AFRICA

MALI

 

 

 

 

 

MALI

population 14.517.176 people

 

2017

 

Long live

African Liberation Day

May 25, 1963

 

 

 

 

 

 

 

Messages of Solidarity

 

MESSAGE OF THE COMINTERN (SH) ON OCCASION OF

AFRICAN LIBERATION DAY


MAY 25, 1963 - MAY 25, 2017

Today, we celebrate the 54th anniversary of the African Liberation Day. This is an occasion to greet all exploited and oppressed peoples who struggle for their liberation from imperialist-capitalist enslavement not only in African but all over the world.

The history of African class society is the story of his heroic class struggle against slavery, subjugation and plundering, the history of defeats and victories of his liberation. The peoples of Africa are rich in experience from which they can draw lessons for their total liberation and emancipation. And also the African proletariat is capable to draw lessons from the recent history of the workers movement in Africa. And that goes also for the lessons of the communist movement and, especially for the anti-revisionist struggle in Africa. 

African neo-revisionism is the restoration of African revisionism, is reconciliation with revisionism in general, and with Maoism, in particular. The socialist revolution will fail if the communist movement in Africa is not purified from neo-revisionism, as long as neo-revisionist influence is not defeated.

We appeal to those African revolutionaries who are militant fighters against revisionism, neo-revisionism, and especially against Maoism. Today, an African communist is characterized by the ideological demarcation-line between Stalinism-Hoxhaism and Neo-Revisionism. We need African comrades who are implacably against revisionism and social-fascism, and absolutely determined to fight against every revisionist influence among the revolutionary communist- and workers movement in Africa.

It is the core issue of the communist movement in Africa , not to unite with the reformist, revisionist or neo-revisionist elements in the struggle against imperialism, but to fight imperialism and its lackeys by the socialist revolution on the basis of the 5 Classics of Marxism-Leninism.

The one colonial power replaced the other - but the colonies still remained. The history of imperialist wars in the period of the redivision of Africa is the heroic story of its anti-imperialist wars and liberation struggles of the Africans. Exploiting ruthlessly the world crisis for the purpose to extract ten times more riches from Africa - that is the essence of imperialist parasitism ( the business with starvation, with water, with resources, with weapons, with labor, etc).

Neo-colonialism is the highest stage of colonialism.

Neo-colonialism is a "molted" colonialism, is "decolonialization" in words and re-colonialization in deeds. Neo-colonialism is the highest stage of colonialism - is parasitic, decaying, dying colonialism. Imperialism, itself, destroys its own hinterland. And without its hinterland imperialism is doomed to die.

Stalinism-Hoxhaism is the teaching of the preparation, recruitment, centralized organization and mobilization of the international proletarian army, in general, and the transformation of the reserves of the imperialist hinterland into new proletarian detachments of the world socialist revolution, in particular.

The October Revolution - exactly 100 years ago - was the first step towards the socialist world revolution. There will be no socialist Africa without applying to the experiences and teachings of the October Revolution. The October Revolution heralded the unification of anti-imperialist war of the world proletariat and the war of liberation of the oppressed peoples. The continuation of the October Revolution and the world socialist revolution is the only way to liberate Africa from imperialist exploitation and oppression.

The weakening of the chain of world imperialism requieres the strengthening of the anti-imperialist chain in Africa.

With the development of capitalism in the colonies, the global development of world imperialism is nearly mature and complete - thus ready for the transformation into world socialism - also in Africa.

The expansion of imperialism in Africa - coupled with so much misery and blood - prepares its own decline and consequently its replacement by socialism. Unavoidably, that will be a new kind of socialism with global features - in the course of the globalization on the African continent and the socialist world revolution.

Africa is on the road back to its roots - to the classless society - and thus on the road towards communism in a classless world !

 

Long live the 54th anniversary of the African Liberation Day!

Comrades of the African continent !

Build up your strong "African Section" of the Comintern (SH) !

Without a revolutionary organization, which is guided by the teachings of the 5 Classics of Marxism-Leninism, there will be no communism in Africa !

The conscious and active transformation of the interests of the revolution in Africa into the service of the interests of the socialist world revolution - only this is genuine internationalism of the African working class.

For a socialist Africa in a socialist world !

Establish the proletarian dictatorship in every African country !"

Long live the struggle of African and world workers for their liberation from exploitation and oppression!

Long live Marxism-Leninism-Stalinism-Hoxhaism!

Long live world socialist revolution and violent proletarian dictatorship!

Long live world socialism and world communism!

Long live the African Sections of the Comintern (SH)!

Long live the Comintern (SH) – the only true Bolshevist world party! 

