l’Internationale Communiste

( IIIe Internationale )





IV° congrès



de l’Internationale Communiste



Novembre 1922



Part: II











Thèses sur la question nègre

Résolution sur l'Internationale des Jeunesses Communistes

Résolution sur l'action féminine

Résolution sur la question de l'éducation

I. Le travail d'éducation des partis communistes

II. L'agitation

III. Connaissance des principale résolutions du parti et de l'Internationale Communiste

Résolution sur l'assistance prolétarienne à la Russie Soviétique

Résolution sur l'aide aux victimes de la répression capitaliste

Résolution sur la réorganisation de l'Exécutif et son activité future

Le Congrès Mondial

L'Exécutif

L'Exécutif Elargi

Le Présidium

La division du travail dans l'Exécutif

Résolution sur la question française

La crise du Parti et le rôle des fractions

L'extrême-gauche

La question syndicale

Les leçons de la grève du Havre

La franc-maçonnerie, la Ligue des Droits de l'Homme et la presse bourgeoise

Les candidats du Parti

L’action communiste dans les colonies

Décisions

Programme de travail et d'action du Parti Communiste Français

Résolution sur la question italienne

Résolution sur la question tchécoslovaque

I. L'opposition

II. La presse

III. Les défauts du Parti

Résolution sur la question norvégienne

Résolution sur l'Espagne

Résolution sur la question yougoslave

Résolution sur le Parti Danois

Résolution sur l'Irlande

Résolution sur le Parti Socialiste d'Egypte









Thèses

sur la question nègre



1. Pendant et après la guerre, il s'est développé parmi les peuples coloniaux et semi-coloniaux, un mouvement de révolte contre le pouvoir du capital mondial, mouvement qui fait de grands progrès. La pénétration et la colonisation intense des régions habitées par des races noires pose le dernier grand problème dont dépend le développement futur du capitalisme. Le capitalisme français admet clairement que son impérialisme, après la guerre, ne pourra se maintenir que par la création d'un empire franco-africain, relié par une voie terrienne transsaharienne. Les maniaques financiers de l'Amérique, qui exploitent chez eux 12 millions de nègres, s'appliquent maintenant à pénétrer pacifiquement en Afrique. Les mesures extrêmes prises pour écraser la grève du Rrand montrent assez combien l'Angleterre redoute la menace surgie pour sa position en Afrique. De même que sur le Pacifique le danger d'une autre guerre mondiale est devenu menaçant par suite de la concurrence des puissances impérialistes, de même l'Afrique apparaît comme l'objet de leurs rivalités. Bien plus, la guerre, la révolution russe, les grands mouvements qui ont soulevé les nationalistes d'Asie et les musulmans contre l'impérialisme, ont éveillé la conscience de millions de nègres opprimés par les capitalistes, réduits à une situation inférieure depuis des siècles, non seulement en Afrique, mais peut-être même encore davantage en Amérique.

2. L'histoire a dévolu aux nègres d'Amérique un rôle important dans l'affranchissement de toute la race africaine. Il y a 300 ans que les nègres américains ont été arrachés de leur pays natal, l'Afrique, transportés en Amérique où ils ont été l'objet des pires traitements et vendus comme esclaves. Depuis 250 ans, ils ont travaillé sous le fouet des propriétaires américains : ce sont eux qui ont coupé les forêts, construit les routes, planté les cotonniers, posé les traverses de chemins de fer et soutenu l'aristocratie du Sud. Leur récompense a été la misère, l'ignorance, la dégradation. Le nègre n'était pas un esclave docile, il a eu recours à la rébellion, à l'insurrection, aux menées souterraines pour recouvrer sa liberté ; mais ses soulèvements ont été réprimés dans le sang ; par la torture, on l'a forcé à se soumettre ; la presse bourgeoise et la religion se sont associées pour justifier son esclavage. Quand l'esclavage concurrença le salariat et devint un obstacle au développement de l'Amérique capitaliste, il dut disparaître. La guerre de sécession entreprise, non pas pour affranchir les nègres, mais pour maintenir la suprématie industrielle des capitalistes du Nord, mit le nègre dans l'obligation de choisir entre l'esclavage dans le Sud et le salariat dans le Nord. Les muscles, le sang, les larmes du nègre « affranchi » ont aidé à l'établissement du capitalisme américain, et quand, devenue une puissance mondiale, l'Amérique a été entraînée dans la guerre mondiale, le nègre américain a été déclaré l'égal du blanc, pour tuer et se faire tuer pour la démocratie. Quatre cent mille ouvriers de couleur ont été enrôlés dans les troupes américaines, où ils ont formé les régiments de « Jim crow ». A peine sortis de la fournaise de la guerre, les soldats nègres, revenus au foyer, ont été persécutés, lynchés, assassinés, privés de toute liberté et cloués au pilori. Ils ont combattu, mais pour affirmer leur personnalité ils ont dû payer cher. On les a encore plus persécuté qu'avant la guerre pour leur apprendre à « rester à leur place ». La large participation des nègres à l'industrie après la guerre, l'esprit de rébellion qu'ont éveillé en eux les brutalités dont ils sont les victimes, met les nègres d'Amérique, et surtout ceux de l'Amérique du Nord, à l'avant-garde de la lutte de l'Afrique contre l'oppression.

3. C'est avec une grande joie que l'Internationale Communiste voit les ouvriers nègres exploités résister aux attaques des exploiteurs, car l'ennemi de la race nègre est aussi celui des travailleurs blancs. Cet ennemi, c'est le capitalisme, l'impérialisme. La lutte internationale de la race nègre est une lutte contre le capitalisme et l'impérialisme. C'est sur la base de cette lutte que le mouvement nègre doit être organisé : en Amérique, comme centre de culture nègre et centre de cristallisation de la protestation des nègres ; en Afrique, comme réservoir de main-d'œuvre pour le développement du capitalisme ; en Amérique Centrale (Costa-Rica, Guatémala, Colombie, Nicaragua et les autres républiques « indépendantes » où l'impérialisme américain est prédominant) ; à Porto-Rico, à Haïti, à Saint-Domingue et dans les autres îles de la mer du Caraïbes, où les mauvais traitements infligés aux nègres par les envahisseurs américains ont soulevé les protestations des nègres protestations des nègres conscients et des ouvriers blancs révolutionnaires. En Afrique du Sud et au Congo, l'industrialisation croissante de la population nègre a provoqué des soulèvements de formes variées ; en Afrique Orientale, la pénétration récente du capital mondial pousse la population indigène à résister activement à l'impérialisme.

4. L'Internationale Communiste doit indiquer au peuple nègre qu'il n'est pas seul à souffrir de l'oppression du capitalisme et de l'impérialisme, elle doit lui montrer que les ouvriers et les paysans d'Europe, d'Asie et d'Amérique, sont aussi les victimes de l'impérialisme ; que la lutte contre l'impérialisme n'est pas la lutte d'un seul peuple, mais de tous les peuples du monde ; qu'en Chine, en Perse, en Turquie, en Egypte et au Maroc, les peuples coloniaux combattent avec héroïsme contre leurs exploiteurs impérialistes, que ces peuples se soulèvent contre les mêmes maux que ceux qui accablent les nègres (oppression de race, exploitation industrielle intensifiée. mise à l'index) ; que ces peuples réclament les mêmes droits que les nègres : affranchissement et égalité industrielle et sociale.

L'Internationale Communiste, qui représente les ouvriers et les paysans révolutionnaires du monde entier dans leur lutte pour abattre l'impérialisme, l'Internationale Communiste qui n'est pas seulement l'organisation des ouvriers blancs d'Europe et d'Amérique, mais aussi celle des peuples de couleur opprimés du monde entier, considère qu'il est de son devoir d'encourager et d'aider l'organisation internationale du peuple nègre dans sa lutte contre l'ennemi commun.

5. Le problème nègre est devenu une question vitale de la révolution mondiale. La IIIe Internationale qui a reconnu le précieux secours que pouvaient apporter à la révolution prolétarienne les populations asiatiques dans les pays semi-capitalistes, regarde la coopération de nos camarades noirs opprimés essentielle à la révolution prolétarienne qui détruira la puissance capitaliste. C'est pourquoi le 4e Congrès déclare que tous les communistes doivent spécialement appliquer au problème nègre les « thèses sur la question coloniale ».

6. a) Le 4e Congrès reconnaît la nécessité de soutenir toute forme du mouvement nègre ayant pour but de miner et d'affaiblir le capitalisme ou l'impérialisme, ou d'arrêter sa pénétration.

b) L'Internationale Communiste luttera pour assurer aux nègres l'égalité de race, l'égalité politique et sociale.

c) L'internationale Communiste utilisera tous les moyens à sa disposition pour amener les trade-unions à admettre les travailleurs nègres dans leurs rangs ; là où ces derniers ont le droit nominal d'adhérer aux trade-unions, elle fera une propagande spéciale pour les attirer ; si elle n'y réussit pas, elle organisera les nègres dans des syndicats spéciaux et appliquera particulièrement la tactique du front unique pour forcer les syndicats à les admettre dans leur sein.

      1. L'Internationale Communiste préparera immédiatement un Congrès ou une conférence générale des nègres à Moscou.







Résolution

sur l'Internationale des Jeunesses Communistes



1. Le 2e Congrès mondial de l'Internationale des Jeunesses Communistes a décidé, d'accord avec les résolutions du 3e Congrès de l'I.C., de subordonner au point de vue politique les Jeunesses Communistes aux Partis Communistes. Il a décidé également de réorganiser les J.C., qui n'étaient jusque là que des organisations d'avant-garde renfermées en elles-mêmes et uniquement politiques, en grandes organisations de masses de la jeunesse ouvrière qui se donneront pour tâche de représenter les intérêts de la jeunesse ouvrière dans tous les domaines, dans les cadres du travail de la classe ouvrière et sous la direction politique des P.C. Toutefois, comme auparavant, les J.C. doivent rester des organisations politiques, et la participation à la lutte politique doit continuer à être à la base de leur action.

La lutte pour les revendications économiques quotidiennes de la classe ouvrière et contre le militarisme était considérée jusqu'ici comme le moyen direct le plus important d'éveiller et de conquérir les grandes masses de la jeunesse ouvrière. Les nouvelles tâches exigent une réorganisation des formes de travail ainsi que de l'activité des organisations. L'accomplissement d'un travail méthodique de formation communiste au sein de l'organisation ainsi qu'un travail parmi les masses des adolescents non affiliés à l'organisation a été reconnu indispensable.

L'application des décisions du 2e Congrès mondial, qui ne pourra être obtenue que par un travail long et persévérant, s'est heurtée à certaines difficultés du fait que la plupart des J.C. avaient pour la première fois à accomplir de pareilles tâches. La crise économique (appauvrissement, chômage) et l'assaut de la réaction ont obligé plusieurs organisations à devenir illégales, ce qui a diminué le nombre de leurs membres. L'esprit révolutionnaire a baissé dans toute la classe ouvrière à la suite de l'affaissement momentané de la vague révolutionnaire. Cette situation a eu sa répercussion sur la jeunesse ouvrière, dont l'esprit s'est modifié pendant cette époque, et qui a manifesté moins d'intérêt pour la politique. En même temps, la bourgeoisie, ainsi que la social-démocratie, redoublaient d'efforts pour influencer et organiser la jeunesse ouvrière.

Depuis leur 2e Congrès, les Jeunesses ont partout appliqué le principe de la subordination aux Partis Communistes ; pourtant les rapports entre ces derniers et les Jeunesses ne s'effectuent pas encore dans le sens de l'application intégrale des résolutions du Congrès International. La raison en est surtout que souvent les partis n'accordent pas dans une mesure suffisante aux Jeunesses l'appui indispensable au développement de leur activité.

Au cours des quinze derniers mois, des mesures pratiques ont été prises dans la plupart des J.C. pour le remaniement des organisations dans le sens des résolutions du 2e Congrès mondial, de sorte qu'existent déjà les conditions premières pour la transformation des J.C. en organisations de masses. Par la propagande en faveur des revendications économiques de la jeunesse ouvrière, les J.C. ont, en outre, dans toute une série de pays, frayé une voie qu'elles devront suivre pour continuer à influencer les grandes masses et ont déjà entrepris toute une série de campagnes et même de luttes concrètes.

Les J.C., jusqu'à maintenant, ne se sont pas encore entièrement transformées en organisations de masses, tant au point de vue numérique qu'au point de vue de la liaison organique avec les masses, liaison nécessaire pour pouvoir influencer et diriger constamment ces dernières ; aussi ont-elles encore des tâches importantes à accomplir sous ce rapport.

2. L'offensive du Capital a fortement atteint la jeunesse ouvrière. La baisse des salaires, la prolongation de la journée de travail, le chômage, l'exploitation de la main-d'œuvre, atteignent la jeunesse non seulement au même degré que la classe ouvrière adulte, mais revêtent souvent pour elle des formes encore pires. La jeunesse ouvrière est employée contre la classe ouvrière adulte ; on se sert d'elle pour abaisser les salaires, pour briser les grèves, pour augmenter le chômage des ouvriers adultes. Cette situation dangereuse pour toute la classe ouvrière est maintenue et intensifiée par l'attitude traîtresse de la bureaucratie syndicale réformiste, qui néglige les intérêts de la jeunesse ouvrière, les sacrifie même parfois, et éloigne les masses des ouvriers adolescents de la lutte de la classe ouvrière adulte. Souvent même, cette bureaucratie refuse l'entrée des syndicats aux jeunes. La croissance ininterrompue du militarisme bourgeois augmente également les souffrances des jeunes ouvriers et des paysans, profondément opprimés pendant leur séjour à la caserne qui les prépare au rôle de chair à canon des guerres impérialistes futures. La réaction sévit surtout contre la jeunesse européenne : en certains endroits elle interdit la formation d'organisations de Jeunesses Communistes, même là où il existe des Partis Communistes.

Les deux Internationales des Jeunesses social-démocrates sont restées inactives jusqu'à présent en présence de la misère de la jeunesse ouvrière ; elles ont fait bloc et ont tenté d'étouffer la volonté des jeunes ouvriers de lutter avec les adultes contre la bourgeoisie. La création de ce bloc ne tendait pas seulement à éloigner de la lutte et du front unique les masses opprimées de la jeunesse ouvrière ; elle était spécialement dirigée contre l'internationale Communiste ; elle devait conduire à bref délai à la fusion des Internationales des Jeunesses social-démocrates.

L'Internationale Communiste proclame la nécessité absolue de l'établissement du front unique entre la Jeunesse ouvrière et la classe ouvrière adulte ; elle exhorte les Partis Communistes et tous les ouvriers. du monde entier à appuyer énergiquement les revendications de la Jeunesse ouvrière en lutte contre l'offensive du Capital, contre le militarisme bourgeois et contre la réaction.

Elle salue avec joie la lutte que l'Internationale des Jeunesses Communistes mène pour des revendications vitales, pour l'unité du front de la Jeunesse ouvrière, pour le front unique entre les ouvriers adolescents et adultes, et lui donne son entier appui. Les attaques du Capital qui menacent de plonger la Jeunesse ouvrière dans la misère la plus profonde et d'en faire une victime impuissante du militarisme et de la réaction doivent se briser à la résistance de fer de toute la classe ouvrière.

3. Pour développer son activité et résoudre les problèmes qui surgissent dans la voie de la conquête et de l'éducation des masses, le mouvement des Jeunesses Communistes a besoin d'être compris et soutenu activement par les partis communistes.

Les intérêts et la force politique du mouvement des Jeunesses Communistes doivent être soutenus d'une façon efficace par la collaboration intime du Parti et de la Jeunesse dans tous les domaines et la participation permanente des J.C. à la vie politique des partis. Ce soutien, ce concours sont indispensables aux Partis Communistes dans leur lutte et dans leur œuvre de réalisation des résolutions de l'Internationale Communiste. Ils sont également la base d'un mouvement véritable des J.C. Les partis communistes doivent aider les J.C. au point de vue de l'organisation. Ils doivent désigner un certain nombre de leurs membres, choisis parmi les plus jeunes, pour collaborer à l'œuvre des J.C. et créer des organisations des Jeunesses là où le Parti possède déjà les siennes. Etant donné que les J.C. ont maintenant pour tâche de concentrer leur activité sur les masses de la Jeunesse ouvrière, les P.C. devront surtout intensifier la création et le travail des J.C. (noyaux et fractions) dans les entreprises et les syndicats. Les Partis et la Jeunesse devront avoir une représentation réciproque dans tous leurs organes respectifs (noyaux, groupes locaux, directions régionales, comités centraux, congrès, fractions, etc.).

