elle est soumise à certaines règles dont l'omission conduit à sa perte le parti coupable de les négliger.

Primo, il convient de ne jamais jouer à l'insurrection, si l'on n'est pas décidé à la mener jusqu'au bout (littéralement, à affronter toutes les conséquences de ce jeu).

L'insurrection est une équation dont les paramètres sont indéterminés au plus haut point, et peuvent changer de valeur d'un jour à l'autre.

Les forces combattantes contre lesquelles il faut agir ont entièrement de leur côté la supériorité de l'organisation, de la discipline et de l'autorité traditionnelle. [...] Si les insurgés ne peuvent pas rassembler des forces supérieures contre leur adversaire, alors ils sont battus et anéantis.

Secundo, une fois l'insurrection commencée, il faut alors agir avec la plus grande détermination et passer à l'attaque.

La défensive est la mort de tout soulèvement armé ;

dans la défensive, il est perdu avant même de s'être mesuré avec les forces de l'ennemi. Il faut attaquer l'adversaire à l'improviste, alors que ses troupes sont encore dispersées, il faut s'efforcer de remporter chaque jour de nouveaux succès, même modestes ;

il faut maintenir l'ascendant moral que vous aura valu le premier succès des insurgés ; il faut attirer les éléments hésitants qui suivent toujours le plus fort et se rangent toujours du côté le plus sûr ;

il faut contraindre l'ennemi à la retraite avant qu'il ait pu rassembler ses troupes contre vous ; bref, agissez suivant les paroles de Danton, le plus grand maître jusqu'à ce jour de la tactique révolutionnaire : de l'audace, encore de l'audace et toujours de l'audace !" (Karl Marx/Friedrich Engels, œuvres choisies, VOLUME 11, page 86, la révolution et la contre-révolution en Allemagne, 1852).

Les enseignements géniaux de Marx et Engels sur l'insurrection ont été démontré par Lénine en Octobre 1917. Il a porté l'art de l'insurrection avec lui comme une forme concrète, des règles claires qui contiennent toute l'expérience des insurrections armées de toute l'histoire connue.

Lénine dressa le plan suivant pour l’insurrection :

"Encercler et isoler Petrograd ; la prendre grâce aux attaques combinées de la flotte, des ouvriers et de l’armée ;" combiner ces trois forces principales dans un tel chemin "afin d'être certain d'occuper et de tenir peu importe ce qu'il en coûte :

(a) le réseau téléphonique ; (b) le bureau central du télégraphe ; (c) la gare ferroviaire ; (d) tous les ponts". Pour la plus importante des opérations, des unités de choc spéciales devraient être formées par les éléments les "plus résolus" - les meilleurs ouvriers, et les jeunes ouvriers ; les meilleurs marins, les hommes les plus courageux, ceux dont la devise devrait être : "Nous allons mourir, mais l'ennemi ne passera pas". Réussir l'insurrection requiert de l'art et le triple de courage.

Le succès combiné des révolutions russes et mondiales dépend de deux ou trois jours de combat." (Lénine, œuvés choisies, édition anglaise, livre II, pp 98-99)

Marx est mort en 1884 mais il n'aura fallu que 33 ans avant que sa prédiction d'une inévitable victoire de la révolution communiste soit accomplie en 1917. Le marxisme a été central pour les bolcheviques de Lénine et a joué à un rôle clé, en particulier dans la fondation du POSDR(B), la Révolution d'Octobre et l'Union Soviétique jusqu'à la mort de Staline. Ensuite, le marxisme, comme si qu'il n'y avait pas eu de Révolution d'Octobre et d'Union Soviétique, a été trahi par le révisionnisme moderne. Il n'y a pas eu d'autre idéologie au monde qui a ait été à ce point trahie et déformée que le marxisme.

En particulier, la bourgeoisie mondiale saisira l'opportunité du 200ème anniversaire de Karl Marx pour raviver le feu de l'antimarxisme bourgeois. En cet anniversaire d'aujourd'hui, mais spécialement pour le 200ème anniversaire de Karl Marx, nous devons dire à nouveau la vérité que Lénine avait parfaitement décrite il y a 100 ans dans "L'état et la révolution" :