Comintern (SH)

25th of May, 2017

 

 

 

2015

 

 

Komintern (SH)

Déclaration programmatique sur la question des immigrants et des réfugiés

- et sa solution révolutionnaire mondial -  

10 Septembre 2015

Écrit par Wolfgang Eggers

 

 

 three protesters in northern Mali were killed when "peacekeepers" opened fired to disperse the demonstration.

 

 

 

May 25, 1963 - May 25, 2015

 

52th African Liberation Day...

 

Messages of Solidarity

 

MESSAGE OF THE COMINTERN (SH) ON OCCASION OF AFRICAN LIBERATION DAY


MAY 25, 1963 - MAY 25, 2015


Today, we celebrate the 52nd anniversary of the African Liberation Day. This is an occasion to greet all exploited and oppressed peoples who struggle for their liberation from imperialist-capitalist enslavement not only in African but all over the world.

However, we must pay particular tribute to the enormous combats waged by African workers against colonialism and neo-colonialism since several centuries ago. They put forward this anti-colonialist fight during the former times of European (British, French, German, Portuguese, Belgian, etc.) imperialism and posteriorly, when world bourgeois class understood that neo-colonialism could better serve its interests, also against American, Soviet and more recent Chinese imperialism.

Unfortunately, the struggle of African peoples could never accomplish complete emancipation, it could never be concluded through genuine socialist revolution and proletarian dictatorship under the vanguard leadership of authentic Bolshevist parties of Leninist-Stalinist type. In 1979, comrade Enver Hoxha made an affirmation that is still entirely suitable nowadays:

Africa is a mosaic of peoples with an ancient culture. Each African people has its own culture, customs, way of life, which, with some variations, are at a very backward stage, for well-known reasons. The awakening of the bulk of these peoples has only recently begun. De jure, the African peoples, in general, have won their freedom and independence. But there can be no talk of genuine freedom and independence, since most of them are still in a colonial or neo-colonial state. (…) The imperialists are ruling most of the African countries again through their concerns, their capital invested in industry, banks, etc. The overwhelming bulk of the wealth of these countries continues to flow to the metropolises. (…) The African population remained culturally and economically undeveloped (…)The policy pursued by the big landowners, the reactionary bourgeoisie, the imperialists and the neo-colonialists is intended to keep the African peoples in permanent bondage, in ignorance, to hinder their social, political and ideological development, and to obstruct their struggle to gain these rights.” (Enver Hoxha, Imperialism and the Revolution, Tirana, 1979, edition in English)

Thus, world bourgeois class continued to put its colonialist and neo-colonialist claws over Africa and its resources and workforce. We also take this opportunity to recall the indispensable role played by all kinds of bourgeois-reformist and revisionist movements to ensure that capitalist-imperialist system could keep African toilers under its dominance. From the Krushchevist, Maoist, etc. revisionisms to the so-called “African ways to socialism” and “Pan-African / Pan-Arabian” and “non-aligned” movements - all of them contributed to that.

But now, it is time for African proletariat to finish what it was left half-way through constructing a Section of the Comintern (SH) in each African country and through faithfully applying the invincible teachings of the 5 Classics of Marxism-Leninism: Marx, Engels, Lenin, Stalin and Enver Hoxha.

Only in this manner will they manage to be part of the glorious global red proletarian army that will defeat world capitalism-imperialism once for all towards world socialism and world communism.


Long live the 52nd anniversary of the African Liberation Day!

Long live the struggle of African and world workers for their liberation from exploitation and oppression!

Long live Marxism-Leninism-Stalinism-Hoxhaism!

Long live world socialist revolution and violent proletarian dictatorship!

Long live world socialism and world communism!

Long live the African Sections of the Comintern (SH)!

Long live the Comintern (SH) – the only true Bolshevist world party!

 

Theory and tactics of the

socialist world revolution

in Africa

"Africa-Platform"

adopted by the Comintern (SH) - October 10, 2012

PROLETARIAN DEMOCRACY IS GENUINE DEMOCRACY

Enver Hoxha

 

PEACE, BREAD, FREEDOM

AND THE RIGHT OF

SELF-DETERMINATION

FOR ALL PEOPLES OF MALI -

 

NOW !

 

The war, which saturates the soil with the blood of the peoples of Mali, is a profoundly unjust war on both sides!

 

This war is a crime against all the people of Mali, is a crime against all the peoples of the world.

 

This unjust war creates even more social deprivation, displacement and racial hatred.


Peoples of Mali !

 

Unite in throwing all domestic and foreign war-terrorists out of your country !