Les J.C. devront prendre racine dans les masses de la jeunesse ouvrière en intensifiant leur propagande économique, en s'occupant continuellement, d'une manière concrète, de la vie et des questions intéressant les jeunes ouvriers, en représentant continuellement leurs intérêts et en dirigeant la jeunesse dans la lutte commune qu'elle doit soutenir avec la classe ouvrière adulte. C'est pourquoi les P.C. doivent soutenir activement le travail économique des J.C. dans les noyaux et les fractions, dans les ateliers, dans les écoles et surtout dans les syndicats, où il est nécessaire de réaliser la collaboration la plus étroite entre membres des J.C. et des P.C. Dans ces organisations, la tâche des membres du Parti est de veiller surtout à ce que les ouvriers adolescents et les apprentis entrent dans les syndicats ouvriers et y jouissent des mêmes droits que les autres membres ; ils doivent insister pour que les cotisations des jeunes soient proportionnées à leurs salaires, et qu'il soit tenu compte de leurs revendications dans la lutte syndicale et lors de la conclusion des contrats collectifs, etc. Les P.C. soutiendront en outre le travail économique syndical des J.C. en appuyant activement toutes les campagnes de ces dernières, en reprenant à leur compte leurs revendications, en en faisant l'objet de leur lutte quotidienne.

Vu la croissance du danger de guerre impérialiste et le renforcement de la réaction, les P.C. devront appuyer le plus possible et diriger pratiquement la lutte antimilitariste des J.C. Les J.C. doivent être les combattants les plus ardents du Parti pour défendre la classe ouvrière contre la réaction.

L'œuvre d'éducation communiste acquiert une grande importance du fait de la réorganisation des J.C. en grandes organisations de masses. En effet, l'éducation et la formation communistes des J.C. deviennent particulièrement nécessaires pour la conquête des masses. L'œuvre d'éducation des J.C. nécessite une organisation spéciale et autonome et doit être réalisée méthodiquement. Le Parti doit soutenir cette œuvre en fournissant abondamment aux J.C. les forces culturelles et les matériaux nécessaires, en aidant à l'organisation de leurs écoles et cours, en réservant aux jeunes des places dans les écoles du Parti, en publiant dans les écoles du Parti des écrits destinés à la jeunesse.

Le Congrès considère comme indispensable que, dans sa presse, le Parti soutienne plus qu'il ne l'a fait jusqu'à présent, la lutte des J.C. ; à cet effet, il fera paraître régulièrement des chroniques et des suppléments spécialement destinés à la jeunesse et, dans tous ses organes, ne perdra jamais de vue les conditions de vie et la lutte des jeunes ouvriers.

Le monde bourgeois qui, dans ses efforts, se heurte à la conscience de la classe ouvrière adulte et à la résistance de la jeunesse ouvrière révolutionnaire, s'efforce surtout d'empoisonner les enfants de la classe ouvrière et de les soustraire à l'influence prolétarienne. Aussi l'organisation et le développement des groupes d'enfants communistes ont-ils une grande importance. Ces groupes seront, au point de vue de l'organisation, subordonnés à la jeunesse et dirigés par elle ; le Parti appuiera cette œuvre en fournissant des forces et en participant à la direction des groupes d'enfants. La presse des enfants communistes, dont la création a déjà été entreprise par les J.C. de divers pays, devra être soutenue par le Parti.

Une collaboration particulièrement intime entre les J.C. et les partis est indispensable dans les pays où la réaction oblige le mouvement communiste à devenir illégal.

Montrant l'importance particulière de l'œuvre communiste tendant à la conquête des masses de la jeunesse ouvrière, le 4e Congrès souligne l'importance particulière qu'acquiert actuellement l'Internationale des Jeunesses Communistes, salue en cette dernière le combattant le plus ardent de la cause de l'Internationale Communiste et considère les Jeunesses Communistes comme la réserve de l'avenir.









Résolution

sur l'action féminine



Le 4e Congrès mondial de l'Internationale Communiste approuve l'activité du Secrétariat féminin international de Berlin. Le Secrétariat féminin a fait en sorte que dans tous les pays ayant un mouvement révolutionnaire, les femmes communistes adhèrent aux sections de l'Internationale Communiste, soient éduquées, et attirées par les travaux et les luttes du Parti. En outre, le Secrétariat a répandu l'agitation et la propagande communiste dans les grandes masses féminines, et a mis ces dernières en mouvement pour les intérêts des masses laborieuses.

Le Secrétariat Communiste International des femmes a réussi à relier dans les différents pays le travail des femmes communistes organisées au travail et à la lutte des partis communistes et de l'Internationale Communiste. Il a réussi, d'accord avec les partis communistes des différents pays, à approfondir et à consolider les rapports internationaux entre les femmes communistes organisées dans ces partis. Toute son action s'est déroulée en complet et en constant accord avec le Comité Exécutif, d'après les directives et les décisions du Congrès mondial de l'Internationale des femmes communistes à Moscou.

Les organismes spéciaux fondés par suite de ces décisions (Secrétariat féminin, sections féminines, etc.), et les méthodes particulières utilisées dans le travail des partis communistes parmi les femmes, se sont montrés non seulement utiles, mais aussi indispensables, pour faire pénétrer dans les couches profondes des travailleuses les mots d'ordre et les idées communistes.

Dans les pays à régime capitaliste, il fallait agir en premier lieu parmi les femmes prolétariennes, les déterminer à se défendre contre l'exploitation des capitalistes, à lutter pour abattre la bourgeoisie et instaurer la dictature du prolétariat. Par contre, dans les Etats soviétiques, il fallait surtout attirer les ouvrières et les paysannes à tous les domaines de la production et de la vie sociale, à l'organisation de l'Etat prolétarien, et les éduquer pour leur permettre de remplir les devoirs qui s'imposent à elles. La signification internationale de la Russie des Soviets, premier Etat ouvrier formé par la révolution mondiale, est d'une grande importance pour l'action communiste parmi les travailleuses dans toutes les sections de l'Internationale Communiste où le prolétariat doit s'emparer du pouvoir politique, condition de la transformation communiste de la société. L'activité du Secrétariat féminin pour l'Orient, qui a effectué sur un terrain nouveau et particulier un travail efficace, montre également que des organismes spéciaux sont indispensables pour le travail communiste parmi les femmes.

Malheureusement, le 4e Congrès de l'Internationale Communiste doit constater que certaines sections n'ont pas rempli ou n'ont rempli que superficiellement leur devoir, qui est de soutenir d'une façon systématique le travail communiste parmi les femmes. Jusqu'à présent, ils n'ont ni appliqué les règles de l'organisation des femmes communistes dans le parti, ni créé les organismes du parti indispensables au travail parmi les femmes et à l'établissement de la liaison avec ces dernières.

Le 4e Congrès exige de ces sections de faire au plus vite ce qu'elles ont négligé. En même temps, il demande à toutes les sections de l'Internationale Communiste d'accorder une attention particulière au travail communiste parmi les femmes. Le front unique prolétarien ne peut être réalisé que si les femmes en font partie. Une liaison solide entre les Partis Communistes et les travailleuses permettra à ces dernières, dans certaines circonstances, d'ouvrir la voie au front unique prolétarien dans les mouvements de masses révolutionnaires.

L'Internationale Communiste doit rassembler, sans distinction, toutes les forces du prolétariat et des masses laborieuses, leur donner la conscience révolutionnaire nécessaire à la lutte qui anéantira la domination de la bourgeoisie.









Résolution

sur la question de l'éducation



I. Le travail d'éducation des partis communistes

L'organisation d'un travail d'éducation marxiste est une tâche indispensable de tous les partis communistes. Le but de ce travail d'éducation est l'élévation du niveau intellectuel et des capacités de lutte et d'organisation des membres et fonctionnaires des partis. Parallèlement à l'éducation marxiste générale, les fonctionnaires du parti devront recevoir l'éducation qui leur est nécessaire dans leur spécialité.

Le travail d'éducation communiste, qui doit faire partie intégrante de l'activité du parti, doit être soumis à sa direction. Dans les pays où l'éducation des ouvriers est entre les mains d'organisations spéciales en dehors du parti, ce but devra être atteint par un travail systématique des communistes au sein de ces organisations.

Il faudra créer auprès de tous les comités centraux des sections d'éducation, chargées de diriger toute l'activité éducative du parti. Tous les membres du Parti Communiste qui travaillent dans des organisations d'éducation prolétariennes non dirigées par le parti (associations d'éducation ouvrière, universités ouvrières, « proletcult », écoles du travail, etc.), devront être soumis au contrôle du parti.

Afin de mener le travail d'éducation communiste, les partis devront, dans la mesure de leurs moyens, créer des écoles centrales et locales du parti, des cours et conférences ; ils mettront à la disposition des groupes des professeurs et des conférenciers, organiseront des bibliothèques, etc.

Les partis communistes sont tenus de soutenir matériellement et moralement le travail d'éducation indépendant des Jeunesses Communistes. Ces dernières devront être attirées dans tous les établissements du parti. L'éducation des enfants prolétariens devra être menée en collaboration avec les Jeunesses Communistes. Les directives de ce travail devront être fournies par la section qui sera créée au sein du Comité Exécutif de l'Internationale Communiste.

Cette section d'éducation aura pour tâche d'approfondir les problèmes de l'éducation communiste, de diriger tout le travail d'éducation des divers partis de l'Internationale Communiste et de coordonner le travail dans les établissements d'instruction prolétariens en dehors du parti. Elle rassemblera et fera connaître les expériences internationales, enrichira les méthodes de travail dans les différents pays, rédigera et éditera des directives, des manuels et autre matériel nécessaire au travail d'éducation, et tranchera tous les problèmes spéciaux se rapportant au travail d'éducation dans les différents pays. Elle devra également étudier et préparer les problèmes de la politique scolaire des différents partis et de l'Internationale Communiste.

En vue d'approfondir l'éducation marxiste et la formation communiste pratique des meilleurs camarades appartenant aux diverses sections de l'Internationale Communiste, des cours internationaux seront organisés auprès de l'Académie Socialiste et autres institutions analogues de la Russie Soviétique.

II. L'agitation

1. Tous les membres de l'Internationale Communiste sont tenus de faire de l'agitation parmi les ouvriers en dehors du parti. Cette agitation devra être menée partout où il y a des ouvriers, dans les ateliers, dans les syndicats, dans les réunions populaires, dans les associations ouvrières, sportives, coopératives de locataires, dans les maisons du peuple et les restaurants ouvriers, dans les chemins de fer, dans les villages, etc., et aussi dans les logements ouvriers.

2. L'agitation devra toujours s'appuyer sur les besoins concrets des ouvriers en vue de diriger ces derniers dans la voie de la lutte de classe révolutionnaire. Il ne faut pas poser des revendications que les ouvriers sont incapables de comprendre, mais les pousser à la lutte pour les revendications communes du prolétariat, contre le régime capitaliste dans tous les domaines.

3. Les communistes devront participer à toutes les luttes des ouvriers contre le régime capitaliste en combattant au premier rang pour les intérêts généraux du prolétariat et en montrant partout l'exemple.

4. Les organes centraux du parti devront fournir à tous les groupes locaux des instructions pratiques sur le travail d'agitation régulier de tous les membres du parti ainsi que sur le travail dans les diverses campagnes (campagnes électorales, campagnes contre la cherté de la vie et les impôts, mouvements des conseils d'usines et des chômeurs) et dans toutes les actions dirigées par le parti.

(Copie de toutes ces instructions devra être envoyée au Comité Exécutif de l'Internationale Communiste).

5. Tous les membres du parti devront réclamer à leur groupe des instructions concrètes sur le moyen de mener l'agitation. C'est surtout aux noyaux communistes, aux « groupes de dix », à donner de telles instructions et à en contrôler l'application. Là où ces groupes n'existent pas, il faudra nommer des préposés spéciaux à l'agitation.

6. Toutes les organisations du parti devront établir, au cours de l'hiver prochain, à propos de tous les membres du parti :

1° S'ils font de l'agitation parmi les ouvriers en dehors du parti.

  1. régulièrement ou

  2. occasionnellement seulement ou

  3. pas du tout ;

2° S'ils accomplissent quelque autre travail pour le parti

  1. régulièrement ou

  2. occasionnellement seulement, ou

  3. pas du tout.

Les explications nécessaires à propos de ce questionnaire devront être données à toutes les organisations par le Comité Central du parti, après entente préalable avec le Comité Exécutif de l'Internationale Communiste.

Les Comités régionaux et les groupes locaux sont responsables de la réalisation de cette enquête. Les résultats devront en être envoyés par la Centrale du parti au Comité Exécutif de l'Internationale Communiste.

III. Connaissance des principale résolutions du parti et de l'Internationale Communiste

1. Tous les membres de l'Internationale Communiste doivent connaître les décisions importantes, non seulement de leur parti, mais aussi de l'internationale Communiste.

2. Toutes les organisations des divers partis doivent veiller à ce que tous les membres du parti connaissent au moins le programme de leur propre parti et les 21 conditions d'admission à l'Internationale Communiste, ainsi que les décisions de l'Internationale Communiste concernant leur parti. Il sera procédé à la vérification des connaissances des membres du parti.

3. Les fonctionnaires responsables doivent connaître à fond toutes les décisions d'organisation et de tactique importantes des différents congrès mondiaux et être examinés sur ce point. Cet examen est également recommandé (mais non obligatoire) pour les autres membres du parti.

      1. Le Comité Directeur de chaque section est tenu de fournir à ses organisations les instructions pour l'application de ces décisions et d'en faire, au printemps prochain, un rapport sur les résultats au Comité Exécutif de l'Internationale Communiste.





Résolution

sur l'assistance prolétarienne à la Russie Soviétique



1. Les ouvriers de tous les pays, sans distinction d'opinions politiques ou syndicales sont intéressés au maintien et à la consolidation de la Russie soviétique. Outre le sentiment profondément enraciné de solidarité prolétarienne, la conscience de cet intérêt avant tout a déterminé tous les partis et organisations ouvrières à appuyer l'action de secours aux affamés de Russie et a décidé des millions de travailleurs de tous les pays à faire avec enthousiasme les plus grands sacrifices. Grâce à l'appui fourni par l'action du secours prolétarien, action qui est devenue la plus puissante et la plus durable des actions de solidarité internationale depuis l'existence du mouvement ouvrier, la Russie Soviétique a pu traverser les plus sombres jours de la famine et triompher du fléau.

Mais déjà au cours de la campagne d'assistance aux affamés, les grandes organisations ouvrières qui ont pris part à cette œuvre ont reconnu que l'on ne pouvait se borner à fournir un secours alimentaire à la Russie soviétique. La guerre économique des Etats et des groupes impérialistes contre la Russie soviétique continue sans relâche. Le blocus économique subsiste sous forme de refus de crédit, et chaque fois que des groupes capitalistes entrent en rapports d'affaires avec la Russie soviétique, c'est uniquement dans le but de s'assurer de monstrueux profits et d'exploiter la Russie.

Dans tous les conflits de la Russie soviétique avec les impérialistes, les travailleurs de tous les pays ont le devoir de soutenir la Russie ; de même, dans la guerre économique que mènent contre elle les impérialistes, ils doivent l'appuyer par tous les moyens pratiques et entre autres par des secours économiques.

2. Le meilleur appui pour la Russie soviétique dans la guerre économique est la lutte politique révolutionnaire des ouvriers qui doivent exercer une forte pression sur leurs gouvernements respectifs pour les obliger à reconnaître le gouvernement soviétique et à procéder au rétablissement des rapports commerciaux avec la Russie. Vu l'importance considérable de l'existence de la Russie soviétique pour les travailleurs, le prolétariat mondial doit, concurremment à l'action politique, mobiliser le maximum de ressources économiques pour soutenir la Russie soviétique.