"Il arrive aujourd'hui à la doctrine de Marx ce qui est arrivé plus d'une fois dans l'histoire aux doctrines des penseurs révolutionnaires et des chefs des classes opprimées en lutte pour leur affranchissement. Du vivant des grands révolutionnaires, les classes d'oppresseurs les récompensent par d'incessantes persécutions ; elles accueillent leur doctrine par la fureur la plus sauvage, par la haine la plus farouche, par les campagnes les plus forcenées de mensonges et de calomnies. Après leur mort, on essaie d'en faire des icônes inoffensives, de les canoniser pour ainsi dire, d'entourer leur nom d'une certaine auréole afin de "consoler" les classes opprimées et de les mystifier ; ce faisant, on vide leur doctrine révolutionnaire de son contenu, on l'avilit et on en émousse le tranchant révolutionnaire. C'est sur cette façon d'"accommoder" le marxisme que se rejoignent aujourd'hui la bourgeoisie et les opportunistes du mouvement ouvrier. On oublie, on refoule, on altère le côté révolutionnaire de la doctrine, son âme révolutionnaire. On met au premier plan, on exalte ce qui est ou paraît être acceptable pour la bourgeoisie. Tous les social-chauvins sont aujourd'hui "Marxistes" - ne riez pas ! Et les savants bourgeois allemands, hier encore spécialisés dans l'extermination du marxisme, parlent de plus en plus souvent d'un Marx "national-allemand", qui aurait éduqué ces associations ouvrières si admirablement organisées pour la conduite d'une guerre de rapine !" (Lénine, œuvres choisies, Volume 15, premier paragraphe du chapitre 1)

Aujourd'hui, à l'occasion du 199ème anniversaire, nous nous préparons à la bataille idéologique de 2018 contre les falsificateurs de tous bords. Concentrons-nous dans la lutte contre les néo-révisionnistes. Ils cachent la vérité, c'est à dire que les révisionnistes modernes font passer la restauration du capitalisme pour du marxisme. Le néo-révisionnistes essayent cela uniquement dans le but d'empêcher la restauration du socialisme, en ré-établissant le pouvoir des révisionnistes.

Apprenons comme Lénine, qui exactement en Octobre 1917, a démasqué ces criminels "marxistes" qui ont osé "dénoncer" d'une supposée "conspiration militaire" (blanquisme) dans une situation où l'insurrection était déjà à l'ordre du jour :

"Le marxisme est une doctrine très profonde avec plusieurs aspects. Il n'est donc pas étonnant que des restes de citations de Marx - surtout lorsque les citations sont faites de manière inappropriée - peuvent toujours servir comme "arguments" pour ceux qui rompent avec le marxisme." (œuvres choisies de Lénine, Volume 26, pp. 214-215)

Dans de vaines tentatives, la bourgeoisie pointe la trahison des révisionnistes et la restauration du capitalisme comme un prétendu "échec du marxisme". C'est un mensonge. La justesse du marxisme sera prouvée par la mise en place du socialisme à l'échelle mondiale.

Le marxisme est indélébile.

Aujourd'hui le Comintern (SH) est seul vrai défenseur de Karl Marx et des quatre classiques. Nous soulignons encore, et nous continuerons d'insister sur le fait qu'il est impossible de défendre ne serait-ce qu'un seul de ces classiques sans défendre simultanément les quatre autres classiques.

Guidé par les enseignements invincibles des 5 classiques du marxisme-léninisme, nous marchons résolument vers la révolution socialiste mondiale, vers la dictature du prolétariat mondiale, vers le socialisme mondial et le communisme mondial.

Nous jurons de compléter le grand héritage que Karl Marx nous a légué.

Vive le 199ème anniversaire de Karl Marx !

Préparons ensemble l'activité nécessaire pour l'anniversaire de Karl Marx en 2018 !

Vive les 5 classiques du marxisme-léninisme, Marx, Engels, Lénine, Staline et Envers Hoxha !

Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Prolétariat mondial, unifiez tous les pays !

A bas l'antimarxisme réactionnaire !

A bas la trahison des révisionnistes et néo-révisionnistes du marxisme !

Vive le stalinisme-hoxhaisme, qui a amélioré l'enseignement du marxisme-léninisme dans le monde d'aujourd'hui !

Vive l'internationalisme prolétarien !

Vive la révolution prolétarienne socialiste mondiale !

Vive la dictature du prolétariat mondial !

Vive le socialisme mondial et le communisme mondial !

Vive le Comintern (SH) - le seul véritablement défenseur de Karl Marx et de son héritable révolutionnaire et prolétarien !