 

Transform the war into a joint revolution for the liberation of all Malian peoples !

 

Mali is ripe for the socialist revolution !

 

 

 

War against the imperialist war in Mali !

 

 

 

Down with the fascist Military Junta in Mali !

 

Imperialists - get out of Mali !

Blood-sucker Imperialist France bombing Mali civilians !

French imperialist invader

Mali Armed Groups Vow to Hit Back at France

 

 

 

 

 

war crimes committed against the Northern local population

by Malian soldiers of the fascist junta.

Residents of the town of Sevare had been murdered by Malian soldiers and then thrown into a well, used by locals for drinking water.

 

 

Egyptian protest against French colonialist war in Mali

 

 

 

Kuwaitian protest against French colonialist war

in Mali

 

 

 

 

 

War profiteers ....

 

... War refugees

 

 

 

German imperialist army in Mali

 

 

Merkel - lackey of US-imperialist AFRICOM

 

 

Shake hands with the Chinese social-imperialists

 

 

 

 

Chinese rice traders in Mali - tasting profitable business

while the people of North Mali starve ...

... and the coming imperialist war in Mali heralds not only increasing price of rice but more death people of Mali.

 

 

Chinese sugar company in Mali

- of course producing for the world market

and not for the people of Mali who cannot afford such "luxus" !

 

 

Refugees from North-Mali

 

 

     

 

 Mali - March - 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Long live the liberation

struggle of

MALI !

 

 

MALI

is ripe for a

Socialist revolution !

 

Create a strong Section

of the Communist International

(Stalinist-Hoxhaists) in Mali !

Long live the Stalinist-Hoxhaist World Movement !

 

Long live the 5 Classics of Marxism-Leninism !

 

 

 

 

 

The voice of proletarian

internationalism

which came from

socialist ALBANIA

     

     

     

     

     

    ATA

    Albanian Telegraphic Agency

    Nr. 77 - September, 1987:

     

     

     

     

     

     




     

     

 

 


 

 

 

 

 

For the right to self-determination of the people of Azawad !

Long live the armed liberation struggle of the people of Azawad !

The Comintern (SH) supports the new independent and free state of Azawad !

MNLA-Report on

war-massacres:

Durant les deux dernières semaines, ce n'est pas moins de 108 civils azawadiens sans défenses aucunes qui ont été massacré par l'armée malienne dans les régions malienne de Ségou et de Mopti. Tous ces massacres ont deux points en commun :

1. Ils ont toujours été commis sur des populations civiles Touareg,

2. Ils ont toujours été commis par l'armée stationnée à Diabaly.

Les medias internationaux ne parleront pas de ces massacres parce qu'ils ont été commis par l'armée malienne dont les supérieurs ont pour porte-parole le griot Serge Daniel qui est comme par hasard le correspondant de l'AFP au Mali. C'est ce griot Serge Daniel qui a toujours écrit les dépêches à désinformation de l'AFP qui sont repris dans le monde entier.

Lorsqu'il y a un mois, l'AFP avait parlé du massacre des 16 prêcheurs musulmans à Diabaly, il n'avait pas le choix car la Mauritanie et ses agences de presses en parlaient vu que leurs ressortissants faisaient partie des victimes sauvagement tué par l'armée lâche du Mali.

Une sagesse africaine nous apprend que la vérité finit toujours par rattraper le mensonge. La vérité de Toumast Press elle a fini par rattraper le mensonge du griot Serge Daniel de l'AFP.

Durant l'un de ces massacres, un soldat de l'armée malienne voulant exhiber plus tard à ces collègues et compatriote le massacre de civils Touareg a filmé le massacre avait son téléphone portable. Ci-dessous se trouve la vidéo que nul ne peut véritablement commentée.

Dans la vidéo, on voit clairement une douzaine de civils Touareg, les pieds et les mains ligotées dans le dos. Cette manière de tuer les civils Touareg est une tradition pour l'armée sadique et raciste du Mali.

Dans un reportage récemment tourné par la Jeunesse Volontaire de l'Azawad, l'armée de l'Azawad stationné à Léré, 5eme ville de l'Azawad montre une fosse commune de plus de 100 Touareg qui avait été tué dans cette même ville en Mai 1991. Les squelettes des victimes prouvent encore leurs mains ont été attachées derrière leur crane pour ensuite être exécuté.

A 7:20, on entend le soldat-cameraman qui dit: «Où sont les autres soldats? Dites-leurs de tuer tous ceux qui sont là», ceci montre clairement qu'il y a plusieurs groupes de soldats maliens qui avaient divisés les civils Touareg en plusieurs autres groupes, histoire d'éparpiller les preuves, et les corps des victimes.