Chaque usine, chaque atelier que la Russie des Soviets remet en marche sans crédit capitaliste, avec le seul appui des ouvriers, constitue un secours très efficace dans la lutte contre la politique impérialiste de brigandage, et tout renforcement de la Russie des Soviets, premier Etat ouvrier du monde, renforce le prolétariat international dans sa lutte contre son ennemi de classe, la bourgeoisie.

Le 4e Congrès de l'Internationale Communiste déclare donc qu'il est du devoir de tous les partis et organisations ouvrières, et en premier lieu des organisations communistes, d'appuyer immédiatement et énergiquement l'action de secours économique développée par les grandes masses pour la restauration économique de la Russie des Soviets.

3. La tâche la plus importante de l'assistance économique prolétarienne consiste à fournir à la Russie des ressources pour l'achat de machines, matières premières, outils, etc. Il faut envisager aussi la participation des groupes, partis, syndicats, coopératives et associations ouvrières à l'emprunt ouvrier en faveur de la Russie soviétique. Toutes les organisations ouvrières et les travailleurs du monde entier peuvent, en participant à l'emprunt, manifester leur solidarité avec la première République ouvrière et paysanne.

La propagande en faveur de l'emprunt offre l'occasion de développer la meilleure agitation pour la Russie soviétique ; elle doit donc être menée en contact étroit avec les sections des différents pays.

La question de l'appui économique à la Russie soviétique étant une question d'une importance générale pour tout le prolétariat, il est indispensable de créer, pour l'organisation et la direction de cette action, des comités analogues aux comités de secours ouvriers aux affamés de Russie, ou autres associations spéciales, et composés de délégués des différentes organisations ouvrières. Ces comités ou associations qui auront pour tâche d'intéresser et d'attirer les grandes masses ouvrières à l'œuvre de secours économique seront sous le contrôle de l'Internationale Communiste.

4. L'affectation des ressources procurées par les comités et associations sera déterminée en contact étroit avec les institutions économiques étatiques ou les organisations ouvrières russes.

5. Dans la situation économique actuelle, l'immigration en masse d'ouvriers étrangers ne constituerait pas un appui, mais au contraire un obstacle à la restauration économique et ne doit avoir lieu en aucun cas. La Russie se bornera à accepter les ouvriers spécialisés dans des professions absolument nécessaires et qui ne sauraient être remplacés par des ouvriers du pays. Mais, même dans ce cas, l'immigration ne doit avoir lieu qu'avec l'approbation et un accord des syndicats russes.

6. L'assistance économique prolétarienne doit être un effort vers la concentration de la solidarité ouvrière internationale au profit du premier Etat prolétarien du monde, et donner des résultats économiques palpables.

      1. Conformément aux principes de la coopération et de l'économie socialistes, l'excédent éventuel des ressources sera exclusivement appliqué à l'extension du domaine d'action de l'assistance économique.





Résolution

sur l'aide aux victimes de la répression capitaliste



L'offensive du capitalisme dans tous les pays bourgeois a pour résultat d'augmenter le nombre des communistes et des ouvriers sans parti, luttant contre le capitalisme, et qui gémissent dans les cachots.

Le 4e Congrès demande à tous les partis communistes de créer une organisation qui aura pour but d'aider matériellement et moralement tous les prisonniers du capitalisme, et salue l'initiative de l'association des vieux bolchéviks russes qui a commencé la création d'une association Internationale de ces organisations de secours.









Résolution

sur la réorganisation de l'Exécutif et son activité future



Le Congrès Mondial

Comme par le passé, le Congrès Mondial a lieu une fois par an. L'Exécutif Elargi en fixe la date. Toutes les sections adhérentes doivent y envoyer des délégués. Leur nombre est déterminé par l'Exécutif. Les frais sont supportés par les partis. Le nombre des voix dont dispose chaque section est déterminé par chaque congrès, selon l'effectif des partis et la situation politique des pays correspondants. Les mandats impératifs ne sont pas admis et sont cassés d'avance, cette pratique étant contraire à l'esprit d'un parti mondial prolétarien international et centralisé.

L'Exécutif

L'Exécutif est élu par le Congrès. Il se compose du président, de 24 membres et de 10 suppléants. Au moins 15 membres de l'Exécutif doivent résider en permanence à Moscou.

L'Exécutif Elargi

En règle générale, tous les quatre mois se tient une session élargie de l'Exécutif. Cette session est composée comme suit :

1. Les 25 membres de l'Exécutif.

2. Trois autres représentants des partis suivants : Allemagne, France, Russie, Tchécoslovaquie, Italie, Internationale des Jeunes et Internationale Syndicale Rouge.

3. Deux autres représentants d'Angleterre, Pologne, Amérique, Bulgarie et Norvège.

4. En outre, un représentant pour chacune des autres sections qui ont droit au vote.

Le Présidium est obligé de soumettre à une session de l'Exécutif élargi toutes les grandes questions fondamentales admettant un délai. La première session de l'Exécutif Elargi a lieu immédiatement après le Congrès mondial.

Le Présidium

L'Exécutif Elargi élit, au cours de sa première session, un Présidium dont font partie un représentant des Jeunesses et un de l'Internationale Syndicale Rouge avec voix consultative, et constitue les sections suivantes :

1. Une Section Orientale aux travaux de laquelle l'Exécutif devra accorder une attention particulière pour l'année prochaine. Son chef doit faire partie du Présidium. Dans son travail politique, elle est subordonnée au Présidium ; ce dernier règle les rapports de la section avec la Section d'Organisation.

2. Une Section d'Organisation à laquelle deux membres au moins du Présidium doivent appartenir. Elle est subordonnée au Présidium.

3. Une Section d'Agitation et de Propagande, dirigée par un membre de l'Exécutif. Elle est également directement subordonnée au Présidium.

4. Une Section de Statistique et d'Information, subordonnée à la Section d'Organisation.

L'Exécutif a le droit d'installer d'autres sections.

La division du travail dans l'Exécutif

Une précise division du travail doit être faite entre les membres de l'Exécutif ainsi qu'entre ceux du Présidium. Le travail de chaque section est préparé par des rapporteurs responsables désignés par le Présidium, un pour chacun des pays les plus importants. En règle générale, ce rapporteur doit être membre de l'Exécutif ou même si possible du Présidium. Les rapporteurs qui ne font pas partie de l'Exécutif ou du Présidium travaillent sous le contrôle d'un membre du Présidium.

Le Présidium organise un Secrétariat général, dirigé par un secrétaire général ; l'Exécutif fournit deux suppléants. Le Secrétariat n'a pas les fonctions d'un organe politique indépendant ; il n'est qu'un organe d'exécution du Présidium.

L'Exécutif est chargé d'agir dans tous les partis pour qu'une division du travail analogue soit appliquée dans chaque pays, en tenant compte des situations diverses.

Les délégués de l'Exécutif. Dans des cas spéciaux, l'Exécutif envoie dans tel ou tel pays des délégués recrutés parmi les camarades les plus qualifiés des diverses sections. Ces représentants doivent être pourvus par l'Exécutif des plus larges pouvoirs. Des instructions spéciales doivent déterminer les fonctions de ces délégués, leurs droits et leurs obligations ainsi que leurs rapports avec les partis intéressés.

L'Exécutif est chargé de faire avec la plus grande énergie une révision de l'application réelle des 21 conditions et des décisions des Congrès mondiaux. Les délégués seront chargés d'effectuer cette révision avec la plus grande vigilance. Ils devront, au moins une fois par mois, rendre compte des résultats de leurs travaux.

La Commission de Contrôle Internationale. La Commission de Contrôle Internationale subsiste. Ses fonctions restent les mêmes qui ont été formulées par le 3e Congrès mondial. Le Congrès mondial désigne chaque année deux sections voisines, dont les Comités Directeurs élisent dans leur sein chacun trois membres de la Commission de Contrôle, qui doivent être confirmés par l'Exécutif. Pour cette année, le Congrès mondial charge de ces fonctions les sections allemande et française.

Le Bureau d'Information Technique. Les bureaux d'information technique subsistent. Ils ont pour fonctions de donner des informations techniques et sont subordonnés à l'Exécutif.

« L'internationale Communiste ». L'internationale Communiste est l'organe de l'Exécutif ; sa rédaction est élue par l'Exécutif et lui est subordonnée.

Publications de l'Exécutif. Le Congrès rappelle que tous les organes communistes sont tenus, comme jusqu'à présent, d'imprimer tous les documents de l'Exécutif (appels, lettres, résolutions, etc.) aussitôt que l'Exécutif l'exige.

Les procès-verbaux des Partis Nationaux. Les Comités Directeurs de toutes les sections sont obligés de faire parvenir régulièrement à l'Exécutif les procès-verbaux de toutes leurs séances.

Représentations réciproques. Il est désirable que les sections les plus importantes entretiennent entre voisins une représentation réciproque dans un but d'information mutuelle et de coordination de leurs travaux. Les rapports de ces représentations devront également être mis à la disposition de l'Exécutif.

Congrès Nationaux des Sections. En règle générale, avant le Congrès mondial, les partis doivent tenir des conférences nationales ou des sessions élargies de leur organe exécutif, pour préparer le Congrès mondial et élire leurs délégués. Les Congrès nationaux des sections ont lieu après le Congrès mondial. Les exceptions ne peuvent être admises qu'avec le consentement de l'Exécutif.

De la sorte, les intérêts des différentes sections seront sauvegardés le mieux possible et la possibilité subsistera de faire valoir « de bas en haut » toute l'expérience du mouvement international.

De cette manière, la possibilité est également donnée à l'Internationale Communiste, comme Parti mondial et centralisé, de répartir aux différents partis « de haut en bas », par la voie du centralisme démocratique. les directives découlant de l'expérience globale de l'Internationale.

Les Démissions. Le Congrès condamne de la manière la plus catégorique les cas de démission qui se sont produits de la part de camarades de divers Comités Directeurs et de groupes entiers de leurs membres. Le Congrès considère ces démissions comme un acte de désorganisation extrême du mouvement communiste. Tout poste dirigeant dans un parti communiste n'appartient pas au détenteur du mandat, mais à l'Internationale dans son ensemble.

Le Congrès décide : les membres élus d'institutions centrales des diverses sections ne peuvent déposer leurs mandats qu'avec l'assentiment de l'Exécutif. Les démissions acceptées par un Comité Directeur sans l'approbation de l'Exécutif sont nulles et non avenues.

Le Travail illégal. En vertu de la résolution du Congrès indiquant qu'un certain nombre de partis très importants entrent selon toute apparence dans une période d'illégalité, le Présidium est chargé de se vouer dans la plus large mesure à la préparation de ces partis en vue du travail illégal. Immédiatement après la fin du Congrès, le Présidium devra commencer des négociations avec tous les partis en question.

Le Secrétariat International des Femmes. Le Secrétariat International des Femmes subsiste comme par le passé. L'Exécutif nomme la secrétaire des Femmes et, d'accord avec elle, prend toutes les mesures d'organisation nécessaires.

La Représentation de l'Exécutif des Jeunes. Le Congrès charge l'Exécutif d'établir une représentation régulière de l'I.C. à l'Internationale des Jeunes. Le Congrès estime que c'est une des tâches les plus importantes de l'Exécutif de stimuler le travail du mouvement des Jeunes.

Liaison avec l'Internationale Syndicale Rouge. Le Congrès charge l'Exécutif d'élaborer, d'accord avec la direction centrale du Profintern, les formes de la liaison réciproque entre l'I.C. et le Profintern. Le Congrès déclare que dans la période actuelle, les luttes économiques sont plus étroitement liées que jamais aux luttes politiques, qu'elles exigent donc une collaboration particulièrement intime des forces de toutes les organisations révolutionnaires de la classe ouvrière.

La Révision des Statuts. Le Congrès confirme les statuts adoptés par le 2e Congrès et charge l'Exécutif de rédiger à nouveau et de compléter ces statuts sur la base des nouvelles décisions. Ce travail devra être fait en temps opportun, être soumis au jugement de tous les partis et être définitivement confirmé par le 5e Congrès mondial.









Résolution

sur la question française

La crise du Parti et le rôle des fractions

Le 4e Congrès de l'Internationale Communiste constate que l'évolution de notre Parti français depuis le socialisme parlementaire jusqu'au communisme révolutionnaire s'opère avec une extrême lenteur qui est loin de s'expliquer par les conditions uniquement objectives, par les traditions, par la psychologie nationale de la classe ouvrière, etc., mais qui est due, avant tout, à une résistance directe et parfois exceptionnellement opiniâtre des éléments non communistes qui sont encore très forts dans les sommets du Parti et particulièrement dans la fraction du centre qui, depuis Tours, a eu, pour la plus grande part, la direction du Parti.

La cause fondamentale de la crise aiguë que traverse actuellement le Parti se trouve dans la politique d'attente, indécise et hésitante, des éléments dirigeants du centre qui, devant les exigences urgentes de l'organisation du Parti, essaient de gagner du temps, couvrant ainsi une politique de sabotage direct dans les questions syndicale, du front unique, de l'organisation du Parti et autres. Le temps ainsi gagné par les éléments dirigeants du centre a été perdu pour le progrès révolutionnaire du prolétariat français.

Le Congrès fait au Comité Exécutif une obligation de suivre de toute son attention la vie intérieure du Parti Communiste français afin de pouvoir, en s'appuyant sur la majorité incontestablement prolétarienne et révolutionnaire, le libérer de l'influence des éléments qui ont engendré la crise et qui ne cessent de l'aggraver.

Le Congrès rejette l'idée même d'une scission, qui n'est en rien suggérée par la situation du Parti. L'écrasante majorité de ses membres est sincèrement et profondément dévouée à la cause communiste. Seul, un manque de clarté subsistant dans la doctrine et la conscience du Parti a permis à ses éléments conservateurs, centristes et semi-centristes, d'apporter un trouble aussi aigu et d'engendrer des fractions. Un effort ferme et constant pour éclaircir l'essence des questions litigieuses devant le Parti groupera, sur le terrain des décisions du présent Congrès, l'écrasante majorité des membres du Parti et, avant tout, sa base prolétarienne. Quant aux éléments qui adhèrent au Parti, mais en même temps sont liés par toute la nature de leur pensée et de leur vie aux mœurs et coutumes de la société bourgeoise et sont incapables de comprendre la véritable politique prolétarienne ou de se soumettre à la discipline révolutionnaire, leur rejet progressif du Parti est la condition indispensable de son assainissement, de sa cohésion et de sa faculté d'action.

L'avant-garde communiste de la classe ouvrière a besoin naturellement d'intellectuels qui apportent à son organisation leurs connaissances théoriques, leurs dons d'agitateurs ou d'écrivains, mais à condition que ces éléments rompent absolument et sans retour avec les mœurs et coutumes du milieu bourgeois, brûlent derrière eux tous les ponts les rattachant au camp dont ils sont sortis, ne demandent pour eux ni exception, ni privilèges et se soumettent à la discipline, à l'égal de simples militants. Les intellectuels, si nombreux en France, qui entrent dans le Parti en amateurs ou en carriéristes, lui causent seulement un immense dommage ; ils le compromettent devant les masses prolétariennes et l'empêchent de conquérir la confiance de la classe ouvrière.

Il faut à tout prix épurer impitoyablement le Parti de pareils éléments et fermer les portes devant eux. Le meilleur moyen pour cela serait d'effectuer une révision générale des effectifs du Parti au moyen d'une commission spéciale composée d'ouvriers irréprochables sous le rapport de la morale communiste.

Le Congrès constate que la tentative faite par le Comité Exécutif pour atténuer les manifestations de la crise dans le domaine de l'organisation en constituant les organes dirigeants sur la base paritaire entre les deux principales fractions du centre et de la gauche a été rendue vaine par le centre sous l'influence indubitable de ses éléments les plus conservateurs, qui prennent dans cette fraction une prépondérance inévitable toutes les fois qu'elle s'oppose à la gauche.