5 Mai 2017

Wolfgang Eggers

Komintern (SH)

Merci pour la traduction

 

 

 

 

 

 

 

A l'occasion du centenaire de la mort de Karl Marx

 

La doctrine de Marx boussole infaillible de la classe ouvrière

 

Zija Xholi

membre du Présidium du Conseil general des UPA

 

PUNA

Unions professionelles d'Albanie

2 - 1983

 

 

 

 

 

La 130e Anniversaire de la mort de Karl Marx

14e mars 2013

 

 

 

 

 

Message du Komintern (SH)
à l'occasion du 194e anniversaire
du camarade Engels

 28 Novembre 1820 - 28 Novembre 2014

Camarade Friedrich Engels est né il ya 194 années. Comme le 2e Classique du Marxisme-léninisme, l'héritage du camarade Engels est immortel et il vivra pour toujours sur les esprits et les cœurs de chaque travailleur et de chaque communiste vrai. Né dans une famille bourgeoise de la classe supérieure, jeune Friedrich a fait son choix de consacrer sa vie à la classe ouvrière depuis très tôt.

Durant sa vie, camarade Engels était l'ami le plus proche et collaborateur du camarade Marx (1er Classique du Marxisme-Léninisme). Pendant et après la mort de Marx, Engels se est efforcé pour défendre, consolider et développer le socialisme scientifique. En effet, le camarade Engels démasqué et condamné toutes les influences bourgeoises révisionniste qui visaient à détacher les travailleurs du monde du chemin de la science Marxiste authentique et de sa nature authentiquement révolutionnaire et prolétarien tenter de le transformer en une idéologie réformiste entièrement inoffensive à la domination de classe de la bourgeoisie . Tout comme Marx, Engels fermement refusé l'idéalisme de Hegel et a expliqué que les conditions de système économique capitaliste provoque cette classe bourgeoise crée inévitablement son propre fossoyeur: le prolétariat. Il a expliqué que la lutte de classe est la véritable locomotive de l'histoire humaine - qui est constitué par une succession de combats et les victoires de certaines classes plutôt que d'autres - et que ce est la classe la lutte des prolétaires qui définitivement anéantir la société de classe bourgeoise-capitaliste, et de mettre fin à toutes sortes d'exploitations toujours. Il a expliqué vraie nature oppressive innée de capitalismes avec une précision scientifique remarquable à une époque où le capitalisme était encore en ascension et son caractère monopoliste et impérialiste était encore à un stade initial. Lui et camarade Marx a analysé les conditions de développement des forces productives et a conclu que la venue d'un socialiste et plus tard d'une société communiste n’est pas une utopie, mais une nécessité historique incontournable à laquelle il n’existe pas aucune alternative possible.

En fait, camarade Engels était aussi l'un des principaux théoriciens de l'idéologie communiste, ayant beaucoup de livres écrits, plusieurs d'entre eux en coopération avec le camarade Marx, comme des volumes de Das Kapital. Parmi Engels œuvres les plus importantes, nous devons nous référer: La Situation de la classe laborieuse en Angleterre (sur la base d'Engels propres observations personnelles de la pauvreté et la misère du prolétariat anglais), Anti-Duhring (dans lequel de nombreuses questions cruciales concernant la conception de matérialiste histoire et sa théorie philosophique et socio-économique respective sont analysés), Ludwig Feuerbach, L'Origine de la famille, de la propriété privée et de l'État, parmi beaucoup d'autres textes de taille variable. Tous Travaux génial camarade Engels sont considérés comme parmi les œuvres les plus significatives du Marxisme et de contribuer sans aucun doute à l'ouverture des portes vers la libération totale et définitive des classes laborieuses opprimées de l'exploitation capitaliste de slavagist salariale.

Avec Marx, Engels a vécu dans de nombreux pays européens (Allemagne, Belgique, France, Grande-Bretagne, etc.) où ils ont développé le travail scientifique théorique et des activités pratiques révolutionnaires, contribuant activement à et en participant à de nombreuses luttes pertinentes de leur époque, comme la révolution de 1848. Et aussi avec Marx, Engels camarade était un des plus grands internationalistes prolétariens de tous les temps comme le co-fondateur de la Première Internationale que nous défendons et nous continuons comme l'Internationale communiste (Staliniens-Hoxhaists - SH). En fait, en 1864, lui et camarade Marx a fondé la première Association internationale pour hommes de travail, dont le but était atteint contribuer de façon décisive à l'avancement du mouvement ouvrier international à travers l'union des prolétaires de tous les pays.