On voit également l'armée malienne entrain de creuser 4 fausses qui serviront à enterrer les victimes après le forfait.

En montrant cette vidéo, l'objectif de Toumast Press n'est pas d'incité à la haine. Notre objectif n'est pas non plus d'espérer une quelconque vengeance des Azawadiens ou de l'état-major militaire du MNLA. Non. Notre objectif, comme celui que nous avons toujours eu est d'informé. Informé les populations azawadiennes, et les amis de l'Azawad. Dire au monde que ce n'est pas parce qu'il fait semblant de ne rien voir que rien ne se passe.

Maintenant, il est important de se demander ce que fera l'armée malienne dans l'Azawad avec la légitimité de l'organisation des Nations Unies et les armes offerts par la communauté. Si aussi frustré et faible qu'elle est actuellement elle massacre le peu de civils Touareg qu'elle rencontre dans des zones reculées sous son contrôle, que fera-t-elle lorsqu'elle rencontrera des centaines de millions de Touareg sans défense sur toute l'étendue de l'Azawad? Tout simplement un génocide.

C'est à ce génocide à ciel ouvert qui se prépare à Paris, Berlin, Londres, Bamako, Niamey, et ailleurs auquel tout être doué d'un minimum d'humanisme doit dire non.

 

 

Résolutions et recommandations générales du Congrès

2ème CONGRES ORDINAIRE DU MOUVEMENT NATIONAL DE LIBERATION DE L’AZAWAD
(MNLA)
Résolutions et recommandations générales du Congrès
Les 08, 09 et 10 janvier 2013  s’est tenu à Tinzawatane le 2ème congrès ordinaire du mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) dont les thèmes sont les suivants :
-           Présentation des rapports d’activités des différents organes du MNLA,
-          Relecture et actualisation des statuts et règlement du MNLA,
-          Mise en place des différents organes du MNLA,
-          Validation de la plateforme de revendication,
-          Organisation de l’armée du MNLA,
-          Désignation des membres de la commission de négociation.
  • Considérant le faible dynamisme qui frappe et affecte dangereusement les activités du MNLA,
  • Considérant la non-adaptation au contexte actuel  des statuts et règlement du MNLA,
Le Congrès recommande la redynamisation immédiate de l’ensemble des structures du MNLA et salue l’actualisation des statuts et règlement du mouvement.
  • Considérant aussi l’insuffisance de la sensibilisation et de l’animation des populations sur les objectifs du MNLA et les contraintes du moment.
Le Congrès invite le CTEA à créer rapidement les bureaux régionaux et leur démembrement dans l’Azawad,
  • Considérant le disfonctionnement provoqué par le caractère ethnique et tribal de l’armée du MNLA et à l’appartenance quasi-totale du matériel militaire à certains combattants,
Le Congrès exige la restructuration rapide des forces armées de sécurité du mouvement,
La redynamisation et le respect absolu des règles de discipline et de déontologie militaire.
  • Constatant les faibles ressources matérielles et financières dont dispose le MNLA et la nécessité d’instaurer un système de gestion basé sur la rigueur, la transparence et l’équité,
Le congrès recommande l’adoption d’une politique de recherche de financement à l’intérieur et à l’extérieur soutenue par une gestion suivie et rigoureuse.
  • Considérant que le capital social constitue le socle fondamental  de la force du MNLA et que cette force ne peut être réelle que s’il ya une cohésion social totale,
  • Considérant que la paix, la sécurité et le développement  sont indissociables et indispensables pour un peuple quel qu’il soit,
  • Considérant que le peuple de l’Azawad est  victime d’une exploitation abusive de la diversité ethnique et tribale de nos populations en les opposant les une aux autres depuis l’époque coloniale à nos jours,
  • Constatant que depuis plusieurs années, l’Azawad est devenu un terrain des conflits divers ayant entrainé l’arrêt quasi-totale de toutes activités,
Le congrès recommande vivement l’instauration d’une paix durable par le renforcement de la cohésion sociale à travers des rencontres intra et inter communautaires et insiste sur la nécessité de préserver et de renforcer les biens historiques entre nos communautés.
  • Considérant la confusion et l’incompréhension constatée actuellement dans la pratique de l’islam,
  • Considérant que l’islam est une religion de tolérance et de non-violence,
Le Congrès lance un appel solennel à tous les musulmans de l’Azawad à maintenir leur pratique d’islam conformément à la sunna du prophète Mohamad (Paix et Salut sur lui)
  • Vu le constat fréquent d’un manque regrettable et dangereux de civisme dans le comportement quotidien d’un grand nombre de citoyens de l’Azawad, notamment les jeunes,
Le congrès invite les leaders communautaires et les responsables civils et militaires du MNLA à privilégier dans leurs programmes et activités l’éducation et la formation civique.
  • Considérant l’anarchie et l’indiscrétion constatées dans les communications à travers des personnes non mandatées  par le mouvement,
Le Congrès  exige de maitriser et de centraliser davantage la politique de communication du mouvement.
  • Considérant les relations du MNLA avec l’extérieur,
Le congrès souhaite la redynamisation fructueuse de sa coopération internationale.
  • Considérant les conditions de vie difficile et le mauvais encadrement dans certains camps de refugiés,
  • Considérant la situation de précarité dans laquelle vivent les populations de l’intérieur de l’Azawad,
Le Congrès recommande au CTEA d’assurer en collaboration avec le pays d’accueil un suivi régulier de la situation dans les camps des réfugiés et de lancer un appel aux organisations humanitaires afin de venir en aide aux populations de l’Azawad.
  • Considérant que la menace d’intervention armée étrangère  est plus préoccupée par le terrorisme international que par la nécessité de régler définitivement le conflit qui oppose l’Azawad au Mali,
  • Considérant que les conséquences négatives d’une guerre sont généralement difficiles à mesurer et ses risques d’enlisement sont souvent élevés,
Le congrès recommande la recherche d’une solution politique négociée pour le règlement définitif ce conflit.
  • Considérant le manque d’histoire écrite de la lutte du peuple de l’Azawad pour sa dignité et son histoire,
  • Considérant le nombre important d’azawadiens morts pour la libération de l’Azawad,
Le congrès engage les intellectuels et toutes les personnes ressources pour une reconstitution de l’histoire de l’Azawad et recommande l’ouverture d’un répertoire des martyrs morts pour la cause de l’Azawad et la réhabilitation de quelque uns de ces martyrs tels que : Ingonna Ag Mohamad Ahmad, Fihroun Ag Alinsar, Chabboun Ag Fandagamou, Alla Ag Attaher, Ghabidine Ould Sidi Mohamad Alkounti, Mohamad Ali Ag Attaher, Barka Ag Acheick, Boncana Adrawi Maiga et Ibrahim Ag Bahanga,
Le congrès
   