Le Congrès estime nécessaire d'expliquer à tous les membres du Parti Communiste français que les efforts du Comité Exécutif tendant à obtenir un accord préalable entre les principales fractions avaient pour but de faciliter les travaux du Congrès de Paris et ne constituaient, en aucun cas, une atteinte aux droits du Congrès comme organe souverain du Paris Communiste français.

Le Congrès estime nécessaire d'établir que, quelles qu'aient pu être les erreurs particulières de la gauche, elle s'est efforcée essentiellement, pendant comme avant le Congrès de Paris, de réaliser la politique de l'Internationale Communiste, et que dans les principaux problèmes du mouvement révolutionnaire, dans la question du front unique et dans la question syndicale, elle a occupé, en face du centre et du groupe Renoult, la position juste.

Le Congrès invite instamment tous les éléments véritablement révolutionnaires et prolétariens, qui sont indubitablement en majorité dans le centre, à mettre fin à l'opposition des éléments conservateurs et à s'unir avec la gauche dans un travail commun. La même remarque se rapporte à la fraction qui par ses effectifs, arrive la troisième et qui mène la campagne la plus vive, et manifestement erronée, contre la politique du front unique.

L'extrême-gauche

En liquidant le caractère fédéraliste de son organisation, la Fédération de la Seine a repoussé par là même la position manifestement erronée de l'aile soi-disant d'extrême-gauche. Cependant cette dernière, en la personne des camarades Heine et Lavergne, a cru pouvoir donner au citoyen Delplanque un mandat impératif en vertu duquel le citoyen Delplanque s'engageait à s'abstenir de voter sur toutes les questions et à ne prendre aucun engagement. Cette façon d'agir des représentants déjà nommés de l'extrême-gauche témoigne de leur parfaite incompréhension du sens et de l'essence de l'Internationale Communiste.

Les principes du centralisme démocratique qui sont à. la base de nos organisations excluent radicalement la possibilité de mandats impératifs, qu'il s'agisse de Congrès fédéraux, nationaux ou internationaux. Les Congrès n'ont de sens que dans la mesure où les décisions collectives des organisations – locales, nationales ou internationales – sont élaborées par le libre examen et la décision de tous les délégués. Il est tout à fait évident que les discussions, l'échange des expériences et des arguments de chacun dans un Congrès seraient dépourvus de sens, si les délégués étaient liés d'avance par des mandats impératifs.

La violation des principes fondamentaux de l'organisation de l'Internationale est aggravée dans le cas actuel par le refus de ce groupe de ne prendre aucun engagement à l'égard de l'Internationale, comme si le seul fait d'appartenir à l'Internationale n'imposait pas à tous ses membres des engagements absolus de discipline et de mise en pratique de toutes les décisions adoptées.

Le Congrès invite le Comité Directeur de notre section française à étudier, sur place, tout les éléments de cet incident et à en tirer toutes les conclusions politiques et d'organisation qui en découlent.

La question syndicale

Les décisions prises par le Congrès dans la question syndicale comportent certaines concessions de forme et d'organisation destinées à faciliter le rapprochement du Parti et des organisations syndicales ou masses syndiquées n'adoptant pas encore le point de vue communiste. Mais ce serait dénaturer complètement le sens de ces décisions que de vouloir les interpréter comme une approbation de la politique d'abstention syndicale qui a été dominante dans le Parti et que prêchent encore aujourd'hui beaucoup de ses membres.

Les tendances représentées dans cette question par Ernest Lafont sont en contradiction complète et inconciliables avec les missions révolutionnaires de la classe ouvrière et avec toute la conception du communisme. Le Parti ne peut ni ne veut attenter à l'autonomie des syndicats, mais il doit démasquer et châtier impitoyablement ceux de ses membres qui réclament l'autonomie en vue de leur action désorganisatrice et anarchiste au sein des syndicats. Dans cette question essentielle, l'Internationale souffrira moins que dans n'importe quel autre domaine toute déviation ultérieure de la voie communiste, la seule juste du point de vue de la pratique internationale, comme de celui de la théorie.

Les leçons de la grève du Havre

La grève du Havre, malgré son caractère local, est un témoignage indubitable de la combativité croissante du prolétariat français. Le gouvernement capitaliste a répondu à la grève par l'assassinat de quatre ouvriers, comme s'il se hâtait de rappeler aux ouvriers français qu'ils ne pourront conquérir le pouvoir et détruire l'esclavage capitaliste qu'au prix de la plus grande lutte, du maximum de dévouement et d'abnégation et de nombreux sacrifices.

Si la réponse du prolétariat français aux assassinats du Havre a été complètement insuffisante, la responsabilité en incombe non seulement à la trahison, devenue depuis longtemps de règle parmi les dissidents et les syndicalistes réformistes, mais aussi à la manière d'agir complètement erronée des organes dirigeants de la C.G.T.U. et du Parti Communiste. Le Congrès estime nécessaire de s'arrêter sur cette question parce qu'elle nous offre un exemple éclatant de la manière radicalement fausse d'aborder les problèmes d'action révolutionnaire.

En divisant d'un façon incorrecte en principe la lutte de classe du prolétariat en deux domaines soi-disant indépendants, l'économique et le politique, le Parti, cette fois encore, ne fit preuve d'aucune initiative indépendante, se bornant à appuyer la C.G.T.U., comme si en réalité l'assassinat de quatre prolétaires par le gouvernement du capital était un acte économique et non un événement politique de première importance. Quant à la C.G.T.U., sous la pression du Syndicat parisien du Bâtiment, elle proclama le lendemain des assassinats du Havre, un dimanche, une grève générale de protestation pour le mardi. Les ouvriers de France n'eurent pas le temps, dans beaucoup d'endroits, d'apprendre non seulement l'appel à la grève générale, mais même le fait de l'assassinat.

Dans ces conditions, la grève générale était d'avance vouée à l'échec. Il n'y a pas de doute que, cette fois encore, la C.G.T.U. n'ait adapté sa politique aux éléments anarchistes, organiquement étrangers à la compréhension de l'action révolutionnaire et à sa préparation, et qui suppléent à la lutte révolutionnaire par des appels révolutionnaires de leurs coteries, sans se soucier de la réalisation de ces appels. Le Parti, de son côté, capitula en silence devant la démarche évidemment erronée de la C.G.T.U. au lieu d'essayer, sous une forme amicale mais instante, d'obtenir de cette dernière l'ajournement de la manifestation gréviste dans le but de développer une vaste agitation de masse.

La première obligation, tant du Parti que de la C.G.T.U. devant le crime ignoble de la bourgeoisie française, était de mobiliser immédiatement un millier des meilleurs agitateurs du Parti et des syndicats à Paris et en province, pour expliquer aux éléments les plus arriérés de la classe ouvrière le sens des événements du Havre, et pour préparer les masses ouvrières à la protestation et à la défense. Le Parti était tenu, en pareil cas, de lancer à plusieurs millions d'exemplaires un appel à la classe ouvrière et aux paysans, à l'occasion du crime du Havre.

L'organe central du Parti devait quotidiennement poser aux réformistes – socialistes et syndicalistes – la question : quelle est la forme de lutte que vous proposez en réponse aux assassinats du Havre ? De son côté le Parti devait, de concert avec la C.G.T.U., lancer l'idée d'une grève générale, sans en fixer d'avance la date et la durée, en se laissant guider par le développement de l'agitation et du mouvement dans le pays. Il était indispensable de tenter de constituer dans chaque usine, ou dans chaque quartier, ville et région, des Comités provisoires de protestation dans la composition desquels les communistes et syndicalistes révolutionnaires comme initiateurs auraient fait entrer des membres ou des représentants des organisations réformistes.

Seule, une campagne de ce genre, systématique, concentrée, universelle par ses moyens, tendue et infatigable, pouvait, menée pendant toute une semaine et plus, être couronnée par un mouvement puissant et imposant, sous la forme d'une grande grève de protestation, de manifestation dans la rue, etc. Le résultat sûr d'une telle campagne aurait été d'augmenter dans les masses les liaisons, l'autorité et l'influence du Parti et de la C.G.T.U., de les rapprocher mutuellement dans le travail révolutionnaire et de rapprocher d'eux la partie de la classe ouvrière qui suit encore les réformistes.

La prétendue grève générale du 1er mai 1921, que les éléments révolutionnaires ne surent pas préparer et que les réformistes firent criminellement échouer, constitua un tournant dans la vie intérieure de la France, en affaiblissant le prolétariat et en renforçant la bourgeoisie. La « grève générale » de protestation du mois d'octobre 1922 fut, au fond, une trahison réitérée de la droite et une nouvelle erreur de la gauche. L'Internationale invite, de la manière la plus énergique, les camarades français, dans quelque branche du mouvement prolétarien qu'ils travaillent, à accorder une attention extrême aux problèmes de l'action des masses, à en étudier minutieusement les conditions et les méthodes, à soumettre les erreurs de leurs organisations dans chaque cas concret à une analyse critique attentive, à préparer non moins minutieusement les éventualités mêmes d'action des masses au moyen d'une agitation vaste et tendue, à proportionner les mots d'ordre à la disposition et à l'aptitude des masses à l'action.

Les chefs réformistes s'appuient dans leurs actes de trahison sur les conseils, suggestions et indications de toute l'opinion publique bourgeoise, à laquelle ils sont indissolublement liés. Les syndicalistes révolutionnaires, qui ne peuvent pas ne pas être en minorité dans les organisations syndicales. commettront d'autant moins d'erreurs que le Parti comme tel, consacrera plus d'attention à toutes les questions du mouvement ouvrier, étudiant minutieusement les conditions et le milieu et présentant aux syndicats, par l'intermédiaire de ses membres, telles ou telles propositions. en conformité avec toute la situation.

La franc-maçonnerie, la Ligue des Droits de l'Homme et la presse bourgeoise

L'incompatibilité de la franc-maçonnerie et du socialisme était considérée comme évidente dans la plupart des partis de la IIe Internationale. Le Parti Socialiste italien a exclu les Francs-Maçons en 1914, et cette mesure a été, sans aucun doute, une des raisons qui ont permis à ce parti de suivre, pendant la guerre, une politique d'opposition, puisque les Francs-Maçons, en qualité d'instruments de l'Entente, agissaient en faveur de l'intervention.

Si le deuxième Congrès de l'Internationale Communiste n'a pas formulé, dans les conditions d'adhésion à l'Internationale, de point spécial sur l'incompatibilité du communisme et de la franc-maçonnerie, c'est parce que ce principe a trouvé sa place dans une résolution séparée votée à l'unanimité du Congrès.

Le fait, qui s'est révélé d'une façon inattendue au 4e Congrès de l'Internationale Communiste, de l'appartenance d'un nombre considérable de communistes français aux loges maçonniques est, aux yeux de l'Internationale Communiste, le témoignage le plus manifeste et en même temps le plus pitoyable que notre Parti français a conservé, non seulement l'héritage psychologique de l'époque du réformisme, du parlementarisme et du patriotisme, mais aussi des liaisons tout à fait concrètes, extrêmement compromettantes pour la tête du Parti, avec les institutions secrètes, politiques et carriéristes de la bourgeoisie radicale.

Tandis que l'avant-garde communiste du prolétariat recueille toutes ses forces pour une lutte sans merci contre tous les groupements et organisations de la société bourgeoise au nom de la dictature prolétarienne, de nombreux militants responsables du Parti, députés, journalistes, et jusqu'à des membres du Comité Directeur, conservent une liaison étroite avec les organisations secrètes de l'ennemi.

Un fait particulièrement déplorable est celui que tout le Parti, dans toutes ses tendances, n'a pas soulevé cette question après Tours, malgré sa clarté évidente pour toute l'Internationale et qu'il ait fallu la lutte des fractions à l'intérieur du Parti pour la faire surgir devant l'Internationale dans toute son importance menaçante.

L'Internationale considère comme indispensable de mettre fin, une fois pour toutes, à ces liaisons compromettantes et démoralisatrices de la tête du Parti Communiste avec les organisations politiques de la bourgeoisie. L'honneur du prolétariat de France exige qu'il épure toutes ses organisations de classe des éléments qui veulent appartenir à la fois aux deux camps en lutte.

Le Congrès charge le Comité Directeur du Parti Communiste français de liquider avant le 1er janvier 1923 toutes les liaisons du Parti, en la personne de certains de ses membres et de ses groupes, avec la franc-maçonnerie. Celui qui, avant le 1er janvier, n'aura pas déclaré ouvertement à son organisation et rendu publique par la presse du Parti sa rupture complète avec la franc-maçonnerie est, par là même, automatiquement exclu du Parti Communiste sans droit d'y jamais adhérer à nouveau, à quelque moment que ce soit. La dissimulation par quiconque de son appartenance à la franc-maçonnerie sera considérée comme pénétration dans le Parti d'un agent de l'ennemi et flétrira l'individu en cause d'une tâche d'ignominie devant tout le prolétariat.

Considérant que le seul fait d'appartenir à la franc-maçonnerie, qu'on ait poursuivi ou non, ce faisant, un but matériel, carriériste ou tout autre but flétrissant, témoigne d'un développement extrêmement insuffisant de la conscience communiste et de la dignité de classe, le 4e Congrès reconnaît indispensable que les camarades qui ont appartenu jusqu'à présent à la franc-maçonnerie et qui rompront maintenait avec elle soient privés durant deux ans du droit d'occuper des postes importants dans le Parti. Ce n'est que par un travail intense pour la cause de la révolution en qualité de simples militants, que ces camarades peuvent reconquérir la confiance complète et le droit d'occuper dans le Parti des postes importants.

Considérant que la Ligue pour la défense des Droits de l'Homme et du Citoyen est, dans son essence, une organisation du radicalisme bourgeois, qu'elle utilise ses actes isolés contre telle ou telle injustice pour semer les illusions et les préjugés de la démocratie bourgeoise et surtout que, dans les cas les plus décisifs et les plus graves, comme par exemple pendant la guerre, elle prête tout son appui au capital organisé sous forme d'Etat, le 4e Congrès de l'Internationale Communiste estime absolument incompatible avec le titre de communiste et contraire aux conceptions élémentaires du communisme le fait d'appartenir à la Ligue des Droits de l'Homme et du Citoyen et invite tous les membres du Parti adhérant à cette Ligue à en sortir avant le 1er janvier 1923, en le portant à la connaissance de leur organisation et en le publiant dans la Presse.

Le Congrès invite le Comité Directeur du Parti Communiste français :

1° A publier immédiatement son appel à tout le Parti, éclaircissant le sens et la portée de la présente résolution.

2° A prendre toutes les mesures découlant de la résolution pour que l'épuration du Parti de la franc-maçonnerie et la rupture de toute relation avec la Ligue des Droits de l'Homme et du Citoyen soit effectuée sans faiblesse et sans omission avant le 1er janvier 1923. Le Congrès exprime son assurance que, dans son travail d'épuration et d'assainissement, le Comité Directeur sera soutenu par l'immense majorité des membres du Parti, à quelque fraction qu'ils appartiennent.

Le Comité Directeur doit dresser les listes de tous les camarades qui, à Paris et en province, tout en faisant partie du Parti Communiste et en assumant des postes divers, même de confiance, collaborent en même temps à la presse bourgeoise et inviter ces éléments à faire, avant le 1er janvier 1923, un choix complet et définitif entre les organes bourgeois de corruption des masses populaires et le Parti révolutionnaire de la dictature du prolétariat.

Les fonctionnaires du Parti qui ont violé la prescription établie et réitérée maintes fois dans des décisions visant le Parti français doivent être privés du droit d'occuper des postes de confiance pendant un an.