Pour toutes ces raisons, nous Staliniens-Hoxhaistes rendrons hommage au camarade Engels, qui est un modèle et une inspiration pour nous dans le chemin vers la révolution socialiste mondiale, la dictature du prolétariat mondial, socialisme mondial et du communisme mondial fondé sur le Marxisme-Léninisme-Stalinisme-Hoxhaïsme. Nous serons toujours respecter et de défendre l'héritage révolutionnaire socialiste et prolétarienne du camarade Engels. Pour soutenir et de défendre l'héritage révolutionnaire et prolétarienne irremplaçable compagnon Engels signifie également respecter et défendre l'héritage révolutionnaire et prolétarien de tous les classiques du Marxisme-Léninisme dans son ensemble.


Vive le camarade direct Engels, le 2e Classique du Marxisme-Léninisme!

Vive les enseignements invincibles des cinq Classiques du Marxisme-Léninisme: Marx, Engels, Lénine, Staline et Enver Hoxha!

Vive la révolution socialiste prolétarienne violente mondiale et la dictature du prolétariat armée mondiale!

Vive le socialisme mondial et le communisme mondial!

Vive le Komintern (SH)!

 

* * *

 

Message du Comintern (SH)

à l'occasion du 119e anniversaire
de la mort du camarade Engels

  5 août 1895 - Août 5, 2014
 


Il ya 119 ans, le camarade Friedrich Engels est mort. Étant le seconde Classique du Marxisme-Léninisme, l'héritage de camarade Engels est immortel et il vivra pour toujours dans les esprits et les cœurs de tous les travailleurs et de tous les vrais communistes.


Durant sa vie, le camarade Engels était l'ami et le collaborateur le plus proche du camarade Marx (le premier Classique du Marxisme-Léninisme). Ils vivaient tous deux dans différents pays Européens (Allemagne, Belgique, France, Grande-Bretagne, etc.) où ils ont développé un travail scientifique théorique et des activités pratiques révolutionnaires, contribuent activement et participent à de nombreuses luttes pertinentes de leur époque, comme la révolution de 1848.


Pendant et après la mort de Marx, Engels s'est efforcé pour défendre, consolider et développer le socialisme scientifique. Le camarade Engels a refusé l'hégélianisme et, déjà avec Marx, reflète sur la société humaine d'une manière anti-idéaliste, concluant que ce n'est pas la conscience qui détermine l'existence, mais c'est l'existence qui détermine la conscience. Lorsqu'on se réfère à la doctrine de Marx et Engels, le troisième Classique du Marxisme-Léninisme a souligné ceux de conclure que:


« La philosophie de Hegel traitait du développement de l'esprit et des idées; elle était idéaliste. Du développement de l'esprit, elle déduisait celui de la nature, de l'homme et des rapports entre les hommes au sein de la société. Tout en reprenant l'idée hégélienne d'un processus perpétuel de développement, Marx et Engels en rejetèrent l'idéalisme préconçu; l'étude de la vie leur montra que ce n'est pas le développement de l'esprit qui explique celui de la nature, mais qu'au contraire il convient d'expliquer l'esprit à partir de la nature, de la matière... A l'opposé de Hegel et des autres hégéliens, Marx et Engels étaient des matérialistes. Partant d'une conception matérialiste du monde et de l'humanité, ils constatèrent que, de même que tous les phénomènes de la nature ont des causes matérielles, de même le développement de la société humaine est conditionné par celui de forces matérielles, les forces productives. Du développement des forces productives dépendent les rapports qui s'établissent entre les hommes dans la production des objets nécessaires à la satisfaction de leurs besoins. Et ce sont ces rapports qui expliquent tous les phénomènes de la vie sociale, les aspirations des hommes, leurs idées et leurs lois. Le développement des forces productives crée des rapports sociaux qui reposent sur la propriété privée, mais nous voyons aujourd'hui ce même développement des forces productives priver la majorité de toute propriété et concentrer celle-ci entre les mains d'une infime minorité. Il abolit la propriété, base de l'ordre social contemporain, et tend de lui-même au but que se sont assigné les socialistes. Ces derniers doivent seulement comprendre quelle est la force sociale qui, de par sa situation dans la société actuelle, est intéressée à la réalisation du socialisme, et inculquer à cette force la conscience de ses intérêts et de sa mission historique. » (Lénine, Friedrich Engels, 1895, édition en Français)