 

 

COMMUNIQUE N-46

 

 

Protection des victimes civiles et respect de la frontière entre l'Azawad et Mali


Le Mouvement National de Libération de l'Azawad (MNLA) attire l'attention de la communauté internationale que l'intervention armée étrangère contre les groupes terroristes ne doit pas permettre à l'armée malienne de franchir la ligne de démarcation entre l'Azawad et le Mali avant le règlement politique du conflit qui nous oppose. C'est dans ce cadre que le MNLA s'impliquera pour le succès des opérations de lutte contre le terrorisme et cela minimisera les risques des victimes civiles innocentes. Nous demandons à ce que la population civile de l'Azawad ne soit victime de l'intervention armée et qu'il n'y ait pas d'amalgame entre elle et les terroristes.

Nous rappelons que le MNLA a toujours respecté ses engagements notamment la cessation des hostilités entre le MNLA et l'armée malienne et reste disponible aux négociations.

 

Tinzawatane (Azawad), le 12 janvier 2013.

Pour le MNLA,

Bilal Ag Achérif

Président du Conseil Transitoire de l'Azawad (CTEA)

 

 

   

COMMUNIQUE FINAL N-45

Les 8, 9 et 10 janvier 2013, s’est tenue à  Tinzawaten  Azawad, le deuxième congrès ordinaire du Mouvement National de libération de l’Azawad (MNLA).

Après l’ouverture du congrès par le président  du CTEA sortant, des communications importantes ont été faites notamment par les chefs de tribus, le chef d’état-major de l’armée,  le représentant des bureaux régionaux du mouvement, la représentante des femmes, les représentants du MNLA à l’extérieur, le représentant des jeunes, le président du collectif des étudiants  de l’Azawad en Algérie et le porte  parole des populations réfugiées de l'Azawad.

Ont pris part à ce congrès plus de trois mille (3 000) participants constitués de l'ensemble des composantes et sensibilités de l'Azawad venues de l'intérieur et de l'extérieur (Ghana, France, Sénégal, Mauritanie, Burkina Faso, Algérie, Niger).

A l’issue de ses travaux, le congrès a procédé à la relecture des statuts et règlement intérieur ainsi qu'au renouvellement des différents organes politiques et militaires du MNLA.