Les candidats du Parti

Afin de donner au Parti un caractère vraiment prolétarien et dans le but d'écarter de ses rangs les éléments qui n'y voient qu'une antichambre du Parlement, des conseils municipaux, des conseils généraux, etc., il est indispensable d'établir comme règle inviolable que les listes des candidats présentées par le Parti aux élections comprendront au moins neuf dixièmes d'ouvriers communistes travaillant encore à l'atelier, à l'usine ou aux champs, et de paysans ; les représentants des professions libérales ne peuvent être admis que dans la limite strictement déterminée d'un dixième au plus du nombre total des sièges éligibles que le Parti occupe ou espère occuper par l'intermédiaire de ses membres ; En outre, on fera preuve d'une rigueur particulière dans le choix des candidats appartenant aux professions libérales (vérification minutieuse de leurs antécédents politiques, de leurs relations sociales, de leur fidélité et de leur dévouement à la cause de la classe ouvrière), par des commissions essentiellement prolétariennes.

Sous ce régime seulement, les parlementaires, conseillers municipaux et généraux, et maires communistes, cesseront d'être une caste professionnelle n'ayant dans la plupart des cas que peu de rapports avec la classe ouvrière et deviendront l'un des instruments de la lutte révolutionnaire des masses.

L’action communiste dans les colonies

Le 4e Congrès attire encore une fois l'attention sur l'importance exceptionnelle d'une activité juste et systématique du Parti communiste dans les colonies. Le Parti condamne catégoriquement la position de la section communiste de Sidi-Bel-Abbès, qui couvre d'une phraséologie pseudo-marxiste un point de vue purement esclavagiste, soutenant, au fond, la domination impérialiste du capitalisme français sur ses esclaves coloniaux. Le Congrès estime que notre activité dans les colonies doit s'appuyer, non pas sur des éléments aussi pénétrés de préjugés capitalistes et nationalistes, mais sur les meilleurs éléments des indigènes eux-mêmes et, en premier lieu, sur la jeunesse prolétarienne indigène.

Seules, une lutte intransigeante du Parti Communiste dans la métropole contre l'esclavage colonial et une lutte systématique dans les colonies elles-mêmes peuvent affaiblir l'influence des éléments ultra-nationalistes des peuples coloniaux opprimés sur les masses travailleuses, attirer la sympathie de ces dernières à la cause du prolétariat français et ne point donner ainsi au capital français, à l'époque du soulèvement révolutionnaire du prolétariat, la possibilité d'employer les indigènes coloniaux comme la dernière réserve de la contre-révolution.

Le Congrès international invite le Parti français et son Comité Directeur à prêter infiniment plus d'attention, de force et de moyens que jusqu'à ce jour, à la question coloniale et à la propagande dans les colonies et, entre autres, à créer auprès du Comité Directeur un bureau permanent d'action coloniale, en y faisant entrer des représentants des organisations communistes indigènes.

Décisions

1. Comité Directeur.

Exceptionnellement, étant donné la crise aiguë provoquée par le Congrès de Paris, le Comité Directeur sera constitué sur la base proportionnelle, d'après le vote du Congrès, relative aux organismes centraux.

Les propositions des diverses fractions seront les suivantes :

Centre :

10 titulaires et 3 suppléants.

Gauche :

9 titulaires et 2 suppléants.

Tendance Renoult :

4 titulaires et 1 suppléant.

Minorité Renaud Jean :

1 titulaire.

Jeunesses :

2 représentants avec voix délibérative.

Le bureau politique sera composé sur la même base, les fractions obtenant respectivement : Centre, 3 postes ; Gauche, 3 ; tendance Renoult, 1.

Les membres du Comité Directeur, comme ceux du bureau politique et des organismes centraux importants, seront désignés par les fractions à Moscou, pour éviter toute contestation d'ordre personnel qui risquerait d'aggraver la crise. La liste ainsi élaborée est soumise au 4e Congrès mondial par la délégation qui s'engage à la défendre devant le parti. Le 4e Congrès prend acte de cette déclaration en exprimant sa conviction que cette liste est la seule possibilité de résoudre la crise du Parti.

La liste du nouveau Comité Directeur élaborée par les fractions est la suivante :

CENTRE

Titulaires :

Marcel Cachin, Frossard, Garchery, Gourdeaux, Jacob, Laguesse, Lucie Leiciague, Marrane, Paquereaux, Louis Sellier.

Suppléants :

Dupillet, Pierpont, Plais.

GAUCHE

Titulaires :

Bouchez, Cordier, Demusois, Amédée Dunois, Rosmer, Souvarine, Tommasi, Treint, Vaillant-Couturier.

Suppléants :

Marthe Bigot, Salles.

FRACTION RENOULT

Titulaires :

Bartieret, Dubus, Fromont, Werth.

Suppléants :

Lespagnol.

Un Conseil national avec pouvoir de Congrès ratifiera cette liste, au plus tard dans la deuxième quinzaine de janvier.

Jusqu'à ce moment, le Comité Directeur provisoire nommé par le Congrès de Paris reste en fonction.

2. La Presse.

Le Congrès confirme le régime de la presse déjà décidé :

1° Direction des journaux remise au bureau politique ;

2° Editorial non signé apportant chaque jour aux lecteurs l'opinion du Parti ;

3° Interdiction pour les journalistes du Parti de collaborer à la presse bourgeoise.

Directeur de l'Humanité :

Marcel Cachin,

Secrétaire général :

Amédée Dunois,

tous deux ayant des pouvoirs égaux, c'est-à-dire que tout conflit surgissant entre eux sera porté devant le bureau politique et tranché par lui.

Secrétariat de rédaction : un au Centre et un à la Gauche.

La rédaction du Bulletin Communiste sera remise à un camarade de la Gauche.

Les rédacteurs démissionnaires rentreront à la rédaction.

Pour préparer le Conseil National, la page du Parti sera rétablie avec liberté d'écrire pour chaque tendance.

3. Secrétariat général.

Il sera assuré sur la base paritaire par un camarade du Centre et un de la Gauche, tout conflit étant tranché par le bureau politique.

Titulaires :

Frossard et Treint.

Suppléant de Frossard :

Louis Sellier.



4. Délégués à l'Exécutif.

Le Congrès considère comme absolument nécessaire pour établir des liens tout à fait normaux et cordiaux entre le Comité Exécutif et le Parti Français que les deux tendances les plus importantes soient représentées à Moscou par 6 camarades, les plus qualifiés et autorisés de leurs tendances, c'est-à-dire par les camarades Frossard et Souvarine, au moins pour trois mois, jusqu'à la fin de la crise que traverse actuellement le Parti français.

La représentation du Parti français à Moscou par Frossard et Souvarine donnera la pleine certitude que chaque suggestion de l'Exécutif, faite en accord avec ces deux camarades, aura l'adhésion du Parti tout entier.

5. Appointements des fonctionnaires du Parti.

En ce qui concerne les appointements des fonctionnaires du Parti, rédacteurs, etc., le Parti créera une commission spéciale composée de camarades ayant toute la confiance morale du Parti pour régler cette question à deux points de vue :

1° Eliminer toute possibilité de cumul des appointements qui provoque une légitime indignation dans la masse ouvrière du Parti ;

2° Pour les camarades dont le travail est absolument nécessaire au Parti, créer une situation qui leur permette de consacrer toutes leurs forces au service du Parti.

6. Commissions.

1° Conseil d'administration de l'Humanité : 6 Centre, 5 Gauche, 2 tendance Renoult.

La Commission accepte que la R.P. fonctionne aussi exceptionnellement pour les commissions importantes.

2° Secrétariat syndical : un secrétaire du Centre et un secrétaire de la Gauche – tout conflit entre eux étant examiné par le Bureau Politique.

7. Cas litigieux.

Les cas litigieux qui émaneraient des décisions d'organisation prises à Moscou, dans leur application, devront être réglés par une commission spéciale composée d'un représentant du Centre, un représentant de la Gauche et du délégué de l'Exécutif comme Président.

8. Postes prohibés pour les anciens Francs-Maçons.

Par postes prohibés pour les anciens Francs-Maçons, on entend les postes dont les titulaires ont le mandat de représenter plus ou moins indépendamment, sous leur propre responsabilité, les idées du Parti, devant la masse ouvrière, par la parole et par la plume.

S'il y avait entre les deux fractions, une divergence dans la détermination de ces postes, elle serait soumise à la Commission indiquée plus haut.

En cas de difficultés techniques pour la réintégration des rédacteurs démissionnaires, la commission envisagée précédemment réglera ces difficultés.

Toutes les résolutions ne concernant pas la constitution du Comité Directeur sont applicables immédiatement.







Programme

de travail et d'action du Parti Communiste Français



1. La tâche la plus pressante du Parti est d'organiser la résistance du prolétariat à l'offensive du Capital, qui se déploie en France comme dans les autres grands Etat industriels. La défense de la journée de huit heures, la conservation et l'augmentation des salaires acquis, la lutte pour toutes les revendications économiques journalières constituent la meilleure plate-forme pour rassembler le prolétariat dispersé, lui rendre la confiance en sa force et en son avenir. Le Parti doit immédiatement prendre en mains l'initiative des mouvements d'ensemble susceptibles de faire échec à l'offensive du Capital et de rendre à la classe ouvrière la notion de son unité.

2. Le Parti doit mener campagne pour mettre en évidence devant les travailleurs l'interdépendance du maintien de la journée de huit heures et de la sauvegarde des salaires, la répercussion inévitable de l'une de ces revendications sur l'autre. Il doit saisir comme possibilités d'agitation, non seulement les menées du patronat, mais aussi les atteintes portées par l'Etat aux intérêts immédiats des ouvriers, comme par exemple l'impôt sur les salaires, et toutes les questions économiques intéressant la classe ouvrière, telle que l'augmentation des loyers, les impôts de consommation, les assurances sociales, etc.

Le Parti entreprendra une active campagne de propagande dans la classe ouvrière pour la création de Conseils d'usines englobant l'ensemble des travailleurs de chaque entreprise, qu'ils soient ou ne soient pas déjà organisés économiquement ou politiquement, et destinés notamment à exercer un contrôle ouvrier sur les conditions du travail et de la production.

3. Les mots d'ordre de lutte pour les revendications matérielles pressantes du prolétariat doivent servir de moyens de réalisation du front unique contre la réaction économique et politique. La tactique du front unique ouvrier sera la règle générale des actions de masse. Le Parti doit créer des conditions favorables à la réussite de cette tactique en entreprenant une préparation sérieuse de sa propre organisation et des éléments sympathisants, par tous les moyens de propagande et d'agitation dont il dispose. La presse, les tracts, les brochures, les réunions de toute espèce, tout doit concourir à cette préparation que le Parti étendra à tous les groupements prolétariens comptant des communistes. Le Parti doit faire appel aux organisations ouvrières rivales importantes, politiques et économiques, avec éclat et sans jamais cesser de commenter publiquement ses propositions ou celles des réformistes, les acceptations et les refus des uns ou des autres. Il ne renoncera en aucun cas à son indépendance complète, à son droit de critique des participants à l'action. Il cherchera toujours à prendre et à conserver l'initiative et à influer sur toute autre initiative dans le sens de son programme.

4. Pour se mettre en condition de participer à l'action ouvrière sous toutes ses formes, de contribuer à l'orienter ou de remplir dans certaines circonstances un rôle déterminant, le Parti doit constituer, sans perdre un jour, son organisation de travail syndical. La formation de Commissions syndicales auprès des fédérations et sections (décidée par le Congrès de Paris) et de groupes communistes dans les usines et grandes entreprises capitalistes ou étatiques, fera pénétrer dans les masses ouvrières les ramifications du Parti, grâce auxquelles celui-ci pourra diffuser ses mots d'ordre et accroître l'influence communiste sur le mouvement prolétarien. Les Commissions syndicales, à tous les degrés de la structure du Parti et des syndicats, se tiendront en liaison avec les communistes restés, en accord avec le Parti, dans la C.G.T. réformiste et les guideront dans leur opposition à la politique des dirigeants officiels ; elles enregistreront les membres du Parti syndiqués, contrôleront leur activité et leur transmettront les directives du Parti.

5. Le travail communiste dans tous les syndicats sans exception consiste en premier lieu dans la lutte pour le rétablissement de l'unité syndicale indispensable à la victoire du prolétariat. Chaque occasion doit être utilisée par les communistes pour montrer les effets néfastes de la division actuelle et préconiser la fusion. Le Parti combattra toute tendance à la dispersion de l'action, au morcellement de l'organisation, au particularisme professionnel ou local, à l'idéologie anarchiste. Il soutiendra la nécessité de la centralisation du mouvement, la formation de vastes organisations par industries, la coordination des grèves pour substituer aux actions localisées et limitées, vouées d'avance à l'insuccès, les actions d'ensemble susceptibles d'entretenir la confiance des travailleurs dans leur force. Dans la C.G.T. Unitaire, les communistes combattront toute tendance contraire au ralliement des syndicats français à l'Internationale Syndicale Rouge. Dans la C.G.T. réformiste, ils dénonceront l'Internationale d'Amsterdam et les pratiques de collaboration de classe des dirigeants. Dans les deux C.G.T., ils préconiseront les démonstrations et actions communes, les grèves en commun, le front unique, l'unité organique, le programme intégral de l'Internationale Syndicale Rouge.

6. Le Parti doit tirer profit de chaque mouvement de masses spontané ou organisé, revêtant une certaine ampleur, pour mettre en lumière le caractère politique de toute lutte de classe, et utiliser les conditions favorables à la propagation de ses mots d'ordre de lutte politique, comme l'amnistie, l'annulation du traité de Versailles, l'évacuation de la rive gauche du Rhin par l'armée d'occupation, etc.

7. La lutte contre le traité de Versailles et ses conséquences doit passer au premier plan des préoccupations du Parti. Il s'agit de rendre active la solidarité des prolétariats de France et d'Allemagne contre la bourgeoisie des deux pays, profiteuse du traité. Pour cela, le devoir urgent du Parti français est de faire connaître aux ouvriers et aux soldats la situation tragique de leurs frères allemands, écrasés sous les difficultés matérielles de la vie, résultant essentiellement des conséquences du traité. L'Etat allemand ne satisfait aux exigences des Alliés qu'en chargeant davantage la classe ouvrière. La bourgeoisie française épargne la bourgeoisie allemande, traite avec elle au détriment des ouvriers, favorise son entreprise de mainmise sur les services publics et lui garantit aide et protection contre le mouvement révolutionnaire. Les deux bourgeoisies se préparent à conclure l'alliance du fer français et du charbon allemand, à s'entendre pour l'occupation de la Ruhr qui signifiera la mise en esclavage des mineurs du bassin. Le danger menace non seulement les exploités de la Ruhr, mais encore les travailleurs français, incapables de soutenir la concurrence de la main-d'œuvre allemande, réduite pour les capitalistes français à un bon marché exceptionnel grâce à la dépréciation du mark. Le Parti doit faire comprendre cette situation à la classe ouvrière française et la tenir en garde contre le péril imminent. La presse doit constamment décrire les souffrances du prolétariat allemand, victime du traité de Versailles, et démontrer l'impossibilité de réaliser le traité. Une propagande spéciale doit être faite dans les régions occupées militairement et dans les régions dévastées, pour dénoncer les deux bourgeoisies comme responsables des maux qui affligent ces contrées et développer l'esprit de solidarité des ouvriers des deux pays. Le mot d'ordre communiste doit être : fraternisation des soldats et des ouvriers français et allemands sur la rive gauche du Rhin. Le Parti se tiendra en liaison étroite avec le Parti frère d'Allemagne pour mener à bien cette lutte contre le traité de Versailles et ses conséquences. Le Parti combattra l'impérialisme français, non seulement dans sa politique à l'égard de l'Allemagne, mais dans ses manifestations sur toute la surface du globe, en particulier les traités de paix de Saint-Germain, Neuilly, Trianon et Sèvres.

8. Un travail systématique de pénétration communiste dans l'armée doit être entrepris par le Parti. La propagande antimilitariste doit se différencier nettement du pacifisme bourgeois hypocrite et s'inspirer du principe de l'armement du prolétariat et du désarmement de la bourgeoisie. Dans leur presse, au Parlement, en toute occasion favorable, les communistes soutiendront les revendications des soldats, préconiseront la reconnaissance des droits politiques de ceux-ci, etc. Lors des appels de nouvelles classes, des menaces de guerre, l'agitation antimilitariste révolutionnaire doit être intensifiée. Elle se fera sous la direction d'un organe spécial du Parti, avec participation des Jeunesses Communistes.