En outre, le camarade Engels a expliqué que les conditions de système économique capitaliste provoquent cette classe bourgeoise créant inévitablement son propre fossoyeur: le prolétariat. Il a expliqué que la lutte de classe est la véritable locomotive de l'histoire humaine - qui est constitué par une succession de combats et de victoires de certaines classes par rapport aux autres - et que c'est la lutte de classe prolétariat qui définitivement ira anéantir la société de classe bourgeois-capitaliste, et mettre un terme à tous les types d'exploitations pour toujours. Il a expliqué la vraie nature oppressive innée du capitalisme avec une précision scientifique remarquable à une époque où le capitalisme était encore en ascension et son monopole et le caractère impérialiste était encore à un stade initial. Lui et le camarade Marx ont analysé les conditions de développement des forces productives et ont conclu qu’une société socialiste et plus tard communiste n'est pas une utopie, mais une nécessité historique incontournable pour qu’il n'existe pas d'alternative possible.


Comme l'un des principaux théoriciens de l'idéologie communiste, le camarade Engels a écrit de nombreux livres, un grand nombre d'entre eux conjointement avec le camarade Marx, comme cela s'est produit avec la Sainte Famille et de certains volumes de
Das Kapital. Parmi les œuvres les plus importantes d’Engels, on peut citer: La Situation de la classe laborieuse en Angleterre (sur la base des propres observations d’Engels de la pauvreté et la misère du prolétariat Britannique), Anti-Durhing (dans lequel de nombreuses questions cruciales concernant la conception matérialiste de l'histoire et sa théorie philosophique et socio-économique respective sont analysés), Ludwig Feuerbach, L'origine de la famille, de la propriété privée et de l'État, parmi beaucoup d'autres textes de taille variable. Tous les travaux géniaux du camarade Engels sont considérés comme étant parmi les œuvres les plus importantes du Marxisme et sans aucun doute contribuent à l'ouverture des portes vers la libération totale et définitive des classes laborieuses opprimées de l'exploitation capitaliste salariée.


Mais à côté de cela, le camarade Engels était aussi l'un des plus grands internationalistes prolétariens de tous les temps comme le co-fondateur de la Première Internationale que nous défendons et continuons comme l'Internationale Communiste (Stalinien-Hoxhaiste - SH). En fait, en 1864, lui et le camarade Marx ont fondé la première Association Internationale des Travailleurs, dont le but atteint était de contribuer de manière décisive à la promotion du mouvement ouvrier international à travers l'union des prolétaires de tous les pays. Même après la fin de la Première Internationale et de la mort du camarade Marx, le camarade Engels est resté comme le théorique le plus important et le guide non seulement de mouvement ouvrier, mais aussi particulièrement de mouvement socialiste de l'Europe, dont les dirigeants de plusieurs pays ont toujours pris la connaissance, l'expérience et le conseille inestimables d’Engels en considération. En effet, même au cours de sa vie, le camarade Engels a démasqué et condamné toutes les influences bourgeoises et révisionnistes qui visaient à détacher les travailleurs du monde du chemin de la science Marxiste authentique et de sa nature authentiquement révolutionnaire et prolétarien et de tenter d'en faire une idéologie réformiste entièrement inoffensif pour la domination de classe de la bourgeoisie. Même de nos jours, nous Staliniens-Hoxhaistes prendre de nombreux enseignements précieux de cette lutte menée par le camarade Engels.

Pour toutes ces raisons, les enseignements infaillibles et immortels du camarade Engels sont un phare authentique pour tous ceux qui suivent la voie de la révolution socialiste mondiale, la dictature du prolétariat mondial, du socialisme mondial et du communisme mondial. Notre idéologie est appelé le Marxisme-Léninisme-Stalinisme-Hoxhaisme, mais on ne peut jamais sous-estimer les enseignements du camarade Engels, sans laquelle les leçons des autres Classiques ne seraient jamais complètes. Soutenir et défendre l'héritage révolutionnaire et prolétarien irremplaçable du compagnon Engels signifie aussi soutenir et défendre l'héritage révolutionnaire et prolétarien de tous les classiques du Marxisme-Léninisme dans son ensemble.



Vive le camarade Engels, le seconde Classique du Marxisme-Léninisme!


Vivent les enseignements invincibles des cinq Classiques du Marxisme-Léninisme: Marx, Engels, Lénine, Staline et Enver Hoxha!


Vive la révolution violente prolétarienne socialiste mondiale et la dictature du prolétariat armé mondiale!


Vive le socialisme mondial et le communisme mondial!


Vive le Comintern (SH)!

 

 

 

À propos de Marx et Engels françaises