Ainsi, il a mis en place:

  • Le conseil révolutionnaire composé de 50 membres, qui est  l’organe législatif et de régulation du MNLA

  • Le conseil consultatif de quatre-vingt-dix (90) membres composé de chefs traditionnels, de leaders religieux, de cadres et de femmes.

  • Le Congrès a en outre élu le secrétaire général du MNLA et président du Conseil Transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA) en la personne de M. Bilal AG ACHERIF et le vice-président du CTEA en la personne de M. Mahamadou  Djeri  MAIGA.

Le congrès a demandé au Président élu de mettre en place une équipe du CTEA  de trente (30) membres dans un délai de sept jours.

 

 

Communiqué N° 1 du MNLA

 

Déclaration du Mouvement National de libération de l’Azawad (M-N-A):

Après plusieurs rencontres tenues dans la base du défunt Ibrahim Ag Bahanga et dans d’autres lieux de l’Azawad du 7 au 15 Octobre 2011 entre les deux mouvements : Mouvement National de l’Azawad (MNA) et le Mouvement Touareg du Nord Mali (MTNM) (dirigé par le défunt Ibrahim Ag Bahanga) et d’autres responsables militaires et politiques de l’Azawad ont également participé à ces rencontres.

Les parties présentes ont convenu d’un commun accord de dépasser les difficultés pour asseoir les revendications politiques communes qui prennent en compte les aspirations profondes du peuple de l’Azawad. Après le débat consécutif sur l’avenir des populations de la région, les enjeux graves que connaît l’Azawad, les parties présentes ont décidé de se fusionner et de créer une nouvelle organisation politique dénommée : Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) à la place du Mouvement National de l’Azawad (M-N-A). Cette logique s’inscrit dans l’esprit de démarche déjà entamée dans le respect des promesses et engagements pris par le leader touareg Ibrahim Ag Bahanga avant sa mort tragique survenue le 26 Aout 2011.
Cette nouvelle organisation a pour objectif de sortir le peuple de l’Azawad de l’occupation illégale du territoire azawadien par le Mali. Ce dernier est l’animateur depuis des décennies de l’insécurité dans la région.

Nous lançons un appel pressant à l’Etat du malien pour répondre par le dialogue dans l’urgence aux revendications politiques déjà transmises par le MNA (ancienne appellation du mouvement). Nous lançons également un appel aux pays de la région et à la communauté internationale pour soutenir et appuyer cette nouvelle initiative historique au profit de la stabilité de la région.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°40-CTEA DU 19 NOVEMBRE 2012

 

Lundi, 19 Novembre 2012 21:55

 

Bilan provisoire des combats de la journée contre les narco-terroristes

 

Ce 19 novembre, des combats se sont déroulés dans la région de Ménaka entre le MNLA et la colonne des narco-terroristes du MUJAO, renforcé par l’AQMI, partie de Gao la veille.

Les forces du MNLA ont détruit 8 (huit) véhicules et ont récupéré 2 (deux) autres du MUJAO/AQMI. Par ailleurs 10 (dix) hommes du MUJAO et de l’AQMI ont été tués. Du côté du MNLA on déplore 1 mort et 4 (quatre) blessés.

Aux dernières nouvelles, plusieurs unités du MNLA encerclent à la tombée de la nuit, le reste de la colonne du MUJAO et de l'AQMI.

Fait le 19 novembre 2012

 

 

They are not mercenaries

 

For some time now, a certain section of the Malian and international press have been creating confusion in the public opinion, both national and international, by claiming that the combatants of the MNLA's senior command are all ex-soldiers and mercenaries of Ghadafi who have fled Libya.

The MNLA (National Movement for the Liberation of Azawad) would like to make it clear that within the MNLA military command there are: old rebels from the uprisings of the 1990s (MFUA - Movements of the united Fronts of Azawad), of 2006 (MTNM - The Tuareg Movement of Northern Mali, which was lead by the late Ibrahim Ag Bahanga), fighters who have returned from Libya but who mostly participated in the liberation of that country, volunteers from the various ethnicities of northern Mali (Tuareg, Songhai, Peul and Moor) and both soldiers and officers who have deserted from the Malian army.

We confirm and underline that the combatants who returned from Libya, fought with the NTC (National Transitional Council) forces more than they did with Ghadafi's forces.

Our senior military commander Mohammed Ag Najm, was certainly a Libyan officer of Malian origin, serving under the Ghadafi regime like all Libyan officers. Colonel Mohammed Ag Najm expressed his disagreement with the Libyan leader very early on, at the beginning of the insurrection is Libya and this disagreement was confirmed by his resignation from his Libyan army and his enrolment alongside his own people in this present struggle for the liberation of Azawad.