9. Le Parti doit prendre en mains la cause des populations coloniales exploitées et opprimées par l'impérialisme français, soutenir leurs revendications nationales constituant des étapes vers leur libération du joug capitaliste étranger, défendre sans réserve leur droit à l'autonomie ou à l'indépendance. Lutter pour leurs libertés politiques et syndicales sans restrictions, contre la conscription des indigènes, pour les revendications des soldats indigènes, telle est la tâche immédiate du Parti. Celui-ci doit combattre impitoyablement les tendances réactionnaires existant, même parmi certains éléments ouvriers, et consistant dans la limitation des droits des indigènes. Il créera auprès de son Comité Directeur un organisme spécial consacré au travail communiste dans les colonies.

10. La propagande dans la classe paysanne, tendant à gagner à la Révolution la majorité des ouvriers agricoles, métayers et fermiers, et à acquérir les sympathies des petits propriétaires, doit être accompagnée d'une action pour l'obtention de meilleures conditions de vie et de travail des paysans salariés ou dépendant de gros propriétaires. Une telle action exige que les organisations régionales du Parti établissent et propagent des programmes de revendications immédiates appropriées aux conditions spéciales de chaque région. Le Parti doit favoriser les associations agricoles, coopératives et syndicales qui vont à l'encontre de l'individualisme paysan. Il doit particulièrement s'attacher à la création et au développement des syndicats professionnels parmi les ouvriers agricoles.

11. Le travail communiste parmi les ouvrières est d'un intérêt primordial et exige une organisation spéciale. Une commission centrale auprès du Comité Directeur avec un secrétariat permanent, des commissions locales de plus en plus nombreuses, un organe consacré à la propagande féminine sont nécessaires. Le Parti doit soutenir l'unification des revendications économiques des ouvrières et des ouvriers, l'égalisation des salaires pour un même travail sans distinction de sexe, la participation des femmes exploitées aux campagnes et aux luttes des ouvriers.

12. Il faut consacrer au développement des Jeunesses Communistes des efforts plus méthodiques et plus soutenus que le Parti ne l'a fait dans le passé. Des rapports réciproques doivent être établis entre le Parti et les Jeunesses Communistes à tous les échelons de l'organisation. En principe, la Jeunesse doit être représentée dans toutes les commissions formées auprès du Comité Directeur. Les fédérations, sections, propagandistes du Parti ont l'obligation de donner leur aide aux groupes de Jeunesses existants, d'en créer de nouveaux. Le Comité Directeur est tenu de veiller au développement de la presse des Jeunesses et d'assurer à celles-ci une tribune dans les organes centraux. Le Parti doit faire siennes dans les syndicats les revendications de la jeunesse ouvrière conformes à son programme.

13. Dans les coopératives, les communistes défendront le principe de l'organisation nationale unique et créeront des groupes communistes reliés à la section coopérative de l'Internationale Communiste par l'intermédiaire d'une commission rattachée au Comité Directeur. Dans chaque fédération, une commission spéciale doit se consacrer au travail communiste dans les coopératives. Les communistes s'efforceront d'utiliser la coopération comme auxiliaire du mouvement ouvrier.

14. Les élus au Parlement, aux municipalités, etc., doivent mener la lutte la plus énergique liée étroitement aux luttes ouvrières et aux campagnes conduites par le Parti et les organisations syndicales hors du Parlement. Les députés communistes, sous le contrôle et la direction du Comité Central du Parti, les conseillers communistes municipaux, généraux et d'arrondissement, sous le contrôle et la direction des sections et des fédérations, doivent être employés par le Parti comme agents d'agitation et de propagande, conformément aux thèses du 2e Congrès de l'Internationale Communiste.

      1. Le Parti, pour s'élever à la hauteur des tâches tracées par son programme et par les Congrès nationaux et internationaux et pour se rendre apte à les réaliser, doit perfectionner et renforcer son organisation, selon l'exemple des grands partis communistes des autres pays et les règles de l'Internationale Communiste. Il lui faut une centralisation sévère, une discipline inflexible, une subordination étroite de chaque membre du Parti, de chaque organisme à l'organisme placé au-dessus. Il est indispensable aussi de développer l'éducation marxiste des militants en multipliant systématiquement les cours doctrinaux dans les sections, en ouvrant des écoles du Parti, ces cours et ces écoles étant mis sous la direction d'une Commission Centrale du Comité Directeur.





Résolution

sur la question italienne



Les 2e et 3e Congrès de l'Internationale Communiste se sont déjà occupés en détail de la question italienne. Le 4e Congrès est donc en mesure de tirer certaines conclusions.

Vers la fin de la guerre impérialiste mondiale, la situation en Italie était objectivement révolutionnaire. La bourgeoisie avait lâché les rênes du pouvoir. L'appareil de l'Etat bourgeois était détraqué, l'inquiétude s'était emparée de la classe dominante. Les masses ouvrières étaient lasses de la guerre et dans diverses régions se trouvaient même en état d'insurrection. Des fractions considérables de la classe paysanne commençaient à se soulever contre les propriétaires fonciers et contre l'Etat et étaient disposées à soutenir la classe ouvrière dans sa lutte révolutionnaire. Les soldats étaient contre la guerre et prêts à fraterniser avec les ouvriers.

Les conditions objectives d'une révolution victorieuse étaient réalisées. Il ne manquait plus que le facteur subjectif ; il manquait un parti ouvrier décidé, prêt au combat, conscient de sa force, révolutionnaire, en un mot : un véritable Parti Communiste.

D'une façon générale, à la fin de la guerre, une situation analogue existait dans presque tous les pays belligérants. Si la classe ouvrière n'a pas triomphé en 1919-1920 dans les pays les plus importants, cela provient précisément de l'absence d'un parti ouvrier révolutionnaire. C'est ce qui s'est manifesté plus particulièrement en Italie, pays qui était le plus rapproché de la révolution et qui traverse actuellement une période de contre-révolution.

L'occupation des usines par les ouvriers italiens, en automne 1920, a constitué un moment décisif dans le développement de la lutte des classes en Italie. Instinctivement, les ouvriers italiens poussaient à la solution de la crise dans un sens révolutionnaire. Mais l'absence d'un parti ouvrier révolutionnaire décida du sort de la classe ouvrière, consacra sa défaite et prépara le triomphe actuel du fascisme. La classe ouvrière n'a pas su trouver suffisamment de forces, au point culminant de son mouvement, pour s'emparer du pouvoir ; voilà pourquoi la bourgeoisie, en la personne du fascisme, son aile la plus énergique, réussit bientôt à faire mordre la poussière à la classe ouvrière et à établir sa dictature. Nulle part, la preuve de la grandeur du rôle historique d'un Parti Communiste pour la révolution mondiale n'a été fournie d'une façon plus nette que dans ce pays, où précisément, faute d'un tel parti, le cours des événement a pris une tournure favorable à la bourgeoisie.

Non pas qu'il n'y ait pas eu en Italie, pendant ces années décisives, de parti ouvrier : le vieux Parti Socialiste était considérable par le nombre de ses membres et jouissait, extérieurement du moins, d'une grande influence. Mais il abritait dans son sein des éléments réformistes qui le paralysaient à chaque pas. Malgré la première scission qui avait eu lieu en 1912 (exclusion de l'extrême-droite) et en 1914 (exclusion des Francs-Maçons), il restait encore dans le Parti Socialiste Italien, en 1919-1920, un grand nombre de réformistes et de centristes. A tous les moments décisifs, les réformistes et les centristes étaient comme un boulet aux pieds du Parti. Nulle part ils n'étaient autre chose que des agents de la bourgeoisie dans le camp de la classe ouvrière.

Aucun moyen ne fut négligé pour trahir la classe ouvrière au profit de la bourgeoisie. Des trahisons analogues à celles qui furent commises par les réformistes pendant l'occupation des usines en 1920 se rencontrent fréquemment dans l'histoire du réformisme, qui n'est qu'une chaîne ininterrompue de trahisons. Les souffrances effroyables de la classe ouvrière italienne sont dues en première ligne aux trahisons des réformistes.

Si la classe ouvrière italienne est obligée en ce moment de reprendre, pour ainsi dire, par le commencement, un chemin terriblement dur à parcourir, c'est parce que les réformistes ont été trop longtemps tolérés dans le Parti Italien.

Au début de 1921 se produisit la rupture de la majorité du Parti Socialiste avec l'Internationale Communiste. A Livourne, le centre préféra se séparer de l'Internationale Communiste et de 58.000 communistes italiens, simplement pour ne pas rompre avec 16.000 réformistes. Deux partis se constituèrent : d'une part, le jeune Parti Communiste qui, en dépit de tout son courage et de tout son dévouement, était trop faible pour mener la classe ouvrière à la victoire ; d'autre part, le vieux Parti Socialiste dans lequel, après Livourne, l'influence corruptrice des réformistes alla grandissante. La classe ouvrière était divisée et sans ressources. Avec l'aide des réformistes, la bourgeoisie consolida ses positions. C'est alors seulement que commença l'offensive du capital dans le domaine tant économique que politique. Il fallut presque deux années entières de trahison ininterrompue de la part des réformistes pour que même les chefs du centre, sous la pression des masses, reconnaissent leurs erreurs et se proclament prêts à en tirer les conséquences.

Ce n'est qu'au Congrès de Rome, en octobre 1922, que les réformistes furent exclus du Parti Socialiste. On en était arrivé au point que les chefs les plus en vue des réformistes pouvaient se vanter ouvertement d'avoir réussi à saboter la révolution en restant dans le Parti Socialiste Italien et en paralysant son action aux heures décisives. Les réformistes ont maintenant quitté les rangs du Parti Socialiste Italien et sont passés ouvertement dans le camp de la bourgeoisie. Ils ont cependant laissé dans les masses un sentiment de faiblesse, d'humiliation et de déception et affaibli considérablement, numériquement et politiquement, le Parti Socialiste.

Cette triste, mais très édifiante leçon des événements d'Italie doit profiter à tous les ouvriers conscients du monde entier.

1° Le réformiste : voilà l'ennemi.

2° Les hésitations des centristes constituent un danger mortel pour un parti ouvrier.

3° La condition la plus importante de la victoire du prolétariat, c'est l'existence d'un Parti Communiste conscient et homogène.

Tels sont les enseignements de la tragédie italienne.

***

En considération de la décision par laquelle le Congrès du Parti Socialiste Italien à Rome (octobre 1922) exclut les réformistes du parti et se déclare prêt à adhérer sans réserves à l'Internationale Communiste, le 4e Congrès de l'Internationale Communiste décide :

1. La situation générale en Italie, surtout après la victoire de la réaction fasciste, exige impérieusement la fusion rapide de toutes les forces révolutionnaire du prolétariat. Les ouvriers italiens reprendront courage s'ils voient se produire, après les défaites et les scissions, une nouvelle concentration de toutes les forces révolutionnaires.

2. L'Internationale Communiste adresse au prolétariat italien, si lourdement éprouvé, ses salutations fraternelles. Elle est parfaitement convaincue de la sincérité des éléments prolétariens du Parti Socialiste Italien et décide de recevoir ce parti dans l'Internationale Communiste.

3. Le 4e Congrès mondial considère l'application des 21 conditions comme une chose hors de toute discussion. Il charge donc l'Exécutif de l'I.C., en raison des précédents italiens, de veiller avec un soin particulier à l'application de ces conditions, avec toutes les conséquences qui en résultent.

4. Vu qu'au Congrès du Parti de Rome, le député Vella s'est déclaré contre l'acceptation des 21 conditions, le 4e Congrès estime impossible d'accepter Vella et ses partisans dans l'Internationale Communiste et invite le Comité Directeur du Parti Socialiste Italien à exclure du Parti Vella et ses partisans.

5. Attendu qu'en vertu des statuts de l'Internationale Communiste, il ne saurait y avoir dans un pays plus d'une section de l'I.C., le 4e Congrès mondial décide la fusion immédiate du Parti Communiste et du Parti Socialiste italien. Le Parti unifié portera le nom de « Parti Communiste Unifié d'Italie (section de l'Internationale Communiste) ».

6. Pour la réalisation pratique de cette fusion, le 4e Congrès désigne un Comité spécial d'organisation, composé de deux membres de chaque parti, comité qui fonctionnera sous la présidence d'un membre de l'Exécutif.

Sont élus à ce Comité d'organisation :

Pour le Parti communiste, les camarades Bordiga et Tasca.

Pour le Parti Socialiste, Serrati et Maffi.

Pour l'Exécutif, Zinoviev (avec le droit pour l'Exécutif de remplacer, en cas de besoin, Zinoviev par un autre membre de l'Exécutif, de même que les quatre autres membres du Comité).

Ce Comité devra élaborer dès à présent, à Moscou, les conditions détaillées de la fusion en Italie. Il est subordonné dans tout son travail à l'Exécutif.

7. Dans les diverses régions et dans les grandes villes, des comités d'organisation analogues seront également constitués et seront composés de deux membres du Parti Communiste (un de la majorité, un de la minorité), deux camarades du Parti Socialiste (un des maximalistes, un des terzinternazionalistes), le président étant nommé par le représentant de l'Exécutif.

8. Ces comités d'organisation ont pour tâche, non seulement de préparer, au centre et dans la périphérie, la fusion organique, mais aussi de diriger désormais les actions politiques communes des deux partis.

9. En outre, un Comité Syndical sera immédiatement constitué et aura pour tâche de flétrir, à la Confederazione del Lavoro, la trahison des hommes d'Amsterdam et de gagner la majorité de l'organisation à l'Internationale Syndicale Rouge. Ce Comité sera également composé de deux représentants de chaque parti (un de la majorité, un de la minorité du Parti Communiste ; un des maximalistes et un des terzinternazionalistes), sous la présidence d'un camarade désigné par l'Exécutif de l'Internationale Communiste ou par son Présidium.

10. Dans les villes où existent un journal communiste et un journal socialiste, ils devront fusionner au plus tard le 1er janvier 1923. Le 1er janvier 1923 au plus tard, un organe central commun devra commencer à paraître. La rédaction de cet organe central sera désignée par l'Exécutif pour l'année prochaine.

11. Le Congrès de la fusion devra avoir lieu au plus tard le 15 février 1923. Si, avant ce Congrès commun, des congrès spéciaux des deux partis sont nécessaires, c'est l'Exécutif qui décidera de la date, du lieu et des conditions de ces congrès.

12. Le Congrès décide de lancer un manifeste sur la question de la fusion, manifeste qui devra être immédiatement publié avec la signature du Présidium et des délégués des deux Partis au 4e Congrès.

      1. Le Congrès rappelle à tous les camarades italiens la nécessité de la plus stricte discipline. Tous les camarades, sans exception, sont tenus de faire tout leur possible pour que la fusion s'opère sans gêne et au plus tôt. Toute faute contre la discipline constituerait dans la situation actuelle un crime contre le prolétariat italien et l'Internationale Communiste.





Résolution

sur la question tchécoslovaque



I. L'opposition

L'exclusion des camarades Iilek, Bolen, etc., fut le résultat des violations répétées de la discipline dont ces camarades se sont rendus coupables dans le Parti. Après que leur représentant, le camarade Iilek, de même que celui de la direction du Parti, le camarade Sméral, eurent donné à Moscou leur assentiment à une résolution qui constatait qu'il n'y avait aucune divergence fondamentale dans le Parti Communiste Tchécoslovaque et qui, en même temps, critiquait le manque de pratique dans un certain nombre de questions, il était du devoir de tous les camarades qui reconnaissaient ce manque de pratique de se mettre à l'œuvre afin de le combler.

Au contraire, l'opposition exigea l'existence d'un organe de fraction, Kommunista, se mettant ainsi en contradiction avec la résolution du 3e Congrès interdisant la formation de fractions. Quelques jours avant la réunion de la Commission de la Conférence du Parti, l'opposition accomplit une franche violation de la discipline en lançant, malgré l'avertissement de la Direction, un appel qui soutenait les plus graves accusations contre le Comité Directeur. Par le refus de retirer ces accusations, l'opposition a particulièrement irrité la Commission et la Conférence du Parti et provoqué par là son exclusion.