On behalf of the Political Bureau of the MNLA
Mossa Ag Attaher

 

 

 

La position officielle et stratégique de l’Algérie sur le conflit de l’Azawad est intenable, inexplicable, injustifiable. Depuis 40 ans, les diplomates algériens ont focalisé le Maghreb, l’Afrique et le Monde entier sur « le principe du droit à l’autodétermination du peuple Sahraoui ».
Pourquoi donc ne pas l’affirmer aussi clairement et avec force pour le peuple Touareg. Pourquoi l’intégrité territoriale du Mali serait-elle plus « sacrée » que celle du Maroc.
Rappelons que l’Algérie a déjà appliqué ce principe d’autodétermination en jouant le rôle de facilitateur pour l’indépendance de l’Erythrée (121.000 km2 et 5 M d’habitants), séparée de l’Ethiopie en 1993. Elle a également approuvé la scission du Soudan en deux Etats en été 2011.
Ces deux exemples signifient que l’Afrique a cassé le tabou dogmatique sur « l’intangibilité des frontières africaines héritées du colonialisme », énoncés par la Charte de l’OUA à Addis-Abeba en 1963.

Un siècle de rébellion touarègue

Bien avant la création de l’Etat malien, le FLN était déjà en première ligne sur le front de la rébellion touarègue contre l’occupant colonial, entamée au début du siècle. Les moudjahiddines avaient installé des bases de formation à Kidal et Gao. L’actuel président Abdelaziz Bouteflika avait lui-même participé à des collectes de fonds de soutien au FLN, auprès des tribus nomades, de Gao à Tombouctou.

C’est depuis Kidal que Ahmed Draia et ses troupes sont entrés à Tamanrasset, à la proclamation de l’indépendance en 1962, pour hisser le drapeau algérien dans les casernes libérées par les Français.

Le problème de l’Azawad est un problème de décolonisation au même titre que celui du Sahara Occidental. La France coloniale avait rejeté la revendication d’indépendance des Touareg qui refusaient d’intégrer leurs territoires à la Fédération du Mali, ainsi qu’à l’Etat du Niger.

Les chefs des tribus Touareg avaient dénoncé cette nouvelle colonisation par des Etats factices en écrivant au général De Gaulle en 1958. Ils commencèrent à s’armer et se révolter dès 1961. Une première insurrection eut lieu en 1962-1964. Les Touareg subirent une terrible répression qui décima même leurs cheptels et les paralysa durant trente ans.

D’autres rébellions d’envergure ont failli aboutir, en 1990-1992, 1994-1995, et 2006. Mais l’Algérie est toujours intervenue pour imposer un cessez-le-feu et conclure des accords qui n’ont jamais été respectés par Bamako.

Depuis le 17 janvier, le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) mène une grande offensive, bien décidé cette fois à obtenir l’indépendance.

Le président malien, Amadou Toumani Touré, a reconnu sur RFI, le caractère insoluble du problème touareg. Il affirme qu’il se tient « prêt à partir » en dépit de la situation qui prévaut dans le nord du pays : « Cela fait 50 ans que le problème du Nord existe. Nos aînés l’ont géré ; nous le gérons et nos cadets continueront à le gérer. Ce problème ne finira pas demain. »

La diplomatie algérienne, au lieu d’affirmer ses principes, adhère au diktat de la diplomatie française, qui traite l’Algérie comme un « sous-traitant » de la pérennité de sa politique coloniale. Le ministre français de la coopération, Henry De Raincourt, est venu à Alger affirmer son refus de l’autodétermination des Touareg : « Nous soutenons la pérennité du processus engagé le 2 février dernier en Algérie entre le gouvernement malien et les Touareg pour l’examen des moyens de parvenir à un accord dans le cadre de la sauvegarde de la sécurité et l’unité territoriale et la souveraineté du Mali ».

Le Mali est un pays ingérable

Rappelons que les colons ont trituré, selon leur bon vouloir, les frontières et les appellations de cette région depuis le début de l’implantation française en 1850. Les territoires occupés sous le nom de Haut-Sénégal-Niger, sont rebaptisés Soudan français en 1920.

En 1958, le projet de Fédération du Mali regroupe le Soudan français, le Sénégal, la Haute-Volta (Burkina-Faso) et le Dahomey (Bénin).

Après l’éclatement de la fédération, dont sont exclus les Touaregs, l’indépendance du Soudan français est proclamée le 22 septembre 1960, sous le nom de République du Mali.

Le territoire de l’Azawad regroupe les trois régions de Tombouctou, Gao et Kidal, totalisant 818.613km2, soit 65% du territoire malien. Dans ce vaste désert on ne recense qu’un dixième de la population totale du Mali, estimée à 14 millions. Les neuf dixième habitent au sud de la boucle du fleuve Niger. En outre, beaucoup de maliens fuient continuellement leur pays trop pauvre, pour émigrer dans les pays voisins et en Europe.

De nombreuses ethnies vivent, dans leurs territoires respectifs, dans une relative cohabitation et sans constituer véritablement une Nation : Bambara (40 %), Peul (14 %), Sénoufo (9 %), Soninké (9 %), Dogon (8 %), Songhaï (7 %), Malinké (6 %), Dioula (3 %), Bwaba (2 %), Touareg, Maure ou Berbère (2 %).

Le Mali compte une trentaine de langues, dont une dizaine parlées par plus de 100.000 personnes, et un enchevêtrement des idiomes locaux comme le doushak, mélange de tamasheq et de songhaï.

Treize langues sont reconnues nationales, mais seul le français bénéficie du statut de langue officielle. Il subit un phénomène de rejet par les maliens qui ont adopté le bambara comme principale langue véhiculaire.

De 1968 à 1974, 1983-1985, 2009-2010, des sécheresses persistantes entraînèrent des famines, tandis que l’État épuisait ses maigres ressources dans les rébellions et un différend frontalier avec le Burkina Faso depuis 1974, qui dégénéra en affrontement armé en 1985.

Il ne faut donc pas s’étonner si les soldats de l’armée malienne n’ont aucune motivation pour défendre un territoire désertique qu’ils ne connaissent pas. A l‘arrivée des redoutables rebelles, ils jettent armes et uniformes pour fuir ou se rendre. C’est ce qui explique la prise spectaculaire de plusieurs villes du Nord par le MNLA en moins d’un mois.

Ce sont des milices de mercenaires maures et touareg, à la solde d’ATT, qui tentent de freiner l’avancée des rebelles.

Les intérêts stratégiques de l’Algérie

Sans la retenue que leur impose implicitement la position officielle algérienne, les rebelles sont capables d’aller jusqu’à Bamako.

Ce statu quo du problème touareg ne peut plus durer et ne sert pas les intérêts de l’Algérie qui supporte depuis 50 ans à grands frais une aide humanitaire, un afflux permanent de réfugiés et d’émigrés clandestins, la contrebande de carburant, les trafics de drogue, d’armes, de cigarettes,…

A tout cela s’est ajouté une insécurité chronique et meurtrière qui s’est introduit et répandue dans tout le Sahara, au point d’anéantir une activité touristique prometteuse à gros potentiel dans le Hoggar, le Tassili et l’Ahnet.

Ce qui doit maintenant inquiéter très sérieusement les décideurs algériens est la lourde menace qui pèse sur la quiétude de l’industrie pétrolière qui a commencé à se développer dans le Grand Sud.

Le champ gazier d’In Salah est déjà en activité. Les champs de Reggane, Timimoun et Adrar vont bientôt être lancés. De nouvelles découvertes importantes sont à prévoir jusqu’aux frontières maliennes et nigériennes. Un grand pôle industriel gazier et pétrolier va se développer dans cette région.

La peur d’une « contagion d’indépendance » qui obsédait des dirigeants algériens à propos du Sahara n’a pas lieu d’être. Après des décennies d’ignorance, de falsification, d’imposture, de propagande baâthiste, on sait maintenant que le Grand Maghreb est Berbère de Tanger à Tombouctou et de Tripoli à Tahoua. Aucun habitant du Sahara algérien n’a jamais eu l’ombre d’un soupçon de séparatisme.

La volonté de rupture avec Bamako est devenu une option radicale pour le MNLA. Un Etat indépendant dans l’Azawad représente une remise en ordre géo-démographique naturelle du Sahara qui a de tout temps constitué une zone tampon entre l’Afrique du Nord et l’Afrique sub-saharienne. Par contre, si l’Etat algérien persiste à ignorer le droit à l’autodétermination des Touareg de l’Azawad, il se rendra complice d’un génocide qui aura de graves répercussions sur notre Sahara.

Dans une célèbre réplique du film Laurence d’Arabie, il est dit que « seules deux créatures peuvent vivre dans le désert : les dieux et les Bédouins ».

Les Touareg de l’Azawad, redevenus maîtres de leur territoire et leur destin, se chargeront de faire cesser aux frontières sud de l’Algérie le terrorisme, l’insécurité et tous les trafics que la mauvaise gouvernance malienne a laissé se développer.

 

Saad Lounès