Devant l'Internationale tout entière, l'opposition a lancé une accusation contre la majorité et contre Sméral, en disant qu'ils travaillaient pour une coalition gouvernementale avec les éléments de gauche de la bourgeoisie. Cette accusation est en contradiction avec l'action publique du Parti et doit être reconnue comme étant absolument injustifiée. Dans le programme de l'opposition, tel qu'il a été exprimé par Vajtauer, il y a des réclamations d'un caractère syndicaliste et anarchiste qui ne sont pas des conceptions marxistes.

Le fait que l'opposition se solidarise avec ce programme prouve que dans les questions fondamentales elle ne représente qu'une déviation anarchiste-syndicaliste des principes de l'Internationale Communiste.

Cependant, le 4e Congrès, estimant inopportune l'exclusion de l'opposition, réintègre cette dernière avec un blâme et une suspension de toutes fonctions jusqu'au prochain congrès du Parti Communiste tchécoslovaque. La décision du Congrès de ne pas confirmer, pour cause d'inopportunité, l'exclusion de l'opposition ne doit pas être interprétée comme une approbation de la ligne de conduite et du programme de l'opposition. Cette décision est dictée par les considérations suivantes : la Direction du Parti a négligé d'expliquer auparavant à l'opposition que la formation d'un organe de fraction est inadmissible, et c'est pourquoi l'opposition se croyait en droit de lutter pour l'existence d'un tel organe. La Direction du Parti a laissé s'accomplir toute une série d'actes d'indiscipline et a affaibli de la sorte le sentiment de la nécessité de la discipline et de la responsabilité chez l'opposition. Le 4e Congrès laisse les camarades exclus dans le Parti, si l'opposition reconnaît la nécessité de remplir strictement ses obligations, si elle se soumet sans récriminer à la discipline du Parti.

Cette soumission a la discipline oblige l'opposition à renoncer aux affirmations et aux accusations qui sapent l'unité du Parti et qui ont été reconnues sans fondement et fausses par les recherches de la Commission. Elle l'oblige à obéir à tous les ordres du Comité Directeur. Quand un camarade se considère comme lésé dans ses droits, il n'a qu'à s'adresser aux organismes compétents du Parti (Comité Exécutif, Conférence Nationale) et, en dernière instance, aux organes de contrôle de l'Internationale Communiste. Jusqu'à la décision de la plus haute instance, chacun doit se soumettre à la décision de l'organisation du Parti.

II. La presse

La presse doit être uniquement dirigée par le Comité Directeur du Parti. Il est inadmissible que l'organe central du Parti se permette, non seulement de mener une politique particulière, mais encore de considérer cela comme son droit. Même quand la rédaction pense que la Direction responsable a commis une faute dans un cas concret, il est de son devoir de se soumettre à la décision dont il s'agit. La fonction de rédacteur ne constitue pas une surinstance, mais comme toutes les fonctions du Parti, elle est subordonnée au Comité Directeur. Cela ne veut pas dire que les rédacteurs n'aient pas le droit d'exprimer les nuances de leur pensée dans les articles de polémique signés de leurs noms. Les discussions sur les affaires du Parti doivent être faite dans la presse commune du Parti. Elles ne doivent pas cependant être faites d'une façon qui pourrait mettre en danger la discipline. Le Comité Directeur et toutes les organisations du Parti doivent préparer leurs actions par une discussion à l'intérieur des organisations.

III. Les défauts du Parti

Le 4e Congrès confirme les thèses de l'Exécutif élargi de juillet, qui avait indiqué les défauts du Parti Communiste tchécoslovaque et qui déclarait qu'ils provenaient de la transition du Parti du social-démocratisme au communisme. Le fait que ces défauts ont été reconnus aussi bien par le Comité Directeur que par l'opposition leur crée le devoir de travailler ardemment à les corriger. Le Congrès affirme que le Parti avance trop lentement dans la suppression de ces défauts ; ainsi le Parti a insuffisamment songé à la propagation des idées communistes parmi les soldats tchèques, quoique sa légalité et le fait que les soldats tchèques ont le droit de voter le lui permettaient.

Le 4e Congrès exige du Parti Communiste tchécoslovaque de se consacrer plus qu'il ne l'a fait jusqu'ici à la question du chômage. Vu l'extension du chômage et la situation précaire des chômeurs, le Parti Communiste tchécoslovaque a le devoir de ne pas se contenter de telle ou telle démonstration, mais de mener une agitation systématique et une action démonstrative méthodique parmi les chômeurs de tout le pays. Il a le devoir de lutter de la façon la plus énergique pour les intérêts des chômeurs, tant au Parlement que dans les conseils communaux, d'accorder l'action parlementaire avec l'action des syndicats dans la rue.

L'action parlementaire doit avoir un caractère beaucoup plus démonstratif, elle doit présenter aux masses, sous une forme nette, l'attitude du Parti Communiste devant la politique de la classe dominante et leur donner la volonté de conquérir le pouvoir dans l'Etat.

Vu les grandes luttes économiques qui ont lieu en Tchécoslovaquie et qui peuvent chaque jour se transformer en une lutte politique, le Comité Directeur doit être réorganisé de façon à pouvoir rapidement et résolument prendre position sur chaque question. Les organisations et les membres du Parti doivent, sans hésitation, maintenir la discipline.

Les questions du front unique et du gouvernement ouvrier ont été heureusement résolues par le Parti. La Direction du Parti a, avec raison, repoussé quelques erreurs, comme par exemple la conception du camarade Votava tendant, à propos du gouvernement ouvrier, à la création d'une combinaison purement parlementaire. Le Parti doit savoir qu'un gouvernement ouvrier n'est possible que si l'on réussit, par une large et énergique agitation des masses d'ouvriers social-nationalistes, social-démocrates et indifférents, à convaincre ces derniers de la nécessité d'une rupture avec la bourgeoisie, à séparer de celle-ci une partie des paysans et de la petite bourgeoisie des villes qui souffrent de la cherté de la vie, et à les enrôler dans les rangs du front anticapitaliste ; dans ce but, le Parti doit s'immiscer dans chaque conflit par des démarches décisives pour l'élargissement des conflits, chaque fois que c'est possible, afin d'inculquer aux masses le sentiment que le Parti Communiste tchécoslovaque est un centre d'attraction vers le front unique de tous les éléments anticapitalistes.

Pour que le gouvernement ouvrier puisse se former et se maintenir, le Parti doit concentrer toutes ses forces et réunir en de puissants syndicats les ouvriers exclus des syndicats d'Amsterdam. Il doit, tout au moins, recruter une partie des ouvriers et des paysans pour la défense des intérêts de la classe ouvrière. De cette façon on évitera la naissance du fascisme qui prépare la vie à l'oppression de la classe ouvrière par la violence armée de la bourgeoisie.

C'est pourquoi la propagande et la lutte pour le gouvernement ouvrier doivent toujours être liées avec la propagande et la lutte pour les organes de masses du prolétariat (comités de défense, comités de contrôle, conseils d'entreprises). Il est également nécessaire de dérouler devant le yeux des ouvriers le programme du gouvernement ouvrier (report des charges de l'Etat sur les propriétaires, contrôle de la production par les organes ouvriers, armement du prolétariat). Il est nécessaire de montrer aux ouvriers la différence entre la coalition social-démocrate bourgeoise et le gouvernement ouvrier basé sur les organes du prolétariat.

Tous les membres du Parti ont à collaborer à cette œuvre. Ce n'est pas la propagation de fausses accusations et la méfiance contre les chefs du Parti, mais c'est une critique impartiale de leurs défauts, un travail quotidien et positif pour les corriger, qui feront du Parti un véritable Parti Communiste apte à accomplir les tâches que les événements de Tchécoslovaquie poseront devant lui.







Résolution

sur la question norvégienne



Après avoir pris connaissance du rapport de la Commission, le Congrès décide :

1. Le Comité Central du parti frère de Norvège doit accorder toute son attention à la nécessité d'appliquer avec plus de précision toutes les décisions de l'Internationale, aussi bien celles de ses congrès que celles de ses organes exécutifs. Dans les organes du Parti, ainsi que dans les résolutions et décisions des instances dirigeantes du Parti, il ne doit y avoir aucun doute sur le droit de l'Internationale Communiste à intervenir dans les affaires intérieures des sections nationales.

2. Le Congrès exige que le Parti soit, un an au plus tard après son prochain congrès national, réorganisé sur la base de l'admission individuelle. L'Exécutif devra être informé périodiquement, et au moins une fois tous les deux mois, des mesures pratiques dans ce sens et de leurs résultats.

3. Pour ce qui est du contenu de la presse, le Parti est obligé d'appliquer immédiatement les décisions des précédents Congrès mondiaux et les directives contenues dans la lettre de l'Exécutif en date du 23 septembre dernier. Les noms social-démocrates des journaux du Parti doivent être changés dans les trois mois, à compter du jour de la clôture du Congrès de l'Internationale Communiste.

4. Le Congrès confirme la justesse du point de vue de l'Exécutif qui a signalé les fautes parlementaires des représentants du Parti. Le Congrès est d'avis que les parlementaires communistes doivent naturellement être soumis au contrôle et à la critique de sa presse ; mais cette critique doit toujours être basée sur des faits et porter un caractère amical.

5. Le Congrès considère qu'il est permis et nécessaire dans la lutte contre toute la bourgeoisie de profiter des antagonismes entre les différentes couches de la bourgeoisie norvégienne et plus particulièrement des antagonismes entre le grand capital et les agrariens d'un part, et la classe paysanne de l'autre. La lutte pour la conquête des masses paysannes doit constituer une des tâches essentielles du parti prolétarien de Norvège.

6. Le Congrès confirme une fois de plus la nécessité pour la fraction parlementaire, ainsi que pour les organes de la presse du Parti, d'une subordination constante et sans réserve au Comité Central du Parti.

7. Le groupe « Mot Dag », qui est une association fermée, est dissout. L'existence et le maintien d'un groupe d'étudiants communistes ouvert à tous les étudiants communistes est naturellement parfaitement admissible, sous le contrôle entier de la direction centrale. Le périodique Mot Dag devient organe du Parti, à la condition que la composition de sa rédaction soit déterminée par le Comité Central du Parti Ouvrier Norvégien, d'accord avec l'Exécutif de l'Internationale Communiste.

8. Le Congrès donne suite à l'appel interjeté par le camarade H. Olsen, et comme il s'agit là d'un vieux et fidèle camarade du Parti ouvrier et fonctionnaire toujours très actif de ce Parti, le Congrès le réintègre dans tous ses droits de membre du Parti, mais constate en même temps, expressément, l'incorrection de son attitude au Congrès de l'Union des Métaux.

9. Le Congrès décide d'exclure Karl Johannsen des rangs de l'Internationale Communiste et du Parti Ouvrier Norvégien.

10. Dans le but d'établir une meilleure liaison entre le Parti norvégien et l'Exécutif et de résoudre avec le moins de frottements possibles les conflits, le Congrès charge le futur Exécutif d'envoyer des délégués au prochain Congrès du Parti.

11. Le Congrès charge l'Exécutif de rédiger une lettre éclaircissant la présente résolution.

      1. Cette résolution ainsi que la lettre de l'Exécutif devront être publiées dans tous les organes de la presse du parti et portées à la connaissance de toutes les organisations du parti avant les élections des représentants au prochain congrès national.







Résolution

sur l'Espagne



1. Le Parti Communiste espagnol qui, à la séance de l'Exécutif élargi de février, vota avec la France et l'Italie contre la tactique du front unique, ne tarda pas à reconnaître son erreur et, dès le mois de mai, à l'occasion de la grande grève des aciéries, il expliqua, non par discipline formelle mais avec compréhension, conviction et intelligence, la tactique du front unique. Cette action prouva à la classe ouvrière espagnole que le Parti est prêt à la lutte pour ses revendications quotidiennes et capable d'y entraîner la classe ouvrière en se plaçant à l'avant-garde du combat.

En persévérant dans cette voie, en saisissant toutes les possibilités d'action pour y convier l'ensemble des organisations ouvrières et pour y entraîner et y conduire le prolétariat, le Parti Communiste espagnol gagnera la confiance des masses et remplira sa mission historique en unifiant leur effort révolutionnaire.

2. Le 4e Congrès mondial est heureux de constater que la crise d'indiscipline qui avait miné le Parti au début de l'année s'est heureusement terminée par un renforcement de la discipline intérieure du Parti. Il engage le Parti à persévérer ainsi dans cette voie et il invite la Jeunesse, en particulier, à participer de toutes ses forces à ce renforcement de la discipline intérieure.

3. La caractéristique du mouvement ouvrier espagnol est actuellement une décomposition de l'idéologie et du mouvement syndicaliste-anarchiste. Ce mouvement qui, il y a quelques années, avait réussi à grouper et à entraîner de larges masses ouvrières, a déçu leurs espoirs et leur volonté révolutionnaire en employant non pas la tactique marxiste et communiste de l'action de masses et de l'organisation centralisée de la lutte, mais la tactique anarchiste de l'action individuelle, du terrorisme et du fédéralisme, c'est-à-dire de l'émiettement de l'action.

Aujourd'hui, les masses ouvrières déçues s'en vont et les chefs qui les ont ainsi égarées glissent rapidement vers le réformisme.

Une des tâches principales du Parti Communiste est de gagner et d'éduquer les masses ouvrières déçues et d'attirer les éléments anarcho-syndicalistes qui se rendent compte de l'erreur de leur doctrine en dénonçant le néo-réformisme des chefs syndicalistes.

Mais dans cet effort pour conquérir la confiance des éléments anarcho-syndicalistes, le Parti Communiste doit éviter de faire à leur idéologie, condamnée par l'expérience même du prolétariat espagnol, des concessions de principe et de tactique. Il doit combattre et condamner dans ses rangs les tendances qui voudraient, sur ce point et dans le but de gagner les syndicalistes plus rapidement, entraîner le Parti dons la voie des concessions. Il est préférable que l'assimilation des éléments syndicalistes se fasse plus lentement, mais que ces éléments soient vraiment gagnés à la cause communiste, plutôt que gagnés rapidement au prix d'une déviation du Parti qui préparerait à ce dernier, pour un avenir prochain, des crises nouvelles et pénibles. Le Parti espagnol en particulier mettra en lumière et fera comprendre aux anarcho-syndicalistes la tactique révolutionnaire du parlementarisme, telle que le 2e Congrès mondial l'a définie. Pour le Parti Communiste, l'action électorale est un moyen de propagande et de lutte des masses ouvrières, non un refuge pour les carriéristes réformistes ou petits-bourgeois.

Une application répétée de la tactique du front unique gagnera la confiance des masses encore sous l'influence de l'idéologie anarcho-syndicaliste et leur prouvera que le Parti Communiste est une organisation politique de combat révolutionnaire du prolétariat.

4. Le mouvement syndical espagnol doit attirer plus particulièrement l'attention et l'effort de notre Parti. Le Parti Communiste doit entreprendre une propagande intense et méthodique dans toutes les organisations syndicales, pour l'unité du mouvement syndical en Espagne. Pour mener à bien cette action, il doit s'appuyer sur un réseau de noyaux communistes dans tous les syndicats appartenant à la Confédération Nationale et à l'Union Générale et dans tous les syndicats autonomes. Il doit donc repousser et combattre toute idée ou tendance préconisant la sortie des syndicats réformistes. Si des syndicats ou des groupes communistes sont exclus des syndicats réformistes, les communistes doivent éviter de combler le vœux des scissionnistes d'Amsterdam en sortant par solidarité. Au contraire, ils doivent manifester leur solidarité avec les exclus en restant au sein de l'U.G.T. et en y combattant énergiquement pour la réintégration des exclus. Si, malgré des efforts soutenus, des syndicats et des groupes restent exclus, le Parti Communiste doit les engager à adhérer à la C.N.T. Les communistes adhérant à la C.N.T. doivent y constituer leurs noyaux liés à la Commission syndicale du Parti. Ils collaboreront sans doute en toute amitié avec les syndicalistes partisans de l'Internationale Syndicale Rouge et n'appartenant pas au Parti. Mais ils conserveront leur organisation propre, n'abdiqueront pas leur point de vue communiste, et discuteront fraternellement avec les syndicalistes les questions sur lesquelles peuvent exister des désaccords.

Pour mener à bien la lutte pour l'unité syndicale, le Parti Communiste créera un Comité mixte pour l'unité du mouvement syndicale espagnol qui sera à la fois un centre de propagande et un centre de ralliement pour les syndicats autonomes qui adhèrent au principe de l'unité. Le Parti s'attachera à faire comprendre aux masses ouvrières d'Espagne que seules les ambitions et les intérêts de clocher des chefs syndicaux réformistes ou anarcho-réformistes, s'opposent à l'unité syndicale qui est au plus haut point d'un intérêt vital et nécessaire à la classe ouvrière pour son émancipation complète du joug du capitalisme.







Résolution

sur la question yougoslave



Le Parti Communiste yougoslave a été constitué par les organisations de l'ex-parti social-démocrate dans les provinces qui forment actuellement la Yougoslavie ; sa création a été le résultat de l'exclusion des éléments de droite et du centre et de l'adhésion à l'Internationale Communiste au Congrès de Boukovar en 1920. L'essor du Parti Communiste a été favorisé par l'effervescence révolutionnaire qui avait envahi alors l'Europe centrale (avance de l'armée rouge sur Varsovie, occupation des usines métallurgiques en Italie, grèves spontanées en Yougoslavie). En un temps très court, le Parti devint une grande organisation exerçant une influence considérable sur les masses ouvrières et paysannes. Les résultats des élections municipales où le Parti conquit de nombreuses municipalités (entre autres celle de Belgrade) de même que ceux des élections parlementaires, où le Parti conquit 59 sièges, en sont une preuve. Cet essor menaçant du Parti Communiste provoqua une panique dans les rangs de l'oligarchie militaire et financière, qui engagea une lutte systématique pour anéantir le mouvement communiste. Après la répression de la grève générale des cheminots (avril 1920), les conseillers municipaux communistes furent chassés de la municipalité d'Agram par cette oligarchie ; la municipalité communiste de Belgrade fut dissoute (août 1920), et le 29 septembre, un décret spécial prononça la dissolution de toutes les organisations communistes et syndicales, ferma tous les organes de la presse communiste et livra les clubs communistes aux social-patriotes. Au mois de juin fut promulguée la loi sur la défense de la sûreté de l'Etat, qui mettait le Parti Communiste hors la loi et le chassait de ses derniers refuges, le parlement et les municipalités.

Outre les causes objectives provenant de la situation générale du Parti, l'anéantissement du Parti Communiste yougoslave doit être en grande partie attribué à sa faiblesse intérieure : son essor extérieur ne correspondait ni au développement, ni à l'homogénéité de l'organisation, ni au niveau de conscience communiste de ses membres. Le Parti n'avait pas encore eu le temps d'accomplir son évolution dans la direction du communisme. A l'heure actuelle, il est évident que l'organe directeur du Parti a commis une série de fautes graves dues à sa compréhension erronée des méthodes de lutte dictées par l'Internationale. Ces fautes ont facilité la tâche du gouvernement contre-révolutionnaire. Pendant que les masses ouvrières, par des grèves spontanées, montraient leur énergie et leur volonté révolutionnaire, le Parti ne fit preuve que d'une très faible initiative. Ainsi en 1920, la police ayant interdit la manifestation du 1er mai à Belgrade, le Comité Central n'essaya même pas de soulever les masses pour protester. Il en fut de même l'année suivante. De même, le Parti ne prit aucune mesure pour défendre les conseillers municipaux d'Agram et de Belgrade, chassés de leurs municipalités. Sa passivité encouragea le gouvernement et lui donna l'audace d'aller jusqu'au bout. Effectivement, à la fin de décembre, ce dernier profita de la grève des mineurs pour procéder à la dissolution du Parti et des syndicats. Et, même à ce moment critique, ce Parti, qui avait obtenu 59 sièges aux élections parlementaires, n'entreprit aucune action de masse !

Si le Parti restait passif devant les coups terribles que lui portait la réaction, c'est qu'il manquait d'une base communiste solide. Les vieilles conceptions social-démocrates pesaient encore sur lui. Quoique le Parti eût adhéré à l'Internationale Communiste (ce qui montrait que les masses étaient disposées à la lutte), ses chefs ne se sentaient pas encore à leur aise dans la nouvelle voie. Ainsi, ils n'osèrent pas publier les 21 conditions adoptées par le 2e Congrès mondial, non plus que les thèses sur le parlementarisme révolutionnaire. Et ainsi le Parti et les masses qui le suivaient ignoraient complètement les exigences que l'Internationale Communiste posait aux partis qui désiraient entrer dans son sein. Les chefs du Parti ne prirent également aucune mesure sérieuse pour préparer le Parti et les masses à la lutte dans tous les domaines contre le réaction menaçante. Ils concentrèrent toute leur attention sur les victoires électorales du Parti et se gardèrent d'effrayer les éléments petits-bourgeois en leur montrant ce qu'était un parti communiste et quelles étaient ses méthodes de lutte. Pendant que l'oligarchie militaire et financière de Belgrade se préparait à une lutte décisive, impitoyable et furieuse contre le mouvement révolutionnaire ouvrier, le Comité Central du Parti Communiste yougoslave, consacrait toute son attention et toutes ses forces à des questions secondaires, telles que le parlementarisme, et laissait le Parti inorganisé et exposé à tous les coups. Ce fut là l'erreur fondamentale.

Le Parti yougoslave s'est montré complètement impuissant et incapable de se défendre contre la terreur blanche. Il ne possédait pas d'organisations clandestines lui permettant d'agir dans les nouvelles conditions et de se maintenir en liaison avec les masses. Jusqu'à la dissolution du groupe parlementaire, les députés communistes avaient été le seul lien entre le centre et les provinces. Ce lien fut rompu par la dissolution du groupe parlementaire. L'arrestation des principaux chefs, au centre et dans la province, décapita le mouvement. Par suite, le Parti cessa presque d'exister. Le même sort atteignit les organisations locales qui se virent abandonnées des ouvriers livrés à eux-mêmes. Les social-démocrates, avec l'aide de la police, essayèrent de profiter de la situation, mais sans grand succès.

Sous le régime de la terreur, l'organe central du Parti fixa petit à petit de nouvelles formes d'organisation et de nouvelle méthodes de lutte dictées par les nouvelles conditions. Il resta longtemps passif dans l'attente que la terreur cesserait d'elle-même, sans une intervention active des masses prolétariennes. Il comptait presque exclusivement sur les dissensions intestines éventuelles entre les classes et les partis dirigeants. Ce n'est que lorsque expira l'espoir de l'amnistie attendue pour les communistes condamnés, que le Comité Central commença à se réorganiser, afin de rappeler le Parti à la vie. Ce n'est qu'en juillet 1922 que fut tenue la première séance plénière élargie du Comité Central à Vienne. La conférence de Vienne mérite d'être saluée comme le premier essai de restauration du Parti, malgré les défauts de sa composition et son attitude envers les statuts du Parti. Les conditions dans lesquelles se trouvait alors le pays, les changements survenus dans la composition du Parti à la suite des arrestations de ses membres, de la trahison de quelques autres et surtout de sa passivité d'un an et demi, ne permettaient pas d'escompter à cette conférence une représentation véritable du Parti. C'est pourquoi le Comité Exécutif de l'I.C. agit sagement en reconnaissant comme représentation suffisamment autorisée du Parti yougoslave le groupe des délégués de la conférence de Vienne dont il confirma les résolutions, en y introduisant toutefois quelques changements parfaitement justifiés sur la composition du nouveau Comité Central. C'est pourquoi la tentative de quelques camarades yougoslaves de faire échouer la conférence en refusant d'y prendre part doit être, malgré la loyauté des intentions de ces camarades, considérée comme nuisible aux intérêts du Parti et, par suite, condamnable.

Les résolutions de la conférence de Vienne sur la situation générale en Yougoslavie et les tâches prochaines du Parti Communiste, sur le mouvement professionnel, la réorganisation du Parti, et la résolution de la 3e Conférence de la Fédération Communiste des Balkans, confirmées sans réserve par le Comité Exécutif de l'I.C., ne provoquèrent aucun désaccord essentiel entre les représentants de la majorité et de la minorité de la conférence. Cette unanimité dans les questions essentielles, au moment actuel, est une preuve convaincante qu'il n'y a aucune raison de diviser le Parti yougoslave en fractions sous le nom de majorité et de minorité, et que la scission survenue à la conférence de Vienne entre les groupes dirigeants fut exclusivement provoqués par des raisons personnelles. Au moment de sa renaissance, le Parti yougoslave doit être considéré comme un tout ayant une unité intérieure parfaite.

Cette unité doit être sauvegardée dans l'avenir. En face de la furieuse réaction capitaliste et social-démocrate, rien ne peut être plus nuisible au Parti et au mouvement révolutionnaire yougoslave que le fractionnement. C'est pourquoi il est du devoir du nouveau Comité Central yougoslave de faire tout ce qui dépend de lui pour prendre les mesures nécessaires propres à apaiser les esprits à l'intérieur du Parti, à dissiper les méfiances personnelles, à restaurer la confiance mutuelle des membres du Parti et à rallier tous les militants restés à leur poste et exposés aux rigueurs de la contre-révolution.

A cet effet il est nécessaire, d'un part, de réaliser les décisions de la conférence de Vienne en ce qui concerne l'épuration du Parti de ses éléments indignes ; d'autre part, de confier des travaux importants aux militants de la minorité de la conférence de Vienne. Sous ce rapport, la Fédération Communiste des Balkans peut être d'une aide précieuse ; mais pour cela, il est nécessaire d'entrer en liaison avec elle et, à l'exemple des autres partis communistes des Balkans, d'envoyer immédiatement un représentant au Comité Exécutif de la Fédération des Balkans.

L'Internationale Communiste doit aider effectivement au relèvement du Parti yougoslave. Le Comité Exécutif doit, plus qu'il ne l'a fait jusqu'à présent, se tenir en liaison étroite avec le Comité Central du Parti yougoslave. Mais l'avenir du Parti est surtout entre les mains des militants actifs, politiquement et moralement sains. C'est sur eux que compte l'Internationale Communiste et c'est à eux qu'elle s'adresse. Riches de la dure expérience d'un passé récent, bien organisés, unis dans le même idéal, animés d'une foi ardente dans le triomphe de la révolution mondiale, ces militants sauront réunir et grouper derrière eux les éléments prolétariens dispersés et restés sans chef, organiser et fortifier le secteur yougoslave de la Fédération Communiste des Balkans. Le Congrès charge le Comité Exécutif de l'I.C. de prendre toutes les mesures d'organisation nécessitées par les circonstances.







Résolution

sur le Parti Danois



1. Le Congrès déclare que le Parti Communiste actuel du Danemark qui a été formé par la fusion du « Enhatsparti » communiste et d'une fraction de l'ancien Parti, en accord avec les directives de l'Exécutif de l'Internationale Communiste, et qui a exécuté loyalement toutes les décisions de l'Internationale Communiste, est reconnu comme la seule section de l'Internationale Communiste au Danemark. Seul, son organe central, Arbeiderbladet et les autres journaux reconnus par ce parti sont à considérer comme journaux communistes du parti.

2. Le Congrès demande à toutes les organisations communistes restées en dehors de ce Parti Unifié d'adhérer à ce parti.

Les organisations et les membres de l'ancien parti, qui au cours des trois mois a venir se déclareront prêts à adhérer au Parti Communiste Unifié et à exécuter fidèlement toutes les décisions de ce parti et de son Comité Directeur, ainsi que celles de l'Internationale Communiste, doivent être admis à ce parti sans difficulté.









Résolution

sur l'Irlande



Le 4e Congrès de l'Internationale Communiste proteste énergiquement contre l'exécution de cinq révolutionnaires nationalistes, qui eut lieu les 17 et 25 novembre, sur l'ordre de l'Etat Libre d'Irlande. Il attire l'attention de tous les travailleurs du monde sur cet acte sauvage qui couronne la terreur féroce sévissant en Irlande. Plus de 6.000 personnes qui combattaient courageusement contre l'impérialisme britannique ont déjà été incarcérées ; nombre de femmes ont été obligées de faire la grève de la faim en prison, et déjà 1.800 procès ont été intentés au cours des cinq mois de lutte contre cette terreur dont les atrocités dépassent celles des « Black and Tans », des fascistes italiens ou des « Trust Thugs » d'Amérique. L'Etat Libre qui, sans hésiter, a employé l'artillerie et les munitions fournies par les Anglais, les fusils et les bombes, et même des aéroplanes avec des mitrailleuses contre la foule, aussi bien que contre les révolutionnaires, a couronné tous ces forfaits par l'exécution brutale de cinq hommes, simplement parce qu'ils avaient des armes en leur possession. Cette exécution est au fond un acte de désespoir, la preuve directe de la faillite de l'Etat Libre qui fait une dernière tentative pour briser la résistance des masses irlandaises combattant contre l'esclavage que veut leur imposer l'Empire Britannique. Les républicains ne peuvent être battus que par un gouvernement terroriste impérialiste qui n'hésite pas à employer les moyens les plus brutaux contre le mouvement ouvrier irlandais, dès que ce dernier cherche à arriver au pouvoir ou à améliorer ses conditions d'existence. Il en est indubitablement ainsi en Irlande ; en soutenant ces exécutions, la majorité du Labour Party, dirigée par Johnson, a commis la trahison la plus criminelle qu'elle pouvait perpétrer contre la classe ouvrière, et cela au moment où l'organe capitaliste le plus réactionnaire d'Irlande qui, en 1916, réclamait impérieusement le sang de Connolly, s'élève contre cet acte barbare du gouvernement. L'Internationale Communiste met en garde la classe ouvrière d'Irlande contre ces trahisons de l'idéal de Connolly et de Larkin, et indique aux travailleurs et paysans irlandais que la seule issue au terrorisme de l'Etat Libre et à l'oppression impérialiste est dans la lutte organisée et coordonnée, aussi bien dans le domaine politique et industriel que dans le domaine militaire. La lutte à main armée, si elle n'est pas renforcée et soutenue par l'action politique et économique aboutira inévitablement à la défaite. Pour être victorieuses, les masses doivent être mobilisées contre l'Etat Libre, ce qui n'est possible que sur la base du programme social du Parti Communiste d'Irlande.

L'Internationale Communiste envoie ses salutations fraternelles aux révolutionnaires irlandais luttant pour la libération de leur pays et est persuadée qu'ils s'engageront bientôt dans la seule voie menant à la véritable liberté, la voie du communisme. L'Internationale Communiste soutiendra tous les efforts ayant pour but d'organiser la lutte contre cette erreur et d'aider les ouvriers irlandais et les paysans à obtenir la victoire.







Vive la lutte nationale de l'Irlande pour son indépendance !



Vive la République Ouvrière d'Irlande !



Vive l'Internationale Communiste !











Résolution

sur le Parti Socialiste d'Egypte



1. Le rapport des délégués du Parti Socialiste d'Egypte, soumis à la commission, a prouvé que ce parti représente un sérieux mouvement révolutionnaire, conforme au mouvement général de l'Internationale Communiste.

2. La commission considère cependant que l'affiliation du Parti Socialiste d'Egypte doit être ajournée jusqu'à ce qu'il ait :

1° exclu certains éléments indésirables ;

2° convoqué un Congrès où une tentative sera faite pour unir au Parti Socialiste d'Egypte tous les éléments communistes existant dans ce pays en dehors de lui et où les 21 conditions de l'Internationale Communiste seront acceptées ;

3° changé son nom contre celui de Parti Communiste d'Egypte.

  1. Le Parti Socialiste d'Egypte est donc invité à convoquer le congrès dans les buts ci-dessus indiqués le plus tôt possible et au plus tard le 15 janvier 1